France Dimanche > Actualités > Cerise Calixte : « Dans ce métier, le talent ne suffit pas »

Actualités

Cerise Calixte : « Dans ce métier, le talent ne suffit pas »

Publié le 13 septembre 2019

La voix de Vaiana monte sur la scène du Casino à partir du 27 septembre prochain dans la comédie musicale Fame de Ned Grujic.

L’interprète vocale de Vanaia, film d’animation de Disney sorti en 2016, donne de la voix dans l’adaptation scénique de Fame, mise en scène par Ned Grujic. À partir du 27 septembre au Casino de Paris, c’est cette fois en tant que Carmen, rôle principal de la comédie musicale, qu’elle compte se faire entendre.  

Pour rappel, Fame raconte l’histoire de jeunes artistes qui étudiant la danse, le chant et la comédie en école d’art, rêvent de gloire. Un synopsis qui s’inscrit dans le New York des années 80.

Ses boucles brunes attachées et vêtue d’un survêtement, Cerise Calixte nous reçoit entre deux entrainements pour nous parler de cette pièce qui lui tient à cœur, mais aussi de son ascension fulgurante depuis qu’elle a prêté sa voix au personnage de Disney.

Rencontre.

France Dimanche : Qu’est-ce que Fame représente pour toi ?

Cerise Calixte : Fame me permet de défendre une histoire que j’ai complètement vécue. Moi aussi, j’ai fait une école de comédie musicale. Moi aussi, j’ai connu cette excitation à l’idée d’apprendre toutes ces nouvelles choses. Le plus drôle, c’est que je l’avais joué au Conservatoire quand j’étais au lycée. Dans mon souvenir, j’interprétais plein de rôles différents comme la professeure, Carmen et bien d’autres. C’est comme ci je bouclais une boucle.

FD : C’est votre premier rôle principal !

CC : Oui, c’est aussi un travail complètement différent ! C’est à moi de composer le personnage. Je dois proposer de nouvelles choses. C’est une nouvelle liberté. Ce qui m’angoisse, c’est que c’est aussi la première fois que je quitte les baskets de la jeune première. Carmen, c’est un personnage qui rêve d’être une star. Le problème, c’est qu’elle fait tout trop vite ! Au lieu de cultiver sa passion, elle brûle les étapes. C’est ce qui la perd. Avant même que la pièce ne commence, elle consomme déjà de la drogue. Interpréter ce type de caractère, c’est quelque chose que j’appréhende. Je ne bois pas et je n’ai jamais touché une cigarette donc je ne sais même pas ce que ça fait !

FD : Souhaitez-vous transmettre un message en participant à ce spectacle ?

CC : Je pense que si on veut réussir dans ce métier, deux choses sont importantes. Savoir que sans travail, le talent ne suffit pas. Carmen en est bien la preuve. J’ai fait des centaines et des centaines d’auditions avant que ça fonctionne pour moi. C’est un métier qu’il faut faire par passion, et non car on a l’ambition d’être célèbre. Pour surmonter les épreuves, il faut aussi s’entourer des bonnes personnes !

FD : Qu’est-ce qui vous a amené vers le spectacle ?

CC : À la base, je voulais faire professeure des écoles. J’avais un plan de carrière tout tracé ! Je voulais faire de l’anglais, mon père, artiste lui-même, voulait que je fasse des maths. Il m’a dit : «  Si tu fais des maths, tu peux venir suivre des cours dans l’école de comédie musicale dans laquelle j’enseigne ». J’ai tout de suite dit « oui » ! Un jour, je suis rentrée d’un examen et j’ai dit à mes parents je ne voulais plus faire prof mais être sur scène. Ils m’ont répondu : « Nous le savons déjà ! On attendait juste que tu t’en rendes compte ! ».

FD : Vous êtes la voix du succès de Disney, Vaiana : la légende du bout du monde. Qu’est-ce que cette production a changé dans votre vie ?

CC : J'ai eu la chance de participer à de nombreuses comédies musicales comme « La Belle et la Bête » à Mongador, « Le magicien d’Oz », « Hairspray » ou encore « Avenue Q », mais c’était la première fois que j’avais un rôle qui me correspondait à 100 %. Après l’essai, je me rappelle avoir appelé ma mère. Je lui ai dit : « Si je n’ai pas ce rôle, je sais que je ne ferais jamais quelque chose d’incroyable en doublage car ce rôle-là est fait moi ». En plus, je lui ressemble ! L’album et la tournée qui ont suivi le film ont aussi tout changé pour moi. Depuis, je vis une espèce d’ascension. C’est incroyable ce qui m’arrive !

FD : En 2018, vous avez épousé Steven. Comment vit-il votre célébrité ?

CC : Mon mari est analyste financier. Il est très terre-à-terre. Il aime ce que je fais, mais il ne m’admire pas. Il met même des boules Quies quand je chante (rire) ! Malgré la célébrité, cela nous permet de conserver nos petites habitudes quotidiennes. Faire à manger, faire le ménage… C’est ce qui me permet de garder mon équilibre. J’ai eu à cœur de l’inclure très rapidement dans mon métier. Il me soutient dans tout ce que je fais. Il a un peu le rôle de manager pour moi et me canalise. Et vu qu’il est dans les chiffres, il suit de près mon nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux (rire). Lors de la première de Fame, il sera d’ailleurs dans la salle avec mes parents.

Informations complémentaires :

Réservations : 08.926.98.926

Prix : de 34 à 79 euros

Julia NEUVILLE

À découvrir