France Dimanche > Actualités > Sheila : La photo de la honte !

Actualités

Sheila : La photo de la honte !

Publié le 16 janvier 2020

Plus de deux ans après la mort de Ludovic, quel effroi pour Sheila de découvrir ces horribles clichés…

Pour une mère, la plaie au cœur que cause la mort de son enfant ne se referme jamais… La blessure la taraude, reste béante pour toujours, et lui rappelle à chaque instant que le petit ange qu’elle a enfanté, porté et aimé ne sera plus. Pour Sheila qui a dû dire adieu à son fils, Ludovic, décédé d’une surdose de médicaments le 7 juillet 2017 à 42 ans, rien ne saura réparer ce manque ni combler cette absence. Le chagrin est là et ne s’estompera pas…

À l’annonce de la disparition de son Ludo, la star, si forte, si résiliente, ne s’était pas laissé aller à s’effondrer, remontant immédiatement sur scène pour faire ce qu’elle aime tant faire depuis toujours et qui la sauve de tout : chanter.

Son onguent, sa potion magique à elle pouvait forcément l’aider à surmonter cette innommable catastrophe, cette épreuve que nul ne devrait connaître… Mais derrière cette apparence sérénité, son âme était en miettes. Comment aurait-il pu en être autrement ? « Le jour de sa mort, c’est comme si on m’avait arraché une partie de mon corps, avait-elle confié au magazine Gala en décembre 2017. Il me manque tellement, et cette absence est insupportable à vivre. […] Je me suis dit à un moment, je vais partir loin, très loin. Je ne suis pas suicidaire, même si dans les instants de grand désespoir, une folie est toujours possible. »


Ce cataclysme était d’autant plus douloureux que ses relations avec le fils de Ringo, qu’elle a élevée seule, n’ont été ni faciles ni sereines. Le mariage, en 2013, de Ludovic Chancel avec Sylvie Ortega Munos, n’a rien arrangé. Les deux femmes ne se sont jamais appréciées et, après avoir perdu celui qui restera l’amour de leur vie à toutes deux, l’heure a été aux règlements de comptes, le plus souvent par la voix des médias. En mai 2018, la veuve du jeune homme avait également publié un livre, Entre océan et mer noire, paru aux éditions Pygmalion, dans lequel, entre autres, elle égratignait son ex-belle-mère, l’accusant des pires maux à l’égard de son défunt mari.

Ces attaques ont fortement heurté la chanteuse, maintenant âgée de 74 ans, laquelle n’a pas hésité à saisir la justice pour diffamation… Plus de deux ans après le drame – et, entre-temps, la victoire du mannequin espagnol en première instance –, l’on croyait le climat enfin apaisé entre Sheila et son ex-bru, mais on s’aperçoit hélas qu’il n’en est rien. Pour commencer, alors que Sylvie Ortega Munos est en pleine promotion d’Un dernier souffle, un court-métrage encore en tournage de Jérémy Bellet sur le thème des discriminations, et dans lequel elle incarne une journaliste, la grande brune de 44 ans continue de se plaindre de son ex-belle-mère !

Tout récemment, sur le site Potins.net, miss Ortega, qui s’épanche également sur son chagrin, lâche à l’encontre de l’interprète de Bang Bang : « Je pense que cette femme-là aime vivre dans les rumeurs et elle aime se nourrir de ça, tout simplement. […] J’avais besoin de régler mes comptes avec elle, parce que c’est une promesse que j’avais faite à Ludo. »

On peut aisément imaginer la tristesse et l’effarement de l’artiste face à ces propos plein de rancœur venus d’une personne qui a, somme toute, fait partie de sa famille. Mais le pire, pour celle qui a été promue commandeur des Arts et Lettres le 31 août 2018, ne se trouve sans doute pas dans les mots de la belle brune de 1,77 m. Le pire, aujourd’hui, n’est autre qu’une simple photo, publiée le 16 décembre dernier, lors d’une soirée de Noël donnée en faveur des enfants de l’hôpital Necker au VIP room à Paris.

Sur ce cliché, Sylvie Ortega Munos semble avoir retrouvé le bonheur et la joie de vivre… Et pour cause ! Tout contre elle, pose un beau jeune homme, un mannequin de 21 ans du nom de Thibault Perez, qu’elle embrasse langoureusement, pour le plus grand plaisir des photographes qui ne manquent pas une seule seconde de ce baiser intime…

On peut aisément comprendre qu’après plus de deux années passées à pleurer Ludovic la somptueuse quadra ait enfin repris le cours de sa vie. On peut sans peine accepter qu’au fil du temps, la douleur de l’absence ait laissé la place à l’envie d’aimer de nouveau.

Mais que peut bien ressentir Sheila, confrontée à cette image ? Un cliché d’autant plus choquant pour elle que le magnifique mannequin – et acteur dans le court-métrage de Jérémy Bellet – ressemble à s’y méprendre à son fils disparu. Quel coup au cœur cela doit sans doute être pour cette maman terrassée par la douleur !

La jeune femme, toute à son bonheur d’avoir de nouveau auprès d’elle un homme, n’a vraisemblablement pas mesuré la portée de cette photo. Ou peut-être l’a-t-elle au contraire très bien évaluée…

Clara MARGAUX

À découvrir