France Dimanche > Non classé > Amanda Lear : fini les Grosses têtes !

Non classé

Amanda Lear : fini les Grosses têtes !

Publié le 14 octobre 2016

Alors qu’elle en était l’une des figures emblématiques, la comédienne refuse désormais de faire partie de “la bande à Ruquier”.

Icône emblématique de cette institution radiophonique, à l’époque où Philippe Bouvard y officiait, Amanda Lear ne s’amuse plus aux Grosses têtes. Depuis le départ de son ami, qui appréciait son sens de la repartie et ses décolletés, elle n’y a participé que trois fois en 2014, l’été où Laurent Ruquier a repris le programme de RTL, créé en 1977.

Grivoiseries

« C’est mal payé, mais j’y vais depuis dix ans pour la partie de rigolade, déclarait-elle en 2004, à l’occasion de la 10 000e émission. Les sociétaires hommes ne sont pas misogynes. Ils se moquent des femmes, c’est vrai, mais ils les adorent. Tout cela est bon enfant. » Mais, ces derniers temps, elle ne répond plus aux invitations de Laurent Ruquier, car elle craint qu’un sniper, en particulier Laurent Baffie, ne lui lance des blagues graveleuses au sujet de son identité sexuelle.

Et si Amanda Lear a écouté l’émission du dimanche 18 septembre, cela n’a pas dû l’inciter à changer d’avis. L’animateur de télévision et de radio proposait la citation suivante. « Qui a dit : “J’ai commencé à peindre des paysages, quand j’ai compris que jamais un arbre ne viendra me dire qu’il n’était pas ressemblant.” » Avant de préciser : « C’est quelqu’un qui n’est ni humoriste ni peintre. » La chroniqueuse radio Caroline Diament réagit : « Amanda Lear ! » Bonne réponse. Les invités du plateau en profitent pour lâcher des grivoiseries sur le genre d’Amanda, et interrogent le présentateur à propos de sa disparition de l’émission : « On aimerait bien qu’elle revienne, lancent-ils. On l’adore… » Laurent Ruquier aussi regrette cette absence et ajoute : « Moi, elle m’a dit : “Je viendrais bien, mais je suis sûre qu’on va encore se moquer de moi, et ça me casse les couilles !” » Une remarque qui déclenche l’hilarité générale !

--> Voir aussi : Amanda Lear : les secrets de son éternelle jeunesse !

L’ancienne égérie de Salvador Dalí s’est souvent expliquée à propos des rumeurs la qualifiant de transsexuelle, pour les démentir. Cette affirmation lancée en 1978 par le peintre, relayée un an plus tard par le compagnon d’Amanda à l’époque, David Bowie, serait-elle devenue trop lourde à porter ? Amanda Lear avait pourtant affirmé être un homme… dans l’espoir de vendre ses premiers albums.

Ne dit-on pas que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures ? Qu’elle soit née, selon ses biographies, en 1939, 1941, 1946 ou 1947, à son âge, on peut parfaitement comprendre qu’elle en ait assez que l’on doute de sa féminité !

Nina Collombe

À découvrir