France Dimanche > Témoignages > "A 14 ans, j'ai écrit un roman, coup de colère contre les adultes"

Témoignages

"A 14 ans, j'ai écrit un roman, coup de colère contre les adultes"

Publié le 16 mars 2011

« J'en rêvais depuis que j'étais toute petite : voir sur les étalages des librairies un livre écrit par un enfant ! Et pourquoi pas moi, Kawthar (prononcez Ka-ou-tar), 14 ans ? A 8 ans, j'avais fabriqué un album illustré, l'histoire d'un drôle de zèbre et à 11 ans, je commençais un roman que finalement j'abandonnais. Puis l'an dernier, le déclic, l'inspiration est venue comme un ressort : j'avais accumulé quelque chose qui tout d'un coup est parti tout seul. Pourtant je n'avais pas d'idée toute prête, je voulais juste raconter une histoire : Nils, un petit garçon vit dans un monde régi par les “Machines à savoir“. Comme les autres enfants, il doit passer une épreuve pour accéder au métier qu'il veut faire, écrivain...

Je l'ai terminé en une journée. Puis je l'ai fait lire à ma mère pour qu'elle corrige mes fautes d'orthographe ! Elle ne m'a rien dit sur le fond, de peur que je ne sois déçue. Aujourd'hui mon père, professeur dans une école d'ingénieurs au Mans, analyse mon texte comme “un coup de colère contre le monde des adultes.“ Moi je ne sais pas... Peut-être que, nous les enfants, on écrit sans le savoir des choses qui prennent un sens pour les grandes personnes ? En tout cas, je n'ai jamais cherché à faire passer un message très précis.

Est-ce que je suis une bonne élève ? Bof. En classe de 2nde, j'ai un an d'avance, mais je bavarde, je suis rêveuse, un peu fainéante et parfois un brin farfelue ! Têtue ? Sûrement ! J'aime aller jusqu'au bout des choses et c'est bien pour cela que j'ai envoyé mon texte par email à l'éditeur jeunesse Gérard Pourret (éditions Mouck). Quatre jours après, j'avais sa réponse : ‘Votre histoire est intéressante, mais la morale n'est pas très claire.“ Il me suggérait de modifier la fin. Sur ses conseils, je me suis alors remise à l'écriture : “Stop !“ m'a-t-il dit. Je partais sur une histoire complètement différente... Alors on a finalement gardé la première version et il m'a proposé le titre : Nils et la prophétie. C'était donc bien vrai, j'allais être éditée ! Mai je n'y ai cru que lorsque j'ai vu mon livre en librairie.

Désormais j'ai un blog (http://nilsetlaprophetie.wordpress.com) et le 3 décembre, je vais au salon du livre de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour rencontrer d'autres enfants, notamment une classe de CE1. C'est maintenant comme si j'étais dans les coulisses, initiée à un secret de fabrication. Quand j'étais petite, je n'imaginais même pas que derrière des histoires comme celles de l'auteur et illustrateur Claude Ponti se cachait un être de chair et de sang ! Et voilà qu'il est venu chez moi, dans mon salon, pour me proposer d'être l'une des marraines du Muz (www.muz.org), un musée des œuvres d'enfants sur Internet !

Franchement, j'ai un peu de mal à réaliser. Du coup, je m'applique à ne pas prendre la grosse tête. D'ailleurs, certes, j'aime lire, mais je ne suis pas non plus une lectrice exceptionnelle. Je pratique aussi d'autres activités : des cours d'Arabe (que je parle l'été avec mes cousins au Maroc), de la flûte traversière dans un orchestre harmonique, de l'équitation et du roller le lundi après les cours. Devenir écrivain ? Ça me dirait bien. Mais je crois qu'il faut être beaucoup plus doué que je ne le suis pour pouvoir vivre de ce qu'on écrit. Enfin si cela arrivait, j'en serais ravie !

Surtout, je suis sûre qu'un tas d'enfants très talentueux n'attendent qu'un signe, un petit article dans un journal, pour enfin se rendre compte qu'eux aussi peuvent être publiés. Dans ma famille, je suis la troisième de cinq enfants et maintenant, mes petits frères de 10 et 11 ans, écrivent de plus en plus... »

Propos recueilli par Laurence Delville

À découvrir

Sur le même thème