France Dimanche > Témoignages > “Avec ma chienne Mimi, je rends visite aux personnes seules !”

Témoignages

“Avec ma chienne Mimi, je rends visite aux personnes seules !”

Publié le 7 janvier 2016

Depuis trois ans, Noémie Pascal, cadre dans l’industrie pharmaceutique, fait du bénévolat en maison de retraite, en allant tenir compagnie, avec Mimi, son affectueux coton de Tuléar, à des personnes âgées.

"J’apprécie beaucoup les personnes âgées et j’avais envie de me rendre utile. En cherchant une association sur Internet, je suis tombée sur l’association Parole de chien*.

Cette structure compte une vingtaine de bénévoles et se propose d’organiser des visites dans les maisons de retraite de la région parisienne, à destination des personnes seules et sans famille qui adorent les toutous. J’ai donc rempli un dossier de candidature et ma chienne Mimi, qui est très affectueuse, est passée entre les mains d’un comportementaliste. Il lui fallait vérifier si elle était équilibrée, qu’elle était en demande de caresses et ne serait pas agressive.

Au bout d’une heure de tests, il a conclu que ma chienne était… apte au service ! J’ai ensuite suivi une formation sur un week-end où j’ai appris comment aborder les personnes que j’allais rencontrer. Il ne faut surtout pas les bousculer dans leurs habitudes ni perturber leur quotidien.

"Le dialogue entre la personne âgée et la chienne est facile : comme l’animal ne juge pas, elle se sent alors en totale confiance."

Depuis, deux fois par mois, je me rends dans une maison de retraite (la fondation Aulagnier) pas trop éloignée de chez moi, à Asnières-sur-Seine. Je rends visite à cinq personnes, toujours les mêmes – ce sont en majorité des femmes –, qui refusent souvent de participer aux animations collectives. L’objectif, pour Mimi et moi, consiste à leur apporter une “parenthèse enchantée”, un moment de bonheur, une bouffée de la vie de l’extérieur.

La visite est toujours courte (un quart d’heure maximum) pour ne pas fatiguer la chienne car elle dépense beaucoup d’énergie. En arrivant, Mimi fait la fête aux résidents qui la reconnaissent. Elle va léchouiller les mains et se laisse caresser sans rechigner. On entame alors la discussion et l’on parle… d’abord de ma chienne ! Les gens s’attachent vite à Mimi qui devient parfois leur confidente. Récemment, l’une des résidentes a tenu à lui murmurer ses secrets à l’oreille. Moi, je n’ai rien entendu ! Le dialogue entre la personne âgée et la chienne est facile : comme l’animal ne juge pas, elle se sent alors en totale confiance. Cela semble même redonner à certains le goût de vivre.

Il y a aussi cette dame qui souffre de douleurs dans tout le corps. Dès qu’elle voit Mimi, elle sourit et cesse de se plaindre. Le temps de notre entrevue, elle paraît heureuse. D’autres se préparent à l’avance et ne manqueraient pour rien au monde ces instants magiques partagés avec un chien qui leur rappelle parfois celui qu’ils ont eu… dans une autre vie. J’apporte quelques friandises qu’ils peuvent donner à Mimi en récompense du temps qu’elle leur consacre.

Je pense que le fait de caresser un chien apaise les tourments, soulage l’anxiété et les états dépressifs. En tout cas, chacun y trouve son compte : les personnes âgées ne se lassent pas de cette petite boule de poils si attachante. Et pour moi, c’est un engagement important qui me fait du bien : voir ces gens qui ont l’air si tristes sortir de leur morosité et se mettre à sourire, et même à rire, c’est merveilleux. Quant à Mimi, je la trouve plus équilibrée depuis qu’elle participe à ces activités : un chien a besoin de se sentir utile, d’avoir des contacts physiques. Dès que je lui passe le foulard bleu pâle de l’association au cou, elle trépigne d’impatience !

Certaines résidentes ont la maladie d’Alzheimer et, à chacune de mes visites, semblent dans un premier temps redécouvrir le chien. Mais au bout du compte, je m’aperçois qu’elles finissent par le reconnaître vraiment : “Mais oui, c’est Mimi, avec toutes ces facéties !”

Le plus dur, évidemment, c’est lorsque des résidents disparaissent. Ces derniers temps, il y a eu trois décès… Ça n’a pas été facile à encaisser, mais l’idée que ces personnes ont – grâce à Mimi – connu quelques instants de bonheur à la fin de leur vie est réconfortante. Et puis de nouveaux résidents arrivent. Ce sera à chaque fois de nouvelles et belles aventures à vivre. »

Recueilli par Alicia Comet

* www.parole-de-chien.com
ou 01 42 85 23 39 pour l’Ile-de-France.

À découvrir

Sur le même thème