France Dimanche > Témoignages > "Avec mes 20 000 photos dédicacées, j'ai refusé le Guiness des records"

Témoignages

"Avec mes 20 000 photos dédicacées, j'ai refusé le Guiness des records"

Publié le 17 mars 2011

« Depuis plus de 30 ans je collectionne les photos dédicacées. Cela a commencé à vers 13-14 ans, lorsque, avec les copains, on sollicitait surtout les footballeurs du stade de Reims et les coureurs cyclistes. Mes premières photos datent du début des années 1960 avec Anquetil, mais aussi Luis Mariano et Gloria Lasso. Puis, en grandissant, j'ai laissé tombé ce hobby. Mais en 1980, lorsque Bernard Hinault a abandonné le Tour de France, je lui ai envoyé un mot d'encouragement en lui demandant une photo. Il m'a répondu, et la passion m'a repris.

Au début, il n'était pas facile d'obtenir les adresses. Et un jour, une amie m'a prêté le Who's Who. J'ai recopié les coordonnées qui m'intéressaient, mais celles-ci changent très vite, alors désormais j'achète ce dictionnaire des personnalités réactualisé chaque année (près de 500 euros). Ma passion me coûte cher ! Car il y a aussi les frais de timbres et j'achète aussi le Bellefaye, l'annuaire de la télévision et du cinéma. Je ne vends pas mes photos, mais j'ai fait cadeau de celle du cycliste Miguel Indurain à un collègue malade et d'un cliché de Diane Dufresnes à une amie musicienne. C'est tout. Aujourd'hui, à 63 ans j'ai reçu 20 000 photos dédicacée.

On m'a proposé de figurer dans le Guinness des Records, mais j'ai refusé. Question de respect. Je ne fais pas cette collection pour la gloire, encore moins pour l'argent. Mes raisons sont à mon image, atypiques, comme me définissent souvent mes proches... D'abord, je m'intéresse à tous ceux qui font l'actualité, même les chercheurs... Ces derniers n'ont pas l'habitude d'être sollicités, et répondent très humblement à mes courriers où je leur explique mes motivations, que je suis, un gars qui a commencé au bas de l'échelle pour terminer cadre à la Poste...

J'ai écrit cela à Sim dont j'avais lu qu'à la retraite lui aussi, il peignait dans sa maison du Var. Il m'a répondu : “Votre lettre a mis deux mois pour me parvenir. La Poste va beaucoup moins bien depuis vous êtes en retraite !“  C'était peu de temps avant sa mort... Certains me font des confidences. L'écrivain Max Olivier Lacamp m'a confié souffrir d'un cancer de la gorge : “Il paraît qu'on en guérit... Mais j'ai bien vécu... Merci cher ami lointain, votre lettre m'a beaucoup touchée.“ Plus tard, j'ai lu ce mot à sa femme : elle était très émue. J'ai aussi reçu la dédicace de l'acteur Gordon Jackson une semaine après sa mort. Malade, il avait quand même pris la peine de me répondre ! Il faut aussi se montrer patient : j'ai reçu certaines dédicaces au bout de douze ans!

Certaines personnalités figurent dans ma collection à différentes époques : Belmondo, Delon, Michèle Morgan, Danièle Darrieux. C'est aussi le cas des chanteurs, à qui j'ai fait signer pour la deuxième fois, trente ans après, la même photo sur la croisière Age Tendre & Têtes de Bois 2010. Globalement, j'obtiens 75% de retours. Mais j'attends toujours Gorbatchev et Nelson Mandela... Quant à Zidane et Jean-Jacques Goldman, ils sont intouchables, comme les Papes ! C'était aussi le cas de Michael Schumacher. Mais, tout récemment, un monsieur est venu sonner à ma porte. Il m'apportait la photo dédicacée du pilote : “Je vous la donne. Cela me fait plaisir“, a-t-il dit. Un cadeau formidable ! »

Propos recueilli par Laurence Delville

À découvrir

Sur le même thème