France Dimanche > Témoignages > Avis de recherche : “Mon ex-femme a disparu avec notre fille et échappe à toutes les polices depuis plus de six ans !”

Témoignages

Avis de recherche : “Mon ex-femme a disparu avec notre fille et échappe à toutes les polices depuis plus de six ans !”

Publié le 11 mai 2017

En décembre 2010, Priscilla disparaît avec sa fille Camille. Depuis, elles vivent dans la clandestinité, et Alain Chauvet, le papa, n’a aucune nouvelle. La militaire 
à la direction départementale de l’armement aurait-elle bénéficié de soutiens pour cacher l’enfant ? Un avis de recherche a été lancé...

«J’ai rencontré Priscilla [Majani, ndlr] en 1993. À l’époque, je donnais des cours de pilotage et elle était élève. Elle avait 19 ans, moi 44 ans. On est vite tombés amoureux. On a vécu une vraie belle histoire tous les deux… Je l’ai soutenue dans ses études jusqu’à ce qu’elle devienne ingénieur aéronautique dans l’armée. Nous vivions dans le sud de la France, nous avions chacun un métier épanouissant, une belle vie ! Puis Priscilla a ressenti le besoin de devenir mère. Moi, j’avais déjà trois enfants d’une précédente union et n’en souhaitais pas d’autre, mais avais-je le droit de l’empêcher d’enfanter ?

On s’est d’abord mariés en 2004, puis notre petite Camille a vu le jour l’année suivante. Malheureusement, Priscilla a totalement changé après l’accouchement. Elle ne voulait pas reprendre le travail, elle était trop proche de Camille, elle l’a d’ailleurs allaitée jusqu’à ses 2 ans ! Puis sa famille, qu’on ne voyait jamais auparavant, est devenue subitement de plus en plus présente. Une famille très religieuse qui ne m’a jamais accepté.

Priscilla (Majani) la mère de Camille
Priscilla (Majani) la mère de Camille

Endoctrinée

Fin 2007, Priscilla et moi nous séparons. Elle retourne alors vivre chez ses parents, et nous convenons d’une garde alternée pour notre fille. Mais en début d’année 2008, Priscilla a changé. Elle est comme endoctrinée. Elle ne parle que de la Bible. Ça m’inquiète et me cause du souci.

En juin 2008, je reçois un courrier d’avocat m’informant d’une procédure à mon encontre pour coups et blessures sur Priscilla ! Je n’en revenais pas que notre séparation prenne cette tournure. L’été suivant, alors qu’elle avait la garde de notre fille jusqu’à la fin du mois de juillet, elle est restée avec Camille pendant trois mois. En 2010, notre divorce devient enfin effectif, avec cette fois-ci une garde alternée officielle d’une semaine chez l’un puis une semaine chez l’autre.

Je retrouve enfin ma fille. Elle est vive, souriante. Je l’emmène à la pêche, en randonnée et faire des vols en avion. Nous partageons des moments de complicité. Mais le 26 décembre, tout bascule. Priscilla récupère Camille pour la deuxième partie des vacances. Elle est souriante et à la fois énigmatique. Je ne fais pas attention. Je ne le sais pas encore, mais c’est la dernière fois que je vois ma petite fille…

Début janvier 2011, la maîtresse de Camille m’appelle et me dit que la petite est absente. Quelques jours plus tard, j’apprends que Priscilla a porté plainte contre moi et m’accuse d’avoir violé notre fille ! Camille a été interrogée et filmée par la police. Le ciel me tombe sur la tête ! Après une expertise médicale, le procureur classe l’affaire sans suite. Camille n’a jamais été abusée mais a probablement été manipulée par sa mère pour me faire du tort.

Elle est devenue un enjeu. Ce qu’un enfant ne doit jamais être. Les policiers sont allés chez Priscilla, l’ont placée en garde à vue mais n’ont pas pensé utile de récupérer Camille. Alors quand Priscilla est sortie, en promettant au magistrat de me rendre ma fille et d’accepter de se faire soigner, elle est rentrée chez elle et s’est enfuie avec la petite.

Le portrait de Camille aujourd'hui âgée de 10 ans
Le portrait de Camille aujourd'hui âgée de 10 ans

Avis de recherche

Depuis, je ne dors plus, une heure par nuit tout au plus. Je ressasse sans arrêt les mêmes questions. Ma fille est-elle en France, à l’étranger ? Est-elle éduquée, soignée ? Est-elle seulement toujours en vie ? Parfois, j’ai très peur et je pense au pire. Camille n’a plus d’existence légale, elle n’est pas scolarisée. Priscilla n’a pas le cran de partir seule, sans soutien.

Je sais que sa famille est une aide logistique et financière [en janvier 2016, le tribunal correctionnel de Toulon a condamné l’une des sœurs de Priscilla à deux ans de prison, dont un avec sursis, et la mère de Priscilla, 80 ans, à deux ans de prison, dont six mois avec sursis, pour “complicité de soustraction d’enfant”. Elles ont fait appel de ce jugement. Priscilla, absente à l’audience, a écopé quant à elle de trois ans de prison, ndlr].

Par ailleurs, grâce à son métier, elle sait disparaître des fichiers bancaires, des services sociaux, etc. Je pense qu’elle a changé d’identité. L’enquête a montré que Priscilla a probablement aussi été aidée par une communauté religieuse à tendance sectaire. En tout cas, elle échappe à toutes les polices depuis six ans malgré plusieurs mandats d’arrêt délivrés par des juges et toutes les actions que j’ai menées depuis tout ce temps. J’ai même occupé le beffroi de Lille pendant deux jours en 2013, avec d’autres pères et mères en colère, pour faire réagir symboliquement.

Sur le moment, j’ai trouvé ça formidable. J’avais le sentiment que ma fille était là, avec moi. Aujourd’hui, je ne crois plus en rien. Personne n’a réagi à tout ce que j’ai fait et ma fille n’est toujours pas auprès de moi. Comment se fait-il qu’on ne peut – qu’on ne veut – pas mettre les moyens pour retrouver Camille ? Pourquoi ? Combien de personnes m’ont dit : “Ah mais si elle est avec sa mère, alors ça va…”

Personne ne pense aux dommages collatéraux. Je devais rencontrer le ministre Bruno Le Roux, et au dernier moment, il démissionne. J’attends un rendez-vous avec le suivant. Mais avec la présidentielle, je reste dans le flou absolu… »

Marine Mazéas

À découvrir

Sur le même thème