France Dimanche > Témoignages > "Bienvenue dans mon animauberge !"

Témoignages

"Bienvenue dans mon animauberge !"

Publié le 4 septembre 2015

À 37 ans, Cécile a ouvert une auberge pour animaux de compagnie dans le Maine-et-Loire. L’été, touristes et vacanciers lui confient leur matou ou leur toutou adoré. Ici, pas de cage ni de barreaux mais des caresses à gogo !

« Il y a deux ans, j’ai monté ma propre entreprise en pleine campagne, près d’Angers : une auberge pour loger huit chats et quatre chiens maximum à la fois. Pas facile de changer de vie, d’abandonner un CDI, de s’établir loin de ses proches, bref de se lancer dans une aventure comme celle-ci.

Mine de rien, c’est du boulot à plein temps, sans week-end ni vacances. Et puis c’est une grande responsabilité aussi quand on sait l’attachement qu’ont les propriétaires pour leurs animaux de compagnie. En plus, je ne peux compter que sur moi-même pour les accueillir, les nourrir, les balader…

"Chacun peut y vivre sa vie sans déranger l’autre, indépendant toute la journée, avec son alimentation en libre-service."

J’ai acheté cette maison début 2013. Un vrai coup de cœur. Située sur un terrain de 8 000 m2, elle est idéale pour les toutous qui disposent du rez-de-chaussée et d’une pièce pour dormir. À l’autre bout du jardin, j’ai installé un gîte pour mes pensionnaires chats : deux pièces au calme de 25 m2 chacune avec perchoirs, arbres à chat, jeux. Chacun peut y vivre sa vie sans déranger l’autre, indépendant toute la journée, avec son alimentation en libre-service. Les matous restent à l’intérieur du logis en permanence. Et je viens le matin pour les nourrir, les câliner. Quel plaisir de les voir s’amuser tous ensemble ! Jamais de dispute. Ils ne se battent pas. Ils s’amusent comme s’ils prenaient du bon temps en colonie de vacances…

Après, je vais rendre visite aux chiens, pensionnaires plus exigeants qui ont besoin de plus d’attentions, de jeux, de promenades quotidiennes dehors. Ils doivent bien sûr se défouler. Dès leur arrivée, je les présente à leurs congénères dans le jardin. Il leur faut parfois un petit temps d’adaptation.

"J’ai la sensation que tous passent de bonnes vacances loin de leur maître."

Je deviens aussi plus sélective dans mes choix : je préfère m’occuper de chiens qui ont été bien sociabilisés, surtout les femelles car elles sont moins agressives dans la défense de leur territoire. Là encore, j’ai la sensation que tous passent de bonnes vacances loin de leur maître.

Les pensionnaires restent ici en moyenne une semaine (9 euros par chat et 12 euros par chien, la journée), parfois davantage. En les déposant, les propriétaires apportent leurs croquettes ou leur pâté préféré pour que leurs petits compagnons ne soient pas perturbés. Chacun a son régime spécifique et reçoit une attention particulière.

Je m’adapte au caractère de chacun de mes pensionnaires. Le secret de la réussite d’un bon séjour, c’est qu’ils finissent par se sentir vraiment comme à la maison ! Certains ne veulent même plus rentrer chez eux…

Aujourd’hui, je suis fière de m’être lancée dans cette aventure. Je ne croyais pas en être capable. Je pense avoir réussi à relever un beau défi. »

Recueilli par Alicia Comet

Plus d’infos sur la page Facebook « Animauberge ».

À découvrir

Sur le même thème