France Dimanche > Témoignages > « Chaque matin, le fantôme de mon premier amour venait s'asseoir au pied de mon lit »

Témoignages

« Chaque matin, le fantôme de mon premier amour venait s'asseoir au pied de mon lit »

Publié le 24 août 2011

"Je sais que mon histoire est incroyable, pourtant je vous assure que tout cela s'est bel et bien déroulé comme je le raconte. L'été de mes 16 ans, pour sanctionner une année scolaire catastrophique, ma mère m'a privée de vacances et envoyée travailler à l'usine. La “punition“ s'est révélée moins pénible qu'elle ne se l'imaginait, car à l'usine, j'ai rencontré Vincent. Il avait trois ans de plus que moi et il était le fils du patron.

Entre nous, cela a tout de suite été le coup de foudre. Un an plus tard, hélas, mon premier amour s'achevait dans les larmes : Vincent se tuait dans un accident de la route. J'ai beaucoup pleuré et pendant des mois, comme une veuve, je suis allée chaque jour me recueillir sur la tombe de mon fiancé. Et puis la tristesse a fait place à la nostalgie et j'ai quitté la région pour faire ma vie...

Je suis revenue vivre dans le village de ma jeunesse quinze ans plus tard. J'avais donc 31 ans, j'étais mariée, et j'avais quatre enfants, trois garçons et une fille. Mon mari et moi avions décidé de faire construire une maison. En attendant la fin du chantier, mon frère nous prêtait un pavillon. Celui-ci jouxtait le petit cimetière où reposait Vincent.

Les phénomènes étranges ont commencé quand je suis tombée enceinte. Les lumières s'allumaient et s'éteignaient toutes seules dans la maison. La télévision se mettait en marche sans que personne n'y touche. Comme je ne suis pas superstitieuse, j'ai mis tout cela sur le compte d'une mauvaise installation électrique.

Un matin, alors que mon mari venait de se lever pour aller travailler, j'ai senti une présence dans la chambre. Pire : le matelas s'est enfoncé, comme si quelqu'un s'asseyait au pied de mon lit ! J'ai parlé de ces “visites“ à mon mari et à ma mère qui m'ont confirmé qu'eux aussi ressentaient des choses étranges : des portes qui claquaient sans courant d'air, des bruits... Jusqu'à nos enfants qui étaient anormalement nerveux.

J'étais angoissée, bien sûr, mais je n'avais pas peur, car je sentais que cette mystérieuse présence était bienveillante. Comment ai-je su qu'il s'agissait de Vincent ? Je ne peux pas le dire, mais j'étais certaine que c'était lui.

Cela a continué ainsi jusqu'au terme de ma grossesse. Après l'accouchement d'un petit garçon, alors que j'étais seule dans ma chambre à la maternité, j'ai de nouveau senti qu'on s'asseyait près de moi. C'est la dernière fois que le fantôme s'est manifesté. Lorsque je suis revenue chez moi, la mystérieuse présence avait disparu. Et, quelque temps plus tard, nous avons emménagé dans notre maison. Neuve et sans fantôme."

Propos recueilli par Cyril Guinet

À découvrir

Sur le même thème