France Dimanche > Témoignages > Charlène Caloud : “J’ai perdu mes cheveux, intoxiquée par une courge amère !”

Témoignages

Charlène Caloud : “J’ai perdu mes cheveux, intoxiquée par une courge amère !”

Publié le 7 octobre 2018

vap-3755-2-1

Pour avoir mangé un butternut trop mûr, cette jeune femme de 30 ans a perdu la quasi-totalité de sa chevelure en quelques jours…

«Juste après Noël dernier, j’ai acheté un butternut au supermarché.

D’habitude, j’en apprécie le goût et la texture douce et veloutée.

Je l’ai donc mis au four, à rôtir.

C’était le soir du 26 décembre et j’étais la seule à en manger.

Après plusieurs bouchées, j’ai trouvé le goût bizarre, très amer, et j’ai décidé de ne pas finir mon assiette. 

Quelques minutes plus tard, me sentant ballonnée, barbouillée, je suis allée m’allonger sur le canapé.

Je ne me sentais vraiment pas bien.

Comme mon copain avait la grippe, j’ai pensé que j’avais attrapé une gastro de lendemain de fêtes, tout simplement. Je suis allée me coucher.

Tondeuse

Pendant la nuit, les troubles ont augmenté.

J’ai vomi tout ce que je pouvais. Des spasmes douloureux, des sueurs froides me gardaient éveillée.

J’ai même cru faire un malaise dans la salle de bains, avec des hallucinations. 

Au matin, les crampes ont fini par se calmer et je me suis endormie de fatigue.

Au réveil, j’avais retrouvé des couleurs, mangé une compote, un yaourt avant de faire un vrai repas en fin d’après-midi.

La crise était passée. Je n’y pensais plus.

Une semaine plus tard, en passant ma main dans mes cheveux, je m’aperçois que j’en perds des poignées entières.

Les trouvant secs, je leur applique un masque hydratant, ce qui visiblement ne sert à rien. 

Au bout d’une quinzaine de jours, je perds toujours mes cheveux par plaques.

Mon copain me dit : “On dirait que tu as eu un coup de tondeuse sur la nuque !

Angoisse. Je me pose mille questions pour tenter d’expliquer cette chute soudaine.

Non, je ne suis pas stressée en ce moment…

Peut-être n’aurais-je pas dû utiliser cette nouvelle mousse coiffante achetée chez le coiffeur ? 

Je panique. Et les visites chez mon généraliste, mon dermatologue n’y changent rien.

On me fait toute une batterie de tests sanguins qui ne résolvent pas l’énigme.

On me prescrit des vitamines, des corticoïdes.

Rien n’y fait. Au bout d’un mois, mes cheveux s’en vont comme si j’avais appliqué une crème dépilatoire sur le crâne.

En les lavant, j’entends même un craquement. Je suis affolée.

Je travaille dans un laboratoire de recherches médicales.

Avec une de mes collègues, je décide un matin de passer un cheveu au microscope.

Je vois distinctement qu’au milieu, il y a une fourche. Rien avant et rien après.

Ensuite, grâce à l’une de mes cousines, je tombe sur une publication récente du Dr Philippe Assouly. Dermatologue à l’hôpital parisien Saint-Louis, il vient de faire le lien entre la consommation de cucurbitacées (dont les citrouilles, les courgettes, les butternuts font partie) et l’alopécie.

Je l’appelle, prends rendez-vous avec lui et lui raconte mon histoire.

C’est là que je me suis souvenue d’avoir mangé un butternut amer le lendemain de Noël.

Je comprends que c’est la cause de ma perte de cheveux.

Toxine

Le spécialiste me confirme alors qu’il connaît deux autres cas de femmes à qui cela est arrivé.

La courge que j’ai ingérée a été pollinisée par un insecte porteur d’une toxine qui attaque l’être humain au niveau des cheveux, des poils, des ongles.

Mes cheveux ont été atteints au niveau du bulbe.

Aujourd’hui, ils repoussent normalement et je souhaite d’ailleurs retrouver une belle longueur car je me marie l’an prochain !

Je mange volontiers des courgettes et des melons (qui sont de la même famille) mais j’évite le butternut. 

Le seul conseil que je peux donner est de rejeter un légume trop amer ou trop mûr.

Et avant de donner une purée de courgettes à un bébé, mieux vaut la goûter… »

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème