France Dimanche > Témoignages > “Christophe Hondelatte m’a sorti de la rue”

Témoignages

“Christophe Hondelatte m’a sorti de la rue”

Publié le 16 mai 2014

Michel Baldy, Paris

Après sept ans de galère, ce SDF est parvenu à se réinsérer grâce à la gentillesse de l’animateur. Son destin n’en reste pas moins terriblement sombre.

« Né en 1969 à Villepinte, j’ai grandi à la Cité des Mille, un quartier aujourd’hui connu pour sa délinquance. Ma mère était assistante maternelle et mon père chauffeur livreur. Il était peu présent et était dur. J’ai eu deux frères, Fabrice, mon aîné, et Christophe, de quatre ans mon cadet, décédé d’une overdose.

Vers 16 ans, j’ai commencé à enchaîner les petites bêtises : vol de mobylettes et délits de toutes sortes. Je fumais aussi en cachette. Pour me punir, mon père me battait. Puis j’ai commencé à travailler avant de partir en Allemagne pour mon service militaire. C’est alors que mes parents se sont séparés. À mon retour j’ai enchaîné les petits boulots puis je me suis marié avec Françoise, une tenancière de bar. Un jour, pour une broutille, elle m’a chassé. Je suis parti avec quelques affaires et mes deux chiennes.

Déboussolé

Impossible de trouver un logement, sans emploi et avec des chiennes ! Je ne voulais pas solliciter à nouveau ma famille ou des amis. Alors, je suis “monté” à Paris, en septembre 2004. Ma première nuit, je l’ai passée près du périphérique, à même le sol. Au début, j’étais déboussolé : je ne savais pas où aller, où dormir, éviter les endroits dangereux. J’ai observé comment les autres SDF faisaient pour survivre et me suis résolu à faire la manche devant les magasins des beaux quartiers : “Bonjour Madame, une petite pièce, s’il vous plaît ? Un ticket restaurant, un sourire ?”

Peu à peu j’ai mis de l’animation : en décembre, je me déguisais en Père Noël, l’été, je faisais rire les badauds avec mon numéro de la canne à pêche, et on a commencé à me donner plus d’argent. Bien sûr, j’ai connu le froid, la violence, la solitude. Pour les repas, ma priorité c’était mes chiennes. Les riverains qui me connaissaient m’offraient un café, une boîte de cassoulet que j’allais réchauffer au micro-onde chez un restaurateur du quartier.

C'est grâce à Christophe Hondelatte que Michel s'en est sorti !
C'est grâce à Christophe Hondelatte que Michel s'en est sorti !

Il faut dire que j’étais toujours propre sur moi (j’allais prendre des douches ou je me nettoyais avec des lingettes), pas agressif, jamais saoul. Puis j’ai réussi à me construire une cabane, équipée de l’électricité grâce à une batterie de voiture, d’un clic-clac, et même d’une télévision, le luxe !

Mais j’ai aussi connu la violence. Un soir, on a essayé de me piquer ma place et on m’a assommé avec une bouteille vide. J’ai fini aux urgences, où on m’a recousu rapidement et vite remis dehors !

Heureusement, j’ai rencontré d’autres personnes dans ma situation, avec qui j’ai sympathisé. Nous avons passé des nuits entières à nous remonter le moral. Malheureusement, la plupart d’entre eux sont décédés, d’un cancer ou d’hypothermie. Ils reposent à Thiais, dans le “cimetière des pauvres”. Victime de la pollution, l’une de mes chiennes est aussi morte d’un cancer. Quant à moi, je suis atteint d’un cancer du poumon et les médecins m’ont découvert des métastases au cerveau. On me soigne par chimiothérapie et radiothérapie.

Mais je ne vis plus dans la rue : un jour, le journaliste Christophe Hondelatte s’est approché de moi et m’a proposé de venir dans son émission [23 minutes avec…, sur la chaîne Numéro 23, ndlr]. Il a lancé un appel aux auditeurs, ce qui m’a permis de suivre une formation.

Michel Baldy 3Aujourd’hui je suis gardien d’un immeuble dans le XXe, à Paris. Je n’ai plus de chien : ces compagnons donnent beaucoup de bonheur, mais c’est trop de souffrance quand on les perd. J’essaie de ne pas trop penser à ma santé. Cela ne change rien à ma vie. J’ai des copains que je vois souvent et je suis heureux. Rescapé de la rue, j’ai eu beaucoup de chance. »

"La rue était mon lit", de Michel Baldy, aux éditions City, 15,50 €.

Florence Heimburger

À découvrir

Sur le même thème