France Dimanche > Témoignages > Clémentine Rigaud, Beaufort-sur-Gervanne (Drôme) : “Je suis la miss France 
agricole 2019 !”

Témoignages

Clémentine Rigaud, Beaufort-sur-Gervanne (Drôme) : “Je suis la miss France 
agricole 2019 !”

Publié le 10 mars 2019

A 18 ans, elle est lauréate du concours organisé depuis cinq ans sur Facebook qui récompense “une jeune femme simple, dynamique, sachant défendre ses idées sur le monde agricole”. Quelle aventure !

«Au départ, c’était un peu une blague ! Je suivais chaque année – mais de loin – l’élection de Miss France agricole sur Facebook*. Et puis en novembre dernier, je me suis dit que j’allais participer au concours. Rien à perdre, et pas grand-chose à gagner non plus, si ce n’est une reconnaissance et la joie de ceindre l’écharpe tricolore lors du prochain Salon de l’agriculture [du 23 février au 3 mars, ndlr]…

J’ai donc posté une belle photo qui est d’ailleurs celle de mon profil sur Facebook où je tiens un agneau dans les bras. Sur ce cliché, je suis installée au milieu de la bergerie de mon père qui est éleveur de 160 brebis et vigneron (il vend son raisin en coopérative pour la fabrication de la Clairette-de-Die).

Je joins à la photo un petit texte d’une quinzaine de lignes dans lequel je me présente sommairement : j’ai 18 ans, j’ai passé mon bac pro et je suis en première année de BTS production animale au lycée agricole de Saint-Paul-Trois-Châteaux, ville de 9 000 habitants dans la Drôme. Recueillant 1 200 likes, je suis la troisième sur la soixantaine de concurrentes présentes sur les réseaux sociaux cette année.

Je suis quasiment la seule à avoir posté une photo avec un agneau dans les bras. Les autres filles ont plutôt choisi des vaches, des chevaux… Il faut croire que l’agneau est plus vendeur ! Seule une vingtaine d’entre nous a été sélectionnée. Puis le jury, formé de cinq personnalités du monde agricole, a retenu cinq candidates dont les motivations lui semblaient les meilleures.

Les critères sont les suivants : il faut savoir se présenter avec simplicité, défendre les “vraies valeurs”, ainsi que ses idées sur l’agriculture actuelle. Moi, j’ai surtout voulu soutenir les femmes dans ce monde traditionnellement représenté par des hommes. Nous aussi, nous avons de bonnes idées. Nous pouvons apporter quelque chose de nouveau.

La Drôme, mon département, est le premier département bio de France. Je défends les circuits courts de production avec la vente directe de nos produits. D’ailleurs, avec mon père, on participe chaque année à l’événement “De ferme en ferme” qui consiste à ouvrir notre exploitation au grand public pour lui faire déguster notre produit phare, en l’occurrence notre agneau cuit à la plancha !

C’est finalement le samedi 15 décembre dernier, jour de l’élection de Miss France à la télé – que j’ai été élue Miss France Agricole 2019. D’un œil, je regardais le petit écran et, de l’autre, j’ai vu mon score personnel s’accroître et… j’ai gagné ! J’étais super contente et mon père, très fier. Quant à la maire de notre bourg, elle a tenu à me féliciter. Ce titre va peut-être faire venir du monde par ici…

J’ai reçu une écharpe, comme une Miss France, que je vais porter pour la première fois lors d’une cérémonie officielle au Salon de l’agriculture. Je reçois déjà de nombreux cadeaux des partenaires du concours : des bougies, deux tee-shirts, un sac et… deux nuits dans un hôtel parisien pour venir au salon les 25 et 26 février prochain.

Pour moi, ce titre est certes honorifique. Et cela va me permettre de mieux faire connaître mon futur métier. J’ai évidemment des projets d’avenir : après mon BTS et ma spécialisation, j’aimerais bien m’installer avec mon père sur la bergerie. Je voudrais ensuite créer une ferme pédagogique pour montrer comment on élève les animaux et, pourquoi pas, imaginer un camping à la ferme… »

* facebook.com/Miss.Mister.Agricole

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème