France Dimanche > Témoignages > Daniel Giacalone : “Trop d’enfants meurent de noyade !”

Témoignages

Daniel Giacalone : “Trop d’enfants meurent de noyade !”

Publié le 22 septembre 2018

vap-3754-1-1

Ce maître nageur sauveteur de 45 ans, également éducateur sportif, met en garde les parents qui ne surveillent pas assez leurs bambins au bord des piscines privées et sur la plage.

«Les chiffres, éloquents, donnent froid dans le dos : chaque été en France, les noyades sont responsables de près de 500 décès.

Les personnes les plus touchées sont les plus de 45 ans et surtout les moins de 6 ans.

Il faut savoir qu’un enfant peut tout à fait se noyer, sans faire aucun bruit, en moins de 2 minutes d’inattention de la part de ses parents et… dans 20 cm d’eau seulement !

Mon premier conseil est de ne jamais le quitter des yeux et lorsqu’on est dans l’eau avec lui, de l’équiper de brassards conformes à la législation européenne et française.

Il y a dix ans, un ami proche a perdu son fils de 4 ans, Thomas, qui s’est noyé dans la piscine de sa maison.

Cet après-midi-là, sa maman était en train de coudre et s’est piqué le doigt.

Le temps d’aller se désinfecter le pouce, elle a laissé son enfant sans surveillance pendant moins d’une minute.

Lorsqu’elle est revenue, le petit flottait sur l’eau de la piscine. 

Ce drame m’a profondément ébranlé.

Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose car je vois trop de mamans et de papas qui perdent de vue pendant quelques instants leurs petits alors qu’il faut une surveillance constante. 

Je me suis servi de l’histoire dramatique de Thomas pour réaliser un petit film de 3 minutes (que je lui dédie, d’ailleurs) dans lequel je donne des conseils pratiques et simples aux vacanciers. 

En tant que maître-nageur, j’ai pu sauver trois enfants de moins de 2 ans d’une noyade dans très peu d’eau.

Les parents étaient pourtant assis à 2 mètres d’eux, discutant à bâtons rompus de la pluie et du beau temps, distraits, et leur garçonnet ou leur fillette soudainement a perdu l’équilibre et a roulé dans les flots.

C’est si vite, trop vite, arrivé…

Brassards

C’est pourquoi je vous conseille vivement, si vous êtes invité à boire l’apéro chez des amis qui ont une piscine, ce qui est fréquent dans le Sud, de désigner une personne (hélas privée d’alcool) qui sera responsable de la surveillance de la piscine. 

Autre cause récurrente d’accident, les brassards, mal utilisés.

Ce ne sont pas des bouées mais plutôt des accessoires gonflables qui aident à flotter.

De nombreux parents pensent, à tort, que leurs enfants qui en sont munis sont en sécurité.

Dès que le bambin saute dans l’eau, les brassards, même bien adaptés, ont tendance à glisser et ne sont plus alors d’aucune utilité.

Je suis donc d’avis de ne les utiliser qu’à la condition que l’un des parents soit aussi dans la piscine.

Responsable

Il vaut mieux enseigner aux enfants à sauter dans l’eau avec les bras croisés (comme je le montre sur la photo ci-contre) et surtout pas les bras en l’air avec leurs brassards.

Je recommande en outre le port d’un gilet de sauvetage ou d’une combinaison complète, ce qui peut permettre d’éviter de boire la tasse à répétition.

Mon film est diffusé gratuitement depuis le début de l’été dans quatre cinémas de la région (à Carry-le-Rouet, à Cassis, à Saint-Cyr-sur-Mer, à La Ciotat) et j’ai des retours très positifs.

Mon objectif est de sensibiliser le grand public.

Si j’arrive à toucher même une seule famille qui, après avoir visionné ce court-métrage, prendra mieux ses responsabilités, je serai heureux.

Je rappelle que la première cause de mortalité chez les moins de 13 ans est la noyade accidentelle, en mer, en rivière ou en piscine… »

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème