France Dimanche > Témoignages > "Depuis que je ressemble à Mimie Mathy, je me sens enfin bien dans ma peau..."

Témoignages

"Depuis que je ressemble à Mimie Mathy, je me sens enfin bien dans ma peau..."

Publié le 5 décembre 2011

Avant de se teindre en blonde et de ressembler à la comédienne, Sandrine faisait l'objet de toutes les railleries. Aujourd'hui, elle est au cœur de toutes les attentions.

« Ma petite taille, je l'ai longtemps portée comme un fardeau. Lorsque j'étais enfant, j'étais déjà la cible des moqueries de mes camarades. À l'adolescence, ma différence s'est faite encore plus cruelle : moi aussi, je rêvais de princes charmants et de belles histoires d'amour, mais aucun garçon ne m'approchait, me condamnant à une douloureuse solitude. En devenant adulte, la tendance s'est brusquement inversée, mais pour le pire : j'ai en effet commencé à me faire draguer par des pervers qui me voyaient comme un moyen de réaliser l'un de leurs obscurs fantasmes : coucher avec une naine d'1,33 m !

Au fil du temps, j'ai appris à surmonter toutes ces difficultés et j'ai gagné en sérénité, supportant mieux mon infirmité. Malgré tout, mon quotidien est resté pesant : les regards insistants et les rires à peine dissimulés demeuraient difficiles à supporter. Heureusement, il y avait l'amour de mes proches : mes deux filles, Ludivine et Pauline, ainsi que Serge, mon compagnon, rencontré sur Internet et qui m'a toujours si bien comprise. Ils m'ont énormément soutenue, quand j'avais le moral en berne.

Et puis, il y a quelque temps, il m'est arrivé une aventure pour le moins inattendue, qui m'a enfin permis de me sentir bien dans ma peau...

Tout remonte à l'année 2007, lorsque Serge m'a innocemment suggéré : “Sandrine, tu devrais te teindre en blonde, je suis certain que ça t'irait à merveille...“ Auparavant, certains amis m'avaient déjà dit que j'avais un air de ressemblance avec Mimi Mathy. Mais une fois colorée, tout le monde m'a vraiment pris pour la célèbre héroïne de “Joséphine, ange gardien“ ! Du jour au lendemain, je n'ai plus été la cible des railleries qui m'affectaient tant auparavant.

Au contraire ! Dans la rue, les enfants me couraient après en souriant pour me demander de claquer des doigts et de faire des miracles ! Les adultes eux-mêmes me serraient la main en me demandant de signer des autographes ! Au dernier festival du théâtre d'Avignon, la comédienne Agnès Soral m'a invitée pour une représentation de son spectacle car elle m'a prise pour celle que je ne suis pas...

Du coup, j'ai décidé de jouer le jeu : si j'avais à ce point l'aspect de Mimi Mathy, alias Joséphine, autant en profiter ! Grâce aux encouragements de mes enfants, qui trouvaient aussi la ressemblance troublante, je me suis inscrite à l'émission de Christophe Dechavanne : “Qui sera le meilleur sosie de l'année 2010 ?“. Je me souviendrai toujours de mon passage sur scène, tant ce fut une expérience exceptionnelle : en faisant de moi le sosie d'une célébrité, mon handicap m'attirait l'admiration et le respect du public !

Ses applaudissements nourris et ses cris d'encouragements semblaient me dire : “Sandrine, tu es belle, on t'aime comme tu es !“  Qu'est-ce que j'étais heureuse ! Et même si je n'ai pas remporté le concours, il m'a ouvert les yeux sur une inestimable réalité : au lieu de la traîner comme un boulet, je pouvais désormais faire de ma différence une fierté, une force et finalement un véritable avantage. Il n'y a d'ailleurs qu'à me regarder : aujourd'hui, le sourire ne me quitte plus.

À 40 ans, je suis en effet plus heureuse que jamais, à tel point que j'ai souhaité rendre une partie de ce nouveau bonheur à ceux qui en ont besoin : après avoir participé au festival international des sosies de Valras, dont j'ai remporté le prix du meilleur espoir féminin, j'ai décidé de me produire en spectacle pour des associations qui militent en faveur d'enfants malades. C'est ma manière de leur donner l'envie et la force de combattre leur maladie.

Avec mon compagnon, nous préparons également un “one woman show“. Et si cela devait se produire, je devrais avant tout remercier Mimi Mathy. Avec ses téléfilms, elle a en effet le mérite d'avoir montré au grand public que les personnes de petite taille sont avant tout des êtres humains qui ont besoin qu'on les respecte et qu'on les aime. Et, sans le savoir, elle m'a redonné le goût de vivre avec un physique dont je n'ai plus honte. »

Propos recueilli par Thierry Lopez

À découvrir

Sur le même thème