France Dimanche > Témoignages > “Divorcée, je mène enfin la vie qui me correspond”

Témoignages

“Divorcée, je mène enfin la vie qui me correspond”

Publié le 17 novembre 2016

En mettant fin à une vie conjugale morose, Nathalie Cougny a renoué avec sa féminité et relancé sa créativité. Aujourd'hui divorcée, elle ne s’est jamais sentie aussi heureuse…

« Après seize ans de mariage et la naissance de quatre enfants, je me suis rendu compte que, petit à petit, je m’étais enfermée dans la vie de mon mari. J’avais l’impression d’être dans un tunnel.

Notre famille était belle, j’étais mère, mais je souffrais d’un manque d’amour, j’avais perdu ma peau de femme. Avec le père de mes enfants, nous étions comme deux bons copains, et cette relation sans passion me vidait de mon énergie, je me perdais.

"Notre divorce fut long et difficile mais, paradoxalement, il m’a libérée."

Tout a basculé quand je me suis aperçue que mon mari me mentait et qu’il menait une autre vie, à côté, ce que je ne pouvais pas accepter. Notre divorce fut long et difficile mais, paradoxalement, il m’a libérée.

J’avais besoin de retrouver le plaisir d’être en contact avec un homme. Alors, sans me poser de questions, je me suis inscrite sur un site de rencontres. J’ignorais tout de ce monde où 62 % de personnes ne recherchent qu’une simple aventure. Je n’étais pas préparée au décalage entre le discours sur Internet et la réalité, ni aux photos truquées…

Ce monde à part, je l’ai raconté dans un livre (Sex&love.com, aux éditions Sudarènes), version longue d’une comédie corrosive qui a été mise en scène et se joue dans toute la France avant d’arriver à Paris prochainement.

Pour ma part, j’ai surtout eu la chance de rencontrer des hommes bienveillants qui m’ont protégée et répondu à mes attentes. J’avais besoin d’amour, besoin de me sentir vivre. Grâce à eux, je me suis réconciliée avec ma féminité, ma sensualité, je me suis retrouvée.

Cela s’est aussi traduit dans ma peinture, car ma nouvelle vie m’a permis de consacrer plus de temps à mes passions.

De même, alors que je n’avais jamais pris la plume, dans une atmosphère d’harmonie entre le corps et l’esprit, j’ai également commencé à écrire de la poésie sensuelle. Sans tabou, libérée, affranchie du regard des autres, j’y exprimais avec plaisir ce que les hommes que je rencontrais m’apportaient.

J’ai eu l’idée de partager ces poèmes sur le réseau social Facebook et j’ai été très surprise de l’engouement qui a suivi. Au-delà des mots, les internautes sentent sûrement que je suis sincère, que je ne joue aucun rôle, et c’est ce qu’ils apprécient. Cet accueil m’a encouragée et j’ai publié un premier recueil en 2011, six autres ont déjà suivi.

Mon histoire m’a permis de me rendre compte à quel point les femmes ont parfois des difficultés à vivre la vie dont elles rêvent. Certaines, comme je l’ai fait, supportent des situations qui ne leur correspondent pas.

Il est temps que cela évolue, que chaque femme comprenne qu’il n’est jamais trop tard, qu’il est toujours possible de renaître, même si c’est long et difficile.

"Chaque femme devrait se sentir libre de choisir sa façon de vivre sans avoir à se justifier."

Pourquoi faudrait-il supporter des situations de couples compliquées, voire violentes ? Pourquoi faudrait-il n’avoir qu’un seul et unique amour tout au long de sa vie ? Pourquoi accepte-t-on d’un homme qu’il ait plusieurs maîtresses, contrairement à une épouse ?

C’est ce que je tente d’exprimer dans mon roman Amour & confusions. Chaque femme devrait se sentir libre de choisir sa façon de vivre sans avoir à se justifier, à prouver quelque chose ou à en faire plus.

C’est pourquoi je m’engage contre toutes les violences faites aux femmes en écrivant des livres de témoignages et en organisant ou en participant à des manifestations dédiées.

Et parce que les schémas de la vie d’adulte se construisent dans l’enfance et l’adolescence, je publie également des livres destinés aux filles de 7 à 12 ans. Il faut arrêter de leur parler uniquement de contes de fées et les préparer à la vraie vie.

Je me suis inspirée de situations que nous avions vécues, ma fille et moi, pour aborder des sujets de la vie quotidienne et ouvrir le débat dans les familles sur le divorce des parents, l’envie d’être aimée… Les thèmes ne manquent pas et, sur un ton drôle et approprié, tout est possible.

Tout ce travail, je ne le fais pas en opposition aux hommes, que je respecte et que je n’oublie pas. Entre virilité et sensibilité, leur place est, parfois, difficile à trouver aussi.

Quant à moi, je suis heureuse, même si ce n’est pas simple tous les jours. Je m’engage sans compter les heures et, pour l’instant, je suis ravie des retours positifs que je reçois. J’ai confiance en l’avenir… »

Julie Boucher

À découvrir

Sur le même thème