France Dimanche > Témoignages > "Edgar est venu gratter à la porte après une fugue de 18 mois"

Témoignages

"Edgar est venu gratter à la porte après une fugue de 18 mois"

Publié le 11 mars 2011

"Le 31 décembre dernier, en fin de matinée, mon portable a sonné. À l'autre bout du fil, une voix m'a demandé si j'étais bien Monsieur Rosenberg. “Je suis à la SPA et l'on a retrouvé votre chien.“ Quelle surprise ! Mon chien avait disparu dix-huit mois auparavant, en juillet 2008 ! “Il est en bonne santé ?“, ai-je demandé. “Pas forcément, mais il a sa tête et ses quatre pattes“, m'a répondu le vétérinaire.

Fou de joie, j'ai filé à Mont-de-Marsan pour le récupérer. Dès que j'ai prononcé son nom, Edgar m'a regardé et m'a tout de suite reconnu. Son état était déplorable. Terriblement amaigri, le poil terne, bourré de tiques et de puces. Son comportement aussi avait changé. Edgar a toujours été adorable. Là, j'ai retrouvé un chien avec un nouveau comportement, à la fois agressif et peureux. Il a montré des signes de soumission qu'il n'avait pas auparavant. Il a également développé une peur de certaines voitures. Sans doute des signes des mauvais traitements qu'il a subis pendant sa disparition.

Quand je le sors, je remarque qu'il est agressif avec les autres chiens et les chats rencontrés alors qu'avant il était paisible. Je le réhabitue petit à petit à se calmer et à bien se comporter en société. Pour le moment, je ne choisis que des trajets tranquilles et dans les heures les plus calmes de la journée. On se promène trois fois par jour. Petit à petit, il reprend du poids et des forces. Il a même retrouvé sa “voix“. Chaque matin, il émet un aboiement typique du chien de chasse.

Jamais je ne saurais ce qui s'est passé. Il a été retrouvé à 70 kilomètres du lieu de sa disparition. Ce jour-là, je l'ai quitté vers midi et le soir, il n'était plus là. Le portail, clos quand je suis parti, était ouvert... Le même jour, un autre chien du voisinage a disparu. J'ai cherché Edgar partout, en vain. Je pensais ne plus jamais le revoir. Ce coup de fil de la SPA, ça a été un vrai choc et un grand bonheur. Malheureusement, je ne vais pas pouvoir garder mon cher Edgar car depuis six mois, j'ai quitté la maison que j'occupais avec son grand jardin pour un petit appartement en ville. Or Edgar a besoin de beaucoup d'espace, ce que je ne peux plus lui offrir. Alors, après sa convalescence chez moi, je souhaite le confier à des gens qui pourront lui offrir les meilleures conditions de vie. Edgar a besoin d'un bel avenir à la campagne !"

Propos recueilli par Anéma Isaac

À découvrir

Sur le même thème