France Dimanche > Témoignages > Fabienne Gauclin : “Tétraplégique après une agression, mon fils ne supporte plus sa vie”

Témoignages

Fabienne Gauclin : “Tétraplégique après une agression, mon fils ne supporte plus sa vie”

Publié le 14 octobre 2018

vap-3752-2-1

Un coup de couteau, reçu en novembre 2015 à l’issue d’une soirée par Giani, 29 ans, l’a rendu handicapé à 95 %. Sa mère se bat pour que justice soit faite.

«Giani est en colère et abattu.

Enfermé dans son propre corps (locked-in syndrome), il ne communique qu’avec ses yeux car ses autres membres sont paralysés depuis deux ans.

Il me dit que faute de pouvoir manger par lui-même, ni parler, il ne veut plus de cette vie.

Alors, pour redonner du sens à sa vie, je tente le tout pour le tout.

Avant le drame, c’était un jeune homme ambitieux.

Il avait créé deux micro-entreprises et monté un projet de chambres d’hôtes au Laos.

Il voulait renouer avec ses origines. Son papa, décédé, était laotien.

Nous devions nous y rendre en décembre 2015 avec son frère et sa fille.

Giani était vraiment très enthousiaste.

Il était aussi fan de rap – il adore Grand Corps Malade, Youssoupha ou encore Kery James* – et a même composé plusieurs chansons.

Passionné de cuisine, il a suivi un apprentissage dans cette discipline.

Et puis, il a surtout fondé une famille très jeune.

Il a eu une petite fille à 18 ans et s’est toujours montré très responsable envers elle.

Ils sont très complices tous les deux, et c’est aussi pour elle que je me bats aujourd’hui.

Elle a 12 ans et a besoin de réponses.

Je ne veux pas qu’elle grandisse dans la colère ou l’amertume.

Couteau

Car sa vie à elle aussi a basculé ce 1er novembre 2015.

Ce jour-là, à 6 heures du matin, Giani sortait de boîte de nuit à Lisieux quand un jeune homme l’a agressé.

Il a reçu un coup de couteau à la gorge.

Il s’est aussitôt rendu à l’hôpital où il a été recousu, puis renvoyé à la maison malgré son état fébrile.

Plus tard dans l’après-midi, Giani s’est senti mal, il titubait.

De nouveau hospitalisé, il a fait un arrêt vasculaire cérébral consécutif à sa blessure.

Sorti du coma où il avait plongé pendant une dizaine d’heures, il était entièrement paralysé…

Depuis, c’est un combat perpétuel pour faire reconnaître son état par les assurances qui attendent que l’enquête de police aboutisse, pour relancer la justice car justement l’enquête est au point mort, pour trouver de l’argent afin de l’équiper d’un ordinateur qui lui permette de communiquer avec ses yeux, et pour tout simplement lui redonner le goût de vivre.

Certains jours, il communique beaucoup avec ses amis et sa famille.

À d’autres moments, il est désabusé et m’en veut de ne pas l’avoir débranché quand il était dans le coma.

Je comprends sa souffrance, mais je ne peux pas l’atténuer physiquement.

Je reste forte devant tout le monde, mais c’est une situation très difficile au quotidien.

Amertume

Depuis quelque temps, il va un peu mieux.

Il parvient à bouger la tête de gauche à droite, à hausser les épaules et à remuer un peu les doigts de sa main gauche.

Les médecins l’autorisent donc à venir chez moi un week-end toutes les deux semaines.

Malheureusement, ma maison n’est pas équipée pour lui ni adaptée à un fauteuil roulant.

J’ai donc fait une demande pour obtenir un logement plus facile à vivre pour lui.

J’ai aussi contacté le président de la République et la ministre de la Santé pour améliorer ses soins afin qu’il progresse plus rapidement.

Car le temps est son ennemi.

Chaque jour qui passe le décourage un peu plus.

Giani est un garçon profondément gentil.

Quand il me parlait de son projet au Laos, il me disait qu’il serait tellement heureux s’il parvenait à faire vivre quatre ou cinq familles là-bas.

Je me souviens d’un jour où je l’avais emmené dans un fast-food, quand il était alors encore un petit garçon.

À l’entrée, il avait aperçu un sans-abri assis par terre avec son chien et m’a demandé pourquoi le monsieur restait dehors dans le froid.

Après que je lui ai expliqué, il a donné son sandwich à cet homme qui en a été très ému.

Giani était comme ça, et l’est encore malgré son amertume. »

Pour soutenir Giani  : https://www.change.org/p/justice-pour-giani-29-ans-handicapé-à-95-à-la-suite-d-une-agression

* Fabienne souhaite contacter l’un de ces trois artistes, en particulier Grand Corps Malade, pour échanger avec son fils.

Marine MAZÉAS

À découvrir

Sur le même thème