France Dimanche > Témoignages > Guy Bonnefoy : “Jaeger, mon beauceron, star de cinéma !

Témoignages

Guy Bonnefoy : “Jaeger, mon beauceron, star de cinéma !

Publié le 29 avril 2018

Guy Bonnefoy (Pélussin, Loire), éleveur canin, raconte comment son chien 
a décroché un rôle dans le dernier film 
de Jean Becker, Le collier rouge.

«Jamais je n’aurais pensé que Jaeger deviendrait une star de cinéma ! Même si, l’an dernier, il avait été champion de France de beauté…

Il est aussi chien de travail, breveté pour la recherche de personnes perdues. C’est un beauceron de 50 kg, éveillé, joueur, équilibré, sociable et archi-craquant.

Ce film, Le collier rouge, allait être une occasion unique pour montrer ce qu’il sait faire à l’écran.

Au départ, la société Fauna Films qui recherchait un beau beauceron pour le casting. Une amie éleveuse, propriétaire d’une des filles de Jaeger, leur a parlé de mon chien. J’ai envoyé des photos, puis suis monté à Paris pour passer le casting du long-métrage, sans savoir grand-chose du scénario. En février 2017, j’ai rencontré personnellement le réalisateur Jean Becker. En le voyant, je me suis souvenu que je l’avais déjà croisé lors de l’un de ses précédents tournages à Pélussin pour son film Effroyables jardins, dans lequel j’avais déjà eu la chance d’être figurant.

J’ai tout de suite accepté qu’il prenne Jaeger à ses côtés, même si je savais bien que j’allais m’en séparer pendant deux mois, le temps du tournage… Jaeger a donc obtenu le troisième rôle principal, après Nicolas Duvauchelle (son maître à l’écran) et François Cluzet. Le tournage a eu lieu pendant l’été sous une forte chaleur. Jaeger n’apprécie pas trop quand il fait 35 °C, mais il a été choyé, entouré et bien accepté par toute l’équipe. Il a parfaitement rempli son contrat qui consistait à aboyer à certains moments, à se tenir tranquille au milieu de soldats de la Première guerre mondiale.

Maquillage

Pour les combats dans les tranchées, c’est son propre père qui a joué sa doublure car le réalisateur avait besoin d’un chien pouvant attaquer des soldats ennemis et F’Karma est bien entraîné pour ce type de situation. Les scènes de guerre sont parfois particulièrement bruyantes. Jaeger est un animal solide, presque parfait. Rien ne lui fait peur.

Il est passé plusieurs fois au maquillage comme les autres acteurs. Sur certaines parties de son corps, il était recouvert de fausses cicatrices faites en silicone.Lorsque j’ai vu le film pour la première fois, en janvier dernier, j’ai été ému. Bizarre de voir notre chien de famille occuper une telle place à l’écran !

C’est un excellent souvenir pour nous tous. Moi aussi, j’ai obtenu un petit rôle de figurant à son côté et l’expérience était géniale. Ce film est une belle récompense pour Jaeger. Quel destin pour lui ! Il a vécu son premier et dernier rôle au cinéma. J’en suis très fier, mais je n’ai pas trop envie qu’il renouvelle l’expérience… »

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème