France Dimanche > Témoignages > "J'ai inventé l'hymne anticancer"

Témoignages

"J'ai inventé l'hymne anticancer"

Publié le 5 juin 2012

Chanteuse, interprète, cette artiste a été frappée par la maladie. Au lieu de se laisser aller au désespoir, elle a choisi de vivre en commençant par écrire une chanson sur son combat.

« Si aujourd'hui je suis aussi tenace, je le dois sans doute à mon enfance difficile, ballottée de centres de la Ddass en familles d'accueil. Quant à ma passion pour la musique elle remonte à mon jeune âge. A l'époque, je pratiquais des instruments grâce à ma mère adoptive, passionnée de musique classique, qui jouait dans un orchestre amateur. C'est grâce à elle que j'ai acquis les bases du piano et une éducation musicale classique.

J'avais 20 ans lorsqu'un soir, dans un piano bar, j'ai eu une révélation... J'ai sympathisé avec l'un des musiciens, je me suis mise au piano et il m'a poussée à chanter. Ce fut une telle révélation que j'ai décidé de faire carrière. Dès lors, j'ai chanté dans les café-concerts, pour des soirées privées où j'interprétais les grands chanteurs français : Barbara, Gainbourg, Bashung... Et un jour, j'ai décidé d'écrire mes propres textes, de poser ma voix sur mes propres mots et c'est ainsi que j'ai réalisé mes deux premiers albums en 2003 puis en 2008. C'est en avril de cette année là, que l'on m'a diagnostiqué un cancer.

Ce fut alors un calvaire qui a duré cinq mois mais je me suis accrochée et en septembre, on m'a annoncé que j'étais en rémission. Le jour où j'ai appris cette nouvelle, mon premier reflexe a été d'écrire le titre Ce matin-là, un texte qui racontait la maladie, comment je l'avais vécue, et qui avait pour ambition de délivrer un message sur le cancer au début de chacun de mes concerts, pour que celui-ci ne soit plus une maladie que l'on cache. Je l'ai alors partagé sur Internet et des milliers de personnes se sont reconnues dans cette chanson.

Pour tous ceux qui, comme moi, ont connu “ce matin-là“, le morceau est devenu un hymne qui voulait simplement délivrer le message que le dépistage est important, sans faire peur. Je veux sensibiliser et donner de l'espoir sur un support agréable et expliquer que, malgré le cancer, on continue à vivre. Mes nombreux fans ont voté sur Internet pour qu'un clip soit produit et, en trois mois, nous avons réuni la somme nécessaire pour le réaliser. Ce fut un moment très émouvant puisque ce clip mettait en avant des anonymes qui avaient été confrontés au cancer.

Aujourd'hui, mon but est d'être produite par une grande maison de disque pour que les droits de cette chanson soient versés à la recherche contre le cancer.

En parallèle, je suis marraine de l'association “Au nom de celles“, qui organise des événements pour offrir des places de concert aux personnes atteintes du cancer. Car cette maladie n'empêche pas de vivre, au contraire ! Moi, le jour où j'ai appris que j'avais un cancer, le soir même je suis allée à un concert de Véronique Sanson. J'ai beaucoup hésité, j'étais anéantie puis j'y suis allée. A ce moment-là, devant l'adversité de la maladie, j'ai compris que je ferai de ma vie ce dont je rêve et que rien ni personne ne me pourrait me détourner de ce rêve. Je me suis aussi promis qu'un jour, je serai sur scène avec elle et je suis plutôt tenace, alors...

Paradoxalement, le cancer m'a motivée et m'a donné encore plus la niaque. Tel est le message que je veux faire passer dans l'album  “Au fil de nos vies“ et dans tous mes concerts. J'ai le sentiment que nous traversons dans la vie des moments de bonheur puis des épreuves qui nous marquent et nous construisent à la fois. Si nous rendons ces expériences positives, alors on en tire une certaine force. Telle est la leçon que j'ai tirée de mon expérience de la maladie.

Le 5 mai, en concert au théâtre de la Reine Blanche, avec l'association «Au nom de celles» dont Faby est la marraine.

Participation au RELAIS POUR LA VIE de LA LIGUE CONTRE LE CANCER :
le 12 mai : au Relais pour la Vie, au Château de Grouchy, 95520 Osny
le 19 mai : au Relais pour la Vie, à la salle des Congrès du Châtelard, 87200 Saint-Junien
le 16 juin : au Relais pour la Vie, au Stade Carpentier, 81 boulevard Masséna, 75013 Paris

Et son site :  www.fabyofficiel.com

Propos recueilli par Marie Godfrain

À découvrir

Sur le même thème