France Dimanche > Témoignages > « Je me suis mariée sur un ring de catch »

Témoignages

« Je me suis mariée sur un ring de catch »

Publié le 26 janvier 2012

Sportive-née, cette jeune femme s’est découvert une passion pour le catch. Ce sport de combat spectaculaire est devenu un mode de vie, à tel point que notre nordiste a décidé d’épouser un catcheur au cours d’une cérémonie un peu particulière.

« J’avais 5 ans lorsque mes parents m’ont amenée voir mon premier gala de catch. J’ai été immédiatement fascinée. Il faut dire que je suis originaire du Nord et dans ma région, le catch fait partie du folklore, c’est resté une coutume très vivace. En grandissant, je suis devenue sportive et j’ai démarré la pratique de l’aviron à l’adolescence, puis à cause de mon travail, j’ai dû arrêter et je me suis ensuite essayée à divers sports. Mais je laissais vite tomber, je ne trouvais jamais vraiment mon compte.


Jusqu’à ce jour de 2006, où je suis tombée sur un reportage de catch à la télé régionale, j’ai eu un flash, je savais que j’avais trouvé mon sport ! Au début, ce n’était pourtant pas simple, nous sommes peu de femmes à pratiquer cette activité et puis, mes parents étaient un peu cirsconspects et inquiets pour mon intégrité physique.

Pourtant, j’ai persisté et je n’ai pas été été déçue car le catch correspondait tout à fait à mes attentes ,moi qui aime quand ça bouge. Ce sport permet d’extérioriser le surplus d’énergie tout en canalisant la force. On se défoule sans se faire mal car il faut savoir que tous les mouvements sont répétés des centaines de fois. Et puis, j’aime entrer dans la peau d’un personnage. J’ai choisi le personnage de Galathorn, qui a un caractère opposé au mien. C’est une guerrière viking des temps primitifs qui n’a peur de rien.

Ce personnage, je l’ai construit par rapport à mon physique car j’ai un gabarit imposant, je pèse 107 kilos et je n’avais donc pas d’autre choix que de jouer la méchante. Mais attention, une méchante qui possède un code d’honneur que n’ont pas tous les méchants, je ne fais jamais de coups en douce, je suis juste un peu brutale.

Et puis, c’est entre deux coups de corde à linge que j’ai rencontré mon époux, à un entrainement de catch. Car nous avons la même passion et à côté de son métier de boucher, il a monté une entreprise de galas de catch.

Sabrina : "je me suis mariée sur un ring de catch"

Aussi, lorsqu’il m’a demandée en mariage, pour me convaincre moi qui était réticente, Joannick m’a promis d’organiser une cérémonie hors du commun, sur un ring installé sur la place du village. Le maire a halluciné devant notre proposition mais il a accepté. En fait, nous nous sommes mariés l’été 2010 au cours d’un gala auquel participaient des amis catcheurs, en tenue.

Nous avons installé une table sur le ring, le maire est monté avec une Marianne et a procédé à l’échange des consentements. C’était un moment exceptionnel, ouvert à tous, que les gens ont beaucoup apprécié même s’ils étaient surpris d’assister à un vrai mariage au cours du gala !

Depuis, hélas, je me suis blessée… en descendant des escaliers au travail, ce qui m’a éloignée du catch pour quelques temps. Mais je ne tiens plus en place et j’ai repris l’entrainement pour remonter sur les rings et participer à des galas dans ma région l’année prochaine!"

Propos recueilli par Marie Godfrain

À découvrir

Sur le même thème