France Dimanche > Témoignages > “Je suis le vrai brocanteur de Louis la brocante !”

Témoignages

“Je suis le vrai brocanteur de Louis la brocante !”

Publié le 24 octobre 2017

Cet antiquaire affable de 75 ans qui fournissait le mobilier de la série de France 3 met en vente tous les objets qui constituaient 
le décor de “Louis la brocante”, après le décès du regretté Victor Lanoux, 
son interprète.

Gilbert Ragot, Céret (Pyrénées-Orientales)

«C’est par hasard que je suis arrivé sur le plateau de Louis la brocante. Il y a une quinzaine d’années, je possédais un stock important de meubles de toutes sortes, à Lyon. Et c’est précisément au château Lacombe, près de la capitale des Gaules, que se tournaient les fameuses aventures du brocanteur Louis Roman.

La chaîne France 3 m'a vite adopté et j’ai pu fournir régulièrement l’ensemble du matériel de la série tout en participant à l’élaboration des décors. Mais depuis que Victor Lanoux nous a quittés, il faut bien que je liquide le stock…

Après son décès, j’ai rapatrié tous les meubles sur Céret, dans un entrepôt de plus de 1.000 m2, un ancien hangar à papier de cigarettes*. Et je l’ai rempli avec tous les bibelots (bronzes, vases, cuivres) et les meubles en bois ayant servi au décor. Je les vends aujourd’hui entre 300 € et 1.500 € pièce. La plupart de ces objets ont déjà trouvé acquéreur. Mais il me reste encore le bureau de “Louis” en noyer (1.200 €), le fauteuil canné Louis XV dans lequel il s’asseyait (250 €), sa grande table de cuisine (800 €) ou encore le bahut Louis Philippe qui trônait dans l’entrée (600 €)…

J’ai aussi des commodes, des armoires, des chaises et même une baignoire ! Avis aux amateurs : je suis prêt à négocier tout achat. Je me souviens bien de Victor Lanoux, mort le 4 mai dernier, à l’âge de 80 ans. Sur les tournages, il était toujours d’une bienveillance extrême et si chaleureux avec tout le monde. J’appréciais aussi beaucoup ses piques d’humour.

Figurant

À plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de jouer les figurants et je me souviens même d’une fois où je devais m’approcher de lui et lui lancer : “Alors Louis, ce contrôle fiscal, comment ça se passe ?” C’était ma seule réplique ! Je me rappelle aussi qu’un jour où la production avait un peu négligé la décoration, Victor Lanoux avait exigé que l’on rajoute des meubles et des bibelots pour faire plus vrai. 
Il s’y connaissait vraiment et la production avait dû se plier à ses exigences…

Aujourd’hui, ce sont surtout les vacanciers de passage qui ont entendu parler de cette vente spéciale qui viennent ici. L’autre jour, un couple de Parisiens a débarqué dans le hangar pour acheter une baignoire qu’ils ont aussitôt embarquée dans leur voiture ! Hier, une dizaine de fans de la série sont venus jeter un œil sur ce qui me reste. La plupart d’entre eux n’ont pas manqué un épisode et se régalent des rediffusions où l’on se rend compte que Victor Lanoux incarnait avec conviction le personnage du brocanteur.

Il y a quelques mois, une dame était intéressée par un fauteuil de la série. Je lui ai alors dit que Lanoux avait dormi dedans, enroulé dans une couverture avec un gros chat ronronnant sur ses genoux. J’ai bien vu que cette femme ne m’avait cru qu’à moitié. Mais quelques jours après notre entrevue, l’épisode en question était diffusé à la télévision… Elle m’a immédiatement rappelé pour acheter le fauteuil ! »

* Décor et tradition, 1 chemin de Sainte-Marguerite, 66400 Céret. Tél. : 06 14 20 59 06. 
Ouvert du mercredi au samedi, uniquement l’après-midi.

Alicia Comet

À découvrir

Sur le même thème