France Dimanche > Témoignages > Lady Diana : Le témoignage bouleversant d'un pompier après son accident...

Témoignages

Lady Diana : Le témoignage bouleversant d'un pompier après son accident...

Publié le 22 juin 2021

.photos:alpha-agency-/-bestimage

Vingt-quatre ans après la disparition de Lady Diana, les équipes qui ont tenté de la sauver, à Paris, racontent ses dernières heures...

Il y a 24 ans, Lady Diana trouvait la mort à Paris, après un terrible accident de voiture. Une tragédie qui avait émue la planète entière, et dont les mystères fascinent toujours autant le grand public. Cette année, alors que la maman des princes William et Harry aurait fêté ses 60 ans, ceux qui ont tenté de la sauver ce soir là sortent du silence.


Il y a quelques jours, c'est le docteur Monsef Dahman, qui l'avait prise en charge à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, qui a dévoilé à Nice Matin que « tout ce qui devait être fait a été fait », mais que malheureusement, la princesse des coeurs souffrait d' « un traumatisme thoracique violent » dont elle n'a pas pu se remettre...

Ce 22 juin, les secouristes qui étaient sous le tunnel de l'Alma ont eux aussi parlé au Daily Mail et ont confié ce qu'il s'est passé dans les dernières heures qui ont précédé la mort de Lady Di.

Le docteur Frédéric Mailliez, arrivé en premier sur les lieux de l'accident raconte ainsi à nos confrères : «Elle ne saignait pas, mais elle était presque inconsciente et avait des difficultés à respirer. Mon but était donc de l’aider à respirer plus facilement. C’était une situation assez difficile. J’étais seul, j’avais peu d’équipement. Elle avait l’air d’aller bien durant les minutes suivant mon arrivée, mais l’accident avait été très violent et l'on s’attend toujours à de sévères blessures internes dans ce genre de situation».

Arrivé dans un second temps auprès de la Mercedes accidentée, pour prêter main forte, le sergent-pompier Xavier Gourmelon révèle de son côté quels ont été les derniers mots de la jeune femme de 36 ans.

Il confie avec précision : « Elle a parlé en anglais et a dit : "Oh my god, what's happened ?" (traduisez, "Oh mon Dieu, que s’est-il passé ?", NDLR). J’ai compris ces mots, alors j’ai essayé de l'apaiser. Je lui ai tenu la main. Puis, d’autres ont pris le relais. Tout cela s’est passé en deux ou trois minutes», se souvient-il.

À découvrir