France Dimanche > Témoignages > “Mes lectures parfumées font voyager les malades du cancer”

Témoignages

“Mes lectures parfumées font voyager les malades du cancer”

Publié le 6 mai 2013

Cette jeune femme propose, à l’hôpital, des animations pour réconcilier les patients avec leur corps. Elle se rend à leur chevet pour lire des romans accompagnés de notes olfactives. Ces séances leur apportent un peu d’évasion.

« Ni infirmière, ni médecin, ni psychologue, je ne porte pas de blouse blanche et pourtant je reçois des patients tous les jours à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Anthropologue de formation, je les accompagne et les écoute au sein de la Maison d’information en santé sur le cancer. Mon rôle est de leur fournir un maximum de renseignements et de ressources pour qu’ils puissent se réapproprier leur maladie.

Mais, au-delà de cet aspect, il est primordial de “réconcilier” ces malades avec leur corps, souvent meurtris par les traitements. Pour cela, nous proposons des ateliers de soins de beauté, animés par des socio-esthéticiennes, intervenant auprès des femmes traitées pour un cancer, notamment par chimiothérapie. Les patientes apprennent à se maquiller, à redessiner leurs sourcils, et tentent de reprendre confiance en elles, malgré la perte de leurs cheveux et les modifications corporelles.

Il me paraît aussi très important de faire retrouver aux patients des sensations perdues. La perte d’appétit, les désordres digestifs, la fatigue mais aussi l’altération du goût et de l’odorat sont effectivement des désagréments qui nuisent à leur qualité de vie. C’est pourquoi, afin de leur redonner du plaisir, j’ai mis en place des animations autour de l’odorat, les “ateliers senteurs” et les “lectures parfumées”.

émotions

Pour les premiers, nous faisons appel à une professionnelle du parfum, qui vient une fois par mois pour intervenir auprès de patients suivis en hôpital de jour. Les thématiques sont variables, des odeurs de Noël à l’enfance, en passant par le printemps, la forêt, etc. Les participants hument des languettes de papier buvard préalablement imprégnées d’une fragrance et sont ensuite invités à s’exprimer sur ce que leur évoque tel ou tel arôme… Cela stimule leur imagination et, souvent, leur rappelle des souvenirs qui permettent d’engager une discussion dans une ambiance conviviale.

Constatant le succès de ces rendez-vous, nous avons pensé qu’il serait utile de proposer quelque chose de similaire en chambres, pour les malades qui ne peuvent pas se déplacer : avec ma collègue de la médiathèque, nous avons créé le concept de “lectures parfumées”. Nous nous rendons au chevet des malades qui le souhaitent pour leur lire des extraits de romans contemporains durant cinq à dix minutes, accompagnées de notes olfactives liées au texte choisi.

Ces interventions sont bien sûr réalisées en concertation avec l’équipe soignante. Avec la bibliothécaire, nous avons suivi une formation de lecture à voix haute et une autre sur l’olfactologie. Ainsi la lecture gourmande emmène le patient en voyage culinaire en Asie ou en Orient, une autre, plus bucolique, l’entraîne dans des promenades à travers des jardins fleuris, des bois, des paysages de montagne… Les malades ferment les yeux, les odeurs leur parlent de beauté, de matières et de textures, de saisons, de saveurs…

Ces séances font ressurgir un réservoir infini d’émotions. Une fois, une malade originaire du Gabon nous a parlé de toutes les plantes que l’on trouve dans son pays, car les odeurs proposées lui avaient évoqué des souvenirs d’enfance. Pour le coup, c’est elle qui nous a fait voyager !

Parfois, cela permet de mieux accepter l’épreuve de l’hospitalisation. Nous avons par exemple eu le témoignage d’infirmières qui nous ont rapporté qu’après une lecture à son chevet, un patient particulièrement bougon s’était mis à sourire. Une grande victoire ! »

Propos recueilli par Madeleine Forestier

À découvrir

Sur le même thème