France Dimanche > Témoignages > “Mon incroyable expérience 
de mort imminente !”

Témoignages

“Mon incroyable expérience 
de mort imminente !”

Publié le 19 mars 2017

Il y a vingt-huit ans, Michèle Malka Lazès, cette artiste de 75 ans a connu une expérience de mort imminente : à la suite d’un accident de la circulation, elle a été projetée dans une immense lumière. Ce voyage initiatique a changé sa vie…

« C’était le 3 novembre 1989, au crépuscule. Je roulais à bord de ma Volvo sur une route de campagne près de Chartres, avec mon fils dans le siège passager et ma mère, assise à l’arrière. Il devait être aux environs de 18 h 45.

Le long des prés, il m’avait semblé apercevoir une immense main verte fluorescente qui surplombait le secteur. Je n’y ai pas plus prêté attention, il m’arrive parfois d’avoir des visions.

Arrivée à un carrefour, je m’arrête mais ne vois pas, au moment de redémarrer, la voiture qui déboule sur ma droite à toute allure. Les deux véhicules se percutent de plein fouet. Le choc est violent : ma Volvo fonce dans un mur.

"Je sors de mon corps, projetée dans l’espace par une double hélice de couleurs et de musiques."

Je perds connaissance et plonge dans le coma. Mon fils aura un traumatisme crânien et ma mère s’en sortira indemne. Pour moi, c’est le début d’une aventure : j’ai l’impression de m’envoler dans la lumière…

Je sors de mon corps, projetée dans l’espace par une double hélice de couleurs et de musiques. Difficile à décrire. C’est extraordinaire, je suis euphorique. J’atterris ensuite comme un pétale de rose dans un océan de lumière et je vois défiler toute la Connaissance, comme si brusquement je savais tout en une fraction de seconde.

À un moment donné, je vois flotter la silhouette d’une femme habillée de voiles mauves. Elle ressemble à ma mère. Ou plutôt à ma grand-mère maternelle. Dans le monde où j’évolue, il n’y a pas de centre, pas de périphérie. C’est un tout.

J’ai ensuite la sensation d’être réveillée lorsque j’entends une voix tonitruante qui prononce le prénom de mon mari, Serge. Dans l’état où je suis alors, je crois que je réagis et j’ai la sensation de plonger à la verticale.

Je traverse une nouvelle fois une série de couches d’espace pour atteindre un immense temple rempli d’une lumière mauve, scintillante et vivante. Je vois des âmes qui flottent et ont l’air malheureuses : elles semblent me demander de les sortir de là pour les emporter vers la lumière. Je promets de les aider.

À un moment donné, je m’aperçois que ma voiture est loin, au-dessous de moi. Et soudain, je réintègre mon enveloppe corporelle. Cette expérience incroyable a duré quelques secondes ou quelques minutes, je ne pourrais le dire. Je n’ai plus la notion du temps, j’ai l’impression de vivre dans l’éternité. Je suis en extase.

En réalité, après l’accident, j’ai été emmenée à l’hôpital de Chartres, puis transférée à Paris. Je me suis effectivement réveillée juste avant de rentrer au bloc opératoire, où l’on m’a opérée des vertèbres cervicales.

"En sortant du bloc, j’étais tétraplégique, et le chirurgien m’avait assuré que je ne marcherai jamais plus !"

Cela va faire vingt-huit ans que j’ai vécu cette expérience qui a radicalement changé ma vie. Avant, j’étais danseuse, chorégraphe et directrice de théâtre.

En sortant du bloc, j’étais tétraplégique, c’est-à-dire que je n’avais plus l’usage de mes jambes ni de mes bras. Et le chirurgien m’avait assuré que je ne marcherai jamais plus !

Mais ce bain de lumière dans lequel j’avais été immergée me donnait la conviction que j’allais m’en sortir et retrouver un corps libre et opérationnel pour le restant de mes jours.

Deux mois après l’accident, j’ai pu reprendre mon entraînement à la barre ! Et j’ai été brusquement prise d’une frénésie de pétrir du pain. Cela a duré trois mois. Je suis ensuite passée à l’argile, et j’ai fini par faire des sculptures en pierre.

La première fois que je me suis mise à sculpter, j’ai vu un fil de lumière qui s’est projeté sur la pierre brute que j’avais installée devant moi. Je l’ai suivi, un peu comme un calque. Cette impression ne me quitte plus.

Je suis devenue une artiste à part entière. Et en utilisant l’écriture automatique, je viens même d’écrire une partition musicale. »

Alicia Comet

À découvrir

Sur le même thème