France Dimanche > Témoignages > “Mon tour du monde en camion aménagé !”

Témoignages

“Mon tour du monde en camion aménagé !”

Publié le 18 juillet 2017

À la suite d’un grave accident, Samuel Marie, ce passionné de voyages de 29 ans 
est devenu tétraplégique. Il s’apprête aujourd’hui à parcourir 60.000 km 
à bord de son fourgon adapté. Un tour du monde unique en son genre !

« J’avais 20 ans quand c’est arrivé. À l’époque, j’étais cordiste, c’est-à‑dire que j’effectuais des travaux d’accès difficile. J’étais souvent suspendu à une corde pour réaliser de la maintenance, des opérations de nettoyage de vitres, etc.

Ce jour-là, j’étais chargé de dégager des arbres au pied des remparts de la citadelle de Besançon, lorsque j’ai fait une chute brutale de 6 m de haut.

J’ai tenté de me mettre en boule pour éviter le choc, mais j’ai violemment heurté le sol et je me suis fracturé deux vertèbres cervicales. Ma moelle épinière était touchée…

Le lendemain de mon hospitalisation à Besançon, les médecins ont indiqué à mes parents que ça allait être “compliqué” de me garder en vie. J’ai passé trois mois en service de réanimation. Et pendant les trois ans et demi qui ont suivi, j’ai subi une trentaine d’opérations successives qui m’ont permis de retrouver une certaine mobilité de mes membres supérieurs.

"Afin de réaliser mon tour du monde, trois infirmiers vont se relayer à mes côtés..."

Qu’il est frustrant toutefois de ne pas pouvoir se mouvoir tout seul. Il faut préciser qu’avant cet accident, j’étais un vrai sportif qui adorait vivre dans sa petite camionnette et se déplacer au gré des boulots sur les chantiers dans l’est ou le nord de la France.

Et j’ai toujours gardé en moi cette furieuse envie de reprendre la route, de dormir sous les étoiles. J’étais tout excité à l’idée de me lancer un grand défi : m’acheter un fourgon adapté à mon handicap pour traverser 16 pays et parcourir plus de 60 .000 km. Je rêvais d’aller à la rencontre des autres, de sortir de mon univers, de prouver que malgré mon handicap, je pouvais abolir les frontières…

En octobre 2011, lorsque j’ai terminé ma rééducation, j’ai étudié mon projet dans ses moindres détails. J’ai dégagé toutes mes économies et ai fait appel à mes amis et à ma famille, qui se sont cotisés pour m’acheter un fourgon spécial de 7,90 m de long (160.000 €) permettant de conduire à gauche ou à droite sans changer de fauteuil.

Je peux ainsi rentrer de côté dans le véhicule et aller me fixer directement sur le poste de conduite. Ensuite, il me suffit d’actionner une manette de la main droite pour accélérer ou freiner. Avec ma main gauche, il m’est possible de tourner le volant. C’est comme ça que je suis devenu presque autonome.

- > Suivez Samuel sur son site internet : www.samfaitrouler.fr

J’ai également appris à manger et à boire tout seul. J’ai toutefois besoin d’un infirmier en permanence chaque jour pour m’aider à me lever, à faire ma toilette, à me mettre en position assise et à me coucher le soir dans 
mon lit médicalisé installé dans le fourgon.

Afin de réaliser mon tour du monde, trois infirmiers vont se relayer à mes côtés pendant la première partie du voyage, qui me mènera au Canada puis aux États-Unis. Le départ est prévu pour le 3 juillet prochain. Je compte rentrer au bout de six mois pour attaquer la deuxième partie du périple, pendant laquelle je serai accompagné par Lise, ma chérie, qui m’épaulera jusqu’à Pékin…

Ce tour du monde va m’ouvrir des portes. Je tiens à partager mon expérience. Chaque jour, je posterai des photos et mes impressions sur les réseaux sociaux afin que chacun puisse suivre les péripéties du voyage.

Je souhaite redonner espoir à tous, valides et personnes handicapées, 
en leur disant que tout est possible dans la vie, à partir du moment où on le veut très fort ! »

Alicia Comet

À découvrir

Sur le même thème