France Dimanche > Témoignages > “Nous recyclons des prothèses au profit des plus défavorisés !”

Témoignages

“Nous recyclons des prothèses au profit des plus défavorisés !”

Publié le 14 août 2016

Suite à un accident à l’autre bout du monde, Benoît, ce jeune garçon amputé d’un bras a fondé, avec des amis, une association au profit de personnes de l’île de la Dominique. Récit d’une aventure hors du commun.

« Le 1er janvier 1997, alors que je parcourais le Costa Rica à moto, j’ai été renversé par une voiture. J’ai été amputé du bras droit et le gauche a souffert, lui, d’hémiplégie. Lors de ma -rééducation en Amérique centrale, j’ai rencontré Marc, un autre patient.

En sortant d’un restaurant, il avait été percuté par une voiture qui l’avait rendu unijambiste.

Le hasard a voulu que nous soyons tous les deux originaires du Vaucluse, nous avons sympathisé et nous sommes aujourd’hui voisins, à Moirmoiron.

En 2002, nous nous sommes lancé un défi fou : naviguer seuls sur un voilier pendant trois semaines le long des côtes des Antilles. C’est lors de ce périple que nous avons découvert l’île de la Dominique.

"Nous voulons intervenir là où il n’y a pas de Sécurité sociale et pas d’argent !"

Comme Marc n’a pas retrouvé de travail du fait de son handicap, il a le temps d’y retourner avec sa femme quatre mois par an. Il a été frappé par le nombre de Dominiquais amputés suite à un diabète, une maladie très répandue sur l’île du fait d’une prédisposition génétique et d’une mauvaise alimentation, marquée notamment par une forte consommation de sodas.

Il s’est aussi aperçu que très peu d’entre eux étaient appareillés, et avaient tout au plus d’anciennes béquilles, mal adaptées. Alors qu’en France, on peut se faire rembourser deux prothèses tous les cinq ans…

Marc a un frère, Boris, également amputé après avoir été percuté à moto par un camion. Ensemble, nous avons donc décidé de recycler des prothèses usagées pour équiper les habitants particulièrement démunis de ce petit pays des Caraïbes.

Nous avons associé à notre projet Philippe Mancis, gérant du cabinet Orthopédie Bontoux d’Avignon, qui appareille Marc depuis vingt ans. Acquis aux causes humanitaires, il a proposé d’emblée d’envoyer deux spécialistes de son cabinet sur l’île trois fois par an.

Nous avons également contacté l’Association des personnes handicapées de Dominique (DAPD) et un chirurgien orthopédique autochtone qui met ses patients en relation avec nous.

"Donner du bonheur aux autres nous rend heureux !"

Ainsi est née, en 2013, Keep Walking Association (en français, Continuez à marcher).

Munis de quelques prothèses à recycler et avec des fonds récoltés en vendant des cartes postales, nous avons pu acheter l’outillage nécessaire.

Nous nous sommes rendus à deux reprises en Dominique : deux mois en 2015 et deux en 2016. Nous avons transformé un ancien restaurant, à Mero, petit village côtier, en atelier orthopédique, et avons appareillé quatorze personnes : des diabétiques, des victimes d’accident de la route, des blessés par balle…

Certaines ont bénéficié ou bénéficieront d’une réinsertion professionnelle. Faute de prothèses en nombre suffisant, de temps aussi, nous avons dû sélectionner les patients en fonction de leur état de santé, de leur âge, de leur engagement familial, professionnel, social…

Je gère la communication et les demandes de financement auprès des banques, fondations, instituts, conseils régionaux et mairies. Marc suit une formation d’adaptation des prothèses pour soulager les deux professionnels qui nous accompagnent. Et nous avons formé un insulaire, Winston, à la réparation.

Sur l’île, nous sommes accueillis comme le Messie, les habitants organisent des cérémonies en notre honneur, nous donnent des cadeaux malgré leurs très faibles moyens : cagette de fruits, bouteille de rhum… Frédérique, la patronne du restaurant Romance Café, nous offre le couvert et organise des événements musicaux pour collecter des fonds.

Nous passons dans la presse locale, à la radio et à la télévision. Lors de la journée du handicap, nous avons même rencontré le président, Charles Savarin.

Nos prochains projets ? Disposer, d’ici peu, d’un laboratoire permanent sur place en embauchant Winston. Et faire venir en France Dione Green, double amputé fémoral suite à un incendie il y a seize ans, pour une hospitalisation et une rééducation avec prothèses. Le Rotary International nous accompagne dans cette mission.

Nous commençons aussi à récupérer de vieux fauteuils roulants et des déambulateurs usagés, et collectons des fonds pour les acheminer par bateau. Nous souhaitons aussi élargir à terme notre périmètre à d’autres îles des Caraïbes : Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines…

Nous voulons intervenir là où il n’y a pas de Sécurité sociale et pas d’argent ! Donner du bonheur aux autres nous rend heureux ! »

Florence Heimburger

Plus d’infos sur la page Facebook : Keepwalkingasso

À découvrir

Sur le même thème