France Dimanche > Témoignages > “Nous sommes le trio de rappeurs éboueurs !”

Témoignages

“Nous sommes le trio de rappeurs éboueurs !”

Publié le 15 juin 2016

Ils s’appellent Triple XL et diffusent leur tube “Oh ! mon balai” sur YouTube. Rencontre avec Wil, 35 ans, Alain, 50 ans et Christophe, 45 ans, éboueurs du VIIIe arrondissement de la capitale et rappeurs de choc !

« On se connaît depuis une douzaine d’années. On ne fait pas toujours équipe ensemble. Nos journées démarrent souvent vers 6 heures du matin, pour se terminer à 16 h 30. Nous sommes éboueurs polyvalents : on fait de la benne, du lavage, du ramassage de déchets, mais aussi du salage en hiver et puis, du balai, du balai, du balai…

Comme on aime plaisanter et rigoler de tout, nous avons baptisé notre trio de rap Triple XL parce c’est la taille de la salopette de travail de Wil ; le pantalon d’Alain est double XL et moi, je me cantonne au XL… On n’est pas minces, mais on veut montrer qu’on peut quand même sortir du lot, faire de la chanson et se marrer !

https://youtu.be/b4A-4WCcySY

Vous ne trouvez pas qu’on ne rigole pas assez dans la vie de tous les jours ? Alors, on a eu envie d’écrire une chanson de rap, Milice verte, qu’on a ensuite diffusée sur YouTube. À la base, on n’est pas des chanteurs, mais bien des éboueurs…

Alors on parle de notre boulot, trop souvent décrié. Il faut les entendre les Parisiens qui pestent de bon matin, lorsqu’on bloque leur rue pour vider leurs immondices.
Nous, on essaie de faire au mieux, et pourtant on entend régulièrement des réflexions du style “Eh ! commence ton boulot plus tôt, fainéant !” Nous, on les commence aux aurores nos journées !

"Notre première chanson a été visionnée plus de six mille fois sur Internet !"

Pourquoi le rap ? Cette musique touche tout le monde. Notre première chanson a été visionnée plus de six mille fois sur Internet ! En décembre dernier, on a sorti notre deuxième morceau, Oh! mon balai, un hommage à notre outil de travail.
On s’amuse en écrivant nos textes, en réalisant nos clips, en prenant le micro : “La première fois que je t’ai vu, tu n’étais qu’un inconnu. Je me suis approché de toi. Qui aurait cru qu’on en arriverait là… T’es le plus beau des balais, j’te kiffe jusqu’au caniveau, tu es ce qu’il y a de plus beau…” Peut-être que les gens vont mieux nous considérer, qu’ils comprendront mieux notre boulot ?

Notre rêve serait, bien sûr, de percer dans la chanson. Faire autre chose que de ramasser les ordures. Même si cela ne devait durer qu’un temps, six mois, un an. Après on retournerait à la benne, c’est entendu.

Enfin, pour l’instant, nos tubes ont un certain succès sur Internet avec huit mille vues pour Oh! mon balai. ça fait plaisir de constater qu’on ne laisse personne indifférents. »
Alicia Comet

À découvrir

Sur le même thème