France Dimanche > Témoignages > Samantha Lansé : “Ma fille, née sans oreille droite, rentrait à la maison en pleurs…”

Témoignages

Samantha Lansé : “Ma fille, née sans oreille droite, rentrait à la maison en pleurs…”

Publié le 20 septembre 2018

vap-3757-1-1.photos:thierry-lopez
© Thierry LOPEZ Samantha Lansé et Carla

Afin que Carla ne soit plus l’objet de moqueries, sa maman a soulevé un bel élan de générosité pour financer une opération de chirurgie esthétique, qui ne pouvait être réalisée qu’aux États-Unis.

«Quand Carla est née, son oreille droite était complètement atrophiée et bouchée.

Évidemment, ce fut un choc.

Mais j’ai relativisé : hormis ce léger handicap, ma fille était en excellente santé !

De plus, je me suis dit qu’avec le temps elle s’adapterait à sa surdité partielle.

Et peut-être même qu’une solution médicale pourrait un jour être envisagée ?

En attendant, Carla a appris à parler sans problème, ce qui aurait pu arriver avec ce type d’anomalie.

Tout allait donc bien. 

Sauf que je n’avais pas prévu les moqueries de ses camarades d’école.

Le soir, elle rentrait souvent à la maison en pleurs : on lui avait dit qu’elle était anormale !

Des garçons de son âge l’ont même battue parce qu’elle était différente.

Jusqu’au jour où elle m’a avoué qu’elle n’avait plus envie de vivre “comme ça”. Il fallait que je trouve une solution ! 

En me documentant, j’ai appris que certaines techniques chirurgicales permettaient de “fabriquer” des oreilles.

Cependant, l’intervention la plus fiable n’était pratiquée qu’aux États-Unis, par son inventeur chirurgien, le Dr Reinisch.

Par chance, nous avons pu le rencontrer lors d’un de ses voyages en Europe.

Réparable

Après avoir ausculté Carla, il nous a annoncé qu’il pourrait la prendre en charge mais que son système auditif interne était trop mal formé pour être réparable.

Ma fille aurait donc une oreille droite reconstituée extérieurement mais qui ne lui permettrait pas d’entendre.

La déception fut grande, mais l’important c’était surtout que Carla se sente physiquement normale.

On pouvait donc procéder à cette opération, même si elle ne devait être qu’esthétique ! 

Désormais, il fallait s’envoler pour les états-Unis pour y séjourner pendant plusieurs semaines à trois, parce que je ne pouvais pas laisser seul Gianluca, mon fils de 8 ans.

Mais avec le coût de l’intervention chirurgicale en plus, nous n’avions pas la totalité des 40 000 euros nécessaires.

Pourtant, je ne pouvais pas renoncer !

J’en ai conclu que l’unique solution serait de faire appel à la générosité des gens. 

J’ai donc créé l’association “Une oreille pour Carla” et lancé une cagnotte sur Internet.

Puis surtout, j’ai démarché tous les organisateurs d’événements de ma région pour qu’ils nous permettent de collecter des fonds lors de leurs manifestations.

Un sacré boulot : durant des mois, je me suis transformée en VRP de la solidarité. Et ça a marché !

Plein de dons

Les premiers à avoir répondu à notre appel sont des “bikers” organisateurs de concerts : ils nous ont fait plein de dons.

D’ailleurs, je revois encore l’un d’eux, vêtu de cuir sur sa magnifique machine, quand il a offert à Carla la croix qu’il avait autour du cou : “Ça te portera chance”, lui a-t-il souhaité.

Quelle gentillesse ! 

Nous avons participé à de multiples événements sportifs et culturels au cours desquels beaucoup de gens nous ont apporté leur soutien.

Sans oublier Les boucles du cœur, une opération caritative organisée par l’enseigne Carrefour, qui nous a permis de recueillir aussi de l’argent.

Jamais je ne pourrai assez remercier tous ceux qui nous ont si généreusement aidés.

Car, en un an à peine, nous avons bouclé notre budget. 

Le 19 octobre 2017, Carla a été opérée à Los Angeles : l’équipe chirurgicale lui a prélevé un lambeau de peau à l’aine pour recouvrir un implant en forme d’oreille, greffé ensuite en lieu et place de l’organe manquant.

Quelle prouesse technique !

Quinze jours après l’intervention, quand on lui a enlevé les bandages, Carla s’est regardée dans un miroir : j’ai vu ses yeux s’écarquiller et son sourire devenir immense !

Elle découvrait une belle oreille droite toute neuve, bien à elle !

Elle s’est précipitée vers moi, m’a enlacée et m’a dit : “Je t’aime tant !”

J’ai fondu en larmes : nous avions réussi. 

Aujourd’hui, Carla revit car plus personne ne se moque d’elle.

Je la sens beaucoup plus sereine, apaisée.

Et fière de sa nouvelle apparence.

D’ailleurs, elle n’arrête pas de se prendre en photo, chose qu’elle ne faisait jamais.

Elle se coiffe aussi différemment, n’hésitant pas à mettre ses cheveux derrière sa nouvelle oreille, pour montrer comme elle est jolie.

Et elle lui accroche même des petites boucles !

Bref, elle a repris le chemin du bonheur… »

Thierry LOPEZ

À découvrir

Sur le même thème