France Dimanche > Témoignages > Sarah Da Silva Gomes : “Mes vêtements adaptés 
pour les handicapés !”

Témoignages

Sarah Da Silva Gomes : “Mes vêtements adaptés 
pour les handicapés !”

Publié le 12 mai 2018

vap-3728-1

Sœur de Constant, infirme moteur cérébral de 24 ans, Sarah Da Silva Gomes, 28 ans, a créé une marque de vêtements* pour les personnes déficientes.

«Mon frère Constant est polyhandicapé depuis sa naissance. Ses membres sont très raides. Il ne parle pas et ne peut bien entendu pas s’habiller tout seul. Il faut savoir que si l’on est incapable de tendre ou de déplier ses bras par exemple, on ne peut enfiler ni un tee-shirt, ni un gilet, ni un pull. Pendant des années, ma mère et moi, nous forcions sur ses bras afin de lui mettre des hauts.

C’était fatiguant pour nous et parfois douloureux pour lui. Comme tout le monde, on lui achetait des habits qui faisaient… trois fois sa taille.

Je suis donc allée voir ce qui existait en matière de vêtements pour les handicapés. Et j’ai été déçue.

Il n’y a que des vêtements médicaux, très techniques et pas beaux du tout.
Alors que mon frère est si beau…

En plus, il n’y a aucun choix !

À force de me plaindre et de ne rien trouver à lui mettre, je me suis dit que j’allais faire quelque chose. J’ai suivi des études à l’école de commerce de Lyon. En troisième année, on nous propose de monter un projet avec une équipe de cinq étudiants. Pendant six mois, on a ainsi travaillé sur une ligne de vêtements pour enfants handicapés.

Mais il s’agissait d’une création virtuelle ! On a ensuite présenté le projet lors de concours d’entrepreneuriat.

En 2012, j’ai reçu deux prix très encourageants : un de la chambre de commerce et d’industrie de Lyon et un autre de l’école de management.

Heureuse, je commençais donc à sensibiliser les gens avec mon idée novatrice. D’autant qu’il y a un vrai besoin et un grand marché : on compte entre deux et trois millions de personnes souffrant d’un handicap physique dans notre pays. Cela touche beaucoup de monde.

En 2013, j’ai remporté le premier prix de la Fondation SFR avec 20 000 euros à la clé.

Et un an plus tard, en janvier 2015, j’ai créé ma société, Constant et Zoé, avec une ligne de vêtements originale.

Je fabrique des pulls, des sweats, des ponchos, des tee-shirts de couleurs gaies, dans des matières extensibles. Par exemple, le sweat est ouvert sur toute la longueur des bras et se referme avec une fermeture Éclair. Passer par la tête est idéal. Plus besoin d’enfiler les manches.

J’ai également imaginé un pantalon avec une taille haute à l’arrière : afin d’englober les protections d’une personne incontinente. Ce qui permet aussi d’avoir plus de maintien et de confort pour quelqu’un assis toute la journée dans un fauteuil roulant. Au moins, le pantalon ne descend plus… On a posé des poches sur les cuisses, beaucoup plus pratiques que celles cousues sur les fesses qui marquent la peau et peuvent blesser.

Tous mes vêtements sont unisexes, pas trop chers et portables depuis les enfants à partir de 6 ans jusqu’aux adultes (taille large).

Petit privilège : c’est Constant qui teste chaque prototype sur lui…

Bien-être

Je vends sur internet et je me déplace régulièrement dans les centres pour handicapés lors de démonstrations.

Mes journées sont bien remplies : je ne touche plus terre et j’ai des cernes jusqu’au menton. Mais l’énergie dépensée en vaut bien la chandelle.

Trois ans après la création de ma société, j’ai un retour positif de mes clients qui m’envoient les photos de leurs proches portant mes pulls, chemises, manteaux.

Ça n’a pas de prix !

Et puis, cela favorise davantage les sorties, les balades des personnes en situation de handicap.

Quel bien-être au quotidien !

Car le gain de temps est précieux. Auparavant, il fallait au moins quinze minutes pour enfiler un manteau à Constant. Aujourd’hui, il n’en faut plus que deux au maximum.

En juin dernier, Brigitte Macron est venue nous voir. Ce qui l’intéresse, c’est que ce projet est porté par une jeune femme décidée et investie. Cette visite a été un vrai coup de pouce. C’est valorisant pour notre travail. Nous sommes aujourd’hui quatre dans la société. Le bonheur est de voir que mes habits sont vraiment d’une grande utilité pour ceux qui en ont réellement besoin. Et mon défi est que le vêtement “astucieux” devienne la norme de demain ! »

www.constantetzoe.com

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème