France Dimanche > Témoignages > Virginie Durant, 
Pompadour (Corrèze) : “Comme moi, 1 femme sur 10 en souffre !”

Témoignages

Virginie Durant, 
Pompadour (Corrèze) : “Comme moi, 1 femme sur 10 en souffre !”

Publié le 9 mars 2019

A l’occasion de 
la semaine consacrée à l’endométriose (4 au 10 mars), cette trentenaire dénonce l’indifférence et 
la méconnaissance 
du corps médical.

«Dès les premières règles, à l’âge de 12 ans, j’ai eu très mal au ventre. Des spasmes terribles qui me faisaient me tordre de douleur tous les mois. Je ressentais comme des barres de fer. La douleur se répercutait sur les lombaires. Je souffrais tellement que je restais couchée. Le médecin traitant de mon village estimait que “tout était normal. Vous êtes une jeune femme, vous êtes réglée, vous ressentez des douleurs dans le bas-ventre, me disait-il en consultation. Rien que de très commun après tout”. Avec du recul, je ne lui en veux même pas : je sais que les médecins ne sont pas formés pour diagnostiquer cette maladie mystérieuse et sournoise du nom d’endométriose et qui handicape la vie de milliers de femmes…

J’ai vécu mon adolescence avec ces règles abondantes et invalidantes. à 17 ans, tous les mois, mon ventre gonflait comme si j’étais enceinte. Je suis l’objet de railleries de la part de mes copines. Ma poitrine gonflait aussi à cause de ce dérèglement hormonal.

Quand j’allais à l’infirmerie me plaindre, personne ne me prenait au sérieux. On me répétait “cela va passer !”. Lorsque je décrivais mes maux à l’infirmière en lui expliquant que j’avais la sensation d’avoir des éclairs dans le ventre, elle me répondait tout de go : “En tout cas, vous ne manquez pas d’imagination…” Et de me coller des antispasmodiques et des comprimés de paracétamol.

Le plus terrible, c’est que ces douleurs menstruelles finissaient par faire partie de moi. Je m’habituais à avoir mal à en pleurer, à ne plus pouvoir me lever. J’étais épuisée et forcément mal dans ma peau aussi. Deux ans plus tard, je suis opérée d’une appendicite et de kystes sur les trompes. Au réveil, j’avais l’impression d’avoir toujours aussi mal. Le chirurgien n’a rien vu.


Des barbelés dans mon corps,
éd. du Rocher, 16,90€

Il faudra encore attendre deux ans pour que l’une des amies de mes parents, qui elle aussi est atteinte de cette maladie, m’emmène à l’hôpital en urgence. Le gynécologue m’opère et m’explique que je suis victime d’endométriose, une maladie de l’endomètre dont on ne connaît pas les origines. Il me dit : “C’est très récent. Vous n’avez que quelques nodules disséminés. Et puis, vous êtes encore jeune !”

J’ai 21 ans et je suis docile. J’écoute les médecins qui détiennent le savoir et leur fais confiance. Je vais tout de même avoir le réflexe d’en savoir un peu plus en consultant une encyclopédie médicale où le mot même d’endométriose ne figure pas ! Je ne renonce pas à chercher l’information partout. Je suis traumatisée par cette maladie qui m’arrache le ventre. Les douleurs ne s’arrêtent jamais. Je vais faire une IRM qui s’avère vierge. “Ces douleurs sont dans votre tête”, m’assène-t-on. J’apprendrai plus tard que les petits nodules de l’endomètre qui saignent sont de la taille d’une épingle et qu’ils ne se voient pas forcément à l’imagerie. De plus, ces nodules ont ligoté mes viscères, mes ovaires, la vessie. J’ai des adhérences.

Je ne suis pas folle. Ce n’est pas une maladie imaginaire. Pendant des mois, je me tourne vers les médecines parallèles pour tenter de soulager ma souffrance. Je consulte des magnétiseurs, des énergéticiens, des médiums pour essayer de trouver une solution. J’essaie de me remettre en question. Tous me disent que je suis très émotive, trop sensible.

Jusqu’à ce 23 novembre 2016 où je rencontre enfin un obstétricien qui connaît bien cette maladie. Il va m’écouter, m’opérer, retirer les nodules, décoller mes organes. C’est alors seulement que je retrouve une certaine liberté. J’ai à présent une équipe médicale autour de moi. Je suis sereine par rapport à mon avenir. J’ai juste besoin de retrouver mon corps…»

Alicia COMET

À découvrir

Sur le même thème