France Dimanche > Vie pratique > 2020, l'année du hérisson !

Vie pratique

2020, l'année du hérisson !

Publié le 1 août 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le hérisson. Y compris qu’il s’agit d’une espèce menacée… même dans nos jardins !

Tout le monde connaît le petit hérisson d’Europe, un mammifère si attachant mais qu’on ne croise que rarement. Son heure fétiche pour déambuler reste la tombée de la nuit.


Ce petit animal recouvert de piquants sort progressivement d’hibernation au printemps. Il est souvent très affaibli par ses 4 à 6 mois passés sous terre, statique et au ralenti. Je vous en avais déjà parlé. Son organisme a en effet brûlé plus de 30 % de sa masse corporelle pendant cette période. Puis, une fois sorti d’hibernation, il peut enfin se mettre en quête de nourriture. Il aura ainsi passé de longs mois tout près de vous sans que vous ne l’aperceviez, caché sous un tas de feuilles ou de branches.

Mais le fait est que le hérisson est aujourd’hui menacé ! Notre mode de vie l’expose au plus haut point, à commencer par les produits que l’on continue trop souvent d’épandre dans nos jardins. Je pense aux granulés antilimaces au métaldéhyde (dont il raffole) et autres insecticides, à nos terribles tondeuses à gazon qui ne l’épargnent pas, à nos taille-haies, et nos grillages, sans oublier les piscines dans lesquelles nombre d’entre eux périssent noyés.

Au Royaume-Uni notamment, les chiffres sont alarmants : 30 % de hérissons en moins en vingt ans dans les zones urbaines, et 75 % dans les campagnes ! En France, ce n’est guère mieux puisque nous approchons ces chiffres… En 2018, le centre de sauvegarde LPO Aquitaine a accueilli plus de 650 hérissons, victimes de collisions routières, de divers instruments mécaniques, de morsures de chiens et de parasites en tous genres.

Christophe lui aussi a rendu son jardin particulièrement accueillant : à gauche, un petit bébé de 100 grammes ; à droite, un papa hérisson dont il soigne l’embonpoint !

Pour préserver ce petit animal présent sur notre terre sous sa forme actuelle depuis 15 millions d’années, des solutions et des astuces existent. Car il faut à tout prix inverser la tendance ! Les refuges et les associations de sauvegarde de la faune ne cessent de le clamer. La Ligue de protection des oiseaux met d’ailleurs en ligne sur son site internet des conseils pour mieux le comprendre et le protéger à travers des gestes simples dans notre jardin notamment.

Évitez de tondre le soir, et préférez la tranche horaire 10 heures-17 heures.

• Soyez vigilant lorsque vous déplacez un tas de bois ou des objets rangés sous une bâche, car le hérisson s’y niche parfois.

• Attention au feu ! Si vous devez brûler bois, branchages, feuilles et broussailles, inspectez le tas avant d’allumer, un nid peut y être présent !

• Couvrez votre piscine ou vos bassins. Si ce n’est pas le cas, laissez dans l’un des coins une petite rampe qui permettra à un quelconque animal tombé dedans d’éviter la noyade.

• Vérifiez régulièrement les menues crevasses ou autres détériorations de terrain de votre jardin dans lesquelles un hérisson aurait pu se coincer.

• Observez périodiquement l’état de vos grillages ou de vos filets de culture.

Wendy Bouchard

À découvrir