France Dimanche > Vie pratique > Gingivite : prenons le mal à la racine !

Vie pratique

Gingivite : prenons le mal à la racine !

Publié le 31 mars 2015

Un adulte sur deux a une maladie gingivale. À quoi ce problème est dû la gingivite ? Comment la prévenir et la traiter ? Le point à l’occasion de cet événement qui a lieu cette année le 20 mars, avec pour thème “Un sourire pour la vie” !

Gencives rouges, un peu gonflées, parfois douloureuses ou même qui saignent ? Il faut consulter. Ces signes sont ceux d’une gingivite, inflammation de la gencive liée à la présence de plaque dentaire, qui se forme après chaque repas. « Cette plaque est composée de salive, de débris alimentaires et de bactéries qui produisent des toxines inflammatoires, précise le Dr Lequart. Elle se calcifie au bout de 48 heures, entraînant la formation de tartre. » Et si la plaque dentaire s’élimine au brossage, ce dernier, lui, nécessite un détartrage par un chirurgien-dentiste.

Gingivite livreNOTRE EXPERT

“On ne peut pas être
en bonne santé générale
si on n’est pas
en bonne santé bucco-dentaire !”
Dr Christophe Lequart,
chirurgien-dentiste
et porte-parole
de l’Union française
pour la santé bucco-dentaire (UFSBD).

Le risque : la parodontite

« Si on ne fait rien, la gingivite peut évoluer en parodontite, une détérioration des tissus de soutien de la dent : les os et ligaments, prévient notre expert. Conséquences : les dents bougent, peuvent se déplacer, s’écarter les unes des autres… C’est le déchaussement dentaire!»

Les signes qui doivent vous alerter ? « Des dents mobiles ou l’impression qu’une dent est plus longue car une partie de la racine est apparente, la gencive qui la recouvrait ayant disparu », explique le Dr Lequart.

Les femmes sont davantage concernées que les hommes, car certains bouleversements hormonaux favorisent l’inflammation gingivale. C’est le cas surtout lors d’une grossesse (on parle alors de gingivite gravidique) ou de ménopause. Toutefois, d’autres facteurs entrent en jeu comme des dents mal positionnées qui compliquent le brossage, une couronne ou un composite mal ajusté qui retient la plaque dentaire, le tabac ou l’alcool qui diminuent la vascularisation des gencives, mais aussi l’hérédité…

Les bons réflexes

Gingivite sourirePour prévenir la gingivite, on adopte les bons gestes au quotidien : un brossage avec une brosse à dents souple et un dentifrice fluoré, deux fois par jour, matin et soir, durant 2 minutes, selon les nouvelles recommandations de l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD). Cette dernière préconise aussi de mâcher pendant 20 minutes un chewing-gum sans sucre après chaque repas ou boisson. Le soir, passez du fil dentaire dans les espaces interdentaires pour bien les nettoyer, et s’ils sont trop importants, recourez aux brossettes. Ne négligez pas le détartrage annuel, ou semestriel si vous souffrez de diabète, une maladie qui prédispose à la parodontite, susceptible de déséquilibrer la glycémie !

Concernant la parodontite (qui touche 25 à 30 % des Français !), « le traitement passe par un détartrage et un “surfaçage”, détaille le chirurgien-dentiste. Ce soin consiste à nettoyer en cabinet, sous anesthésie locale, les poches parodontales remplies de bactéries qui se sont formées entre la gencive et la racine ».

Ensuite, d’autres soins peuvent être proposés comme la microgreffe de gencive ou d’os, le remplacement d’une dent par un implant (même si les spécialistes essaient au maximum de préserver les dents naturelles). Mais, il n’y a pas de secret, seule une hygiène rigoureuse pourra prévenir les risques de récidive. En cas de parodontite, trois brossages par jour sont recommandés, ainsi que l’utilisation quotidienne de brossettes interdentaires et des détartrages fréquents, au besoin tous les trois mois !

Stop à l’érosion dentaire

Selon l’étude Ifop-Pro-émail 2013, plus d’un tiers des Français sont concernés par l’érosion dentaire, une dissolution chimique de l’émail. Un nouveau fléau dont le développement est très largement lié à une consommation trop importante de produits acides : sodas, jus de fruits, boissons énergisantes, acidulées… Or, il faut savoir que ce phénomène est irréversible et provoque une hypersensibilité des dents au chaud et au froid. Une seule solution : la prévention !

On évite les boissons gazeuses ou acides, même light, ou on les consomme avec une paille pour diminuer le contact dentaire, ainsi que certains aliments acides tels que le vinaigre, les agrumes, la tomate, la rhubarbe, le cresson…

On cesse de prendre certains médicaments comme l’aspirine ou la vitamine C, dont l’acidité attaque les dents. Mais aussi certains antidépresseurs qui entraînent une réduction de salive, protection naturelle des dents contre les attaques acides.

On traite les reflux gastriques et après un reflux, on se rince la bouche avec de l’eau additionnée d’une cuillerée à café de bicarbonate de soude. On attend ensuite 45 minutes avant de se brosser les dents pour laisser le temps à la salive de jouer son rôle protecteur.

On se rince bien la bouche après avoir consommé une boisson ou un aliment acide.

On se brosse en douceur avec une pâte pour dents sensibles qui va les reminéraliser.

On demande à son dentiste de poser un vernis fluoré sur les dents touchées.

Combien ça coûte

 28,92 € pour un détartrage, qui est intégralement pris en charge par l’Assurance maladie et une complémentaire santé.

 De 500 à 2 000 € pour un surfaçage (honoraires libres) non remboursé par l’Assurance maladie. Consulter sa mutuelle.

 1 000 € pour une chirurgie de greffe gingivale ou osseuse, non remboursée par l’Assurance maladie. Certaines mutuelles proposent des forfaits pour les soins parodontaux.

5 trucs pour garder l'haleine fraîche

L’halitose, ou mauvaise haleine, toucherait un Français sur deux. Les causes en sont multiples et à 70 % d’origine buccale : mauvaise hygiène bucco-dentaire, présence de caries, maladies gingivales ou parodontite, sécheresse buccale, prise d’anxiolytiques, alimentation (régime protéiné !), mauvaise digestion ou tabagisme…

Des bactéries se développent sur les débris alimentaires et dégagent des composés volatils sulfurés à l’odeur fétide. Toutefois, il existe des solutions pour venir à bout du problème et des gestes à éviter pour ne pas l’amplifier.

À FAIRE

– Se brosser les dents
méticuleusement après chaque repas, passer un fil dentaire dans les espaces interdentaires et se brosser la langue d’arrière en avant avec un « racleur » (pas avec les poils de sa brosse à dents qui risquent de vous blesser) !
Gingivite dentifrice• Dentifrice bio à la propolis (silice et fluor), Fleurance Nature, 6,10 €.
En VPC au 05 62 06 14 48 ou sur www.fleurancenature.fr

• Fil dentaire antibactérien de Mercurochrome, 3,50 €. En GMS et sur www.maboutiquesante.com

• Cure-dents coudés de Mercurochrome, 3,50 €. En GMS et sur www.maboutiquesante.com

• Chewing-gums sans sucre à l’eau thermale Buccotherm, 2,50 €.
En pharmacie, parapharmacie et sur www.buccotherm.com

– Passer chez le dentiste
pour un détartrage, se faire soigner les caries, gingivite ou parodontite.

– Croquer de la menthe
ou un grain de café en fin de repas ou mâcher un chewing-gum sans sucre : il fait saliver et lutte ainsi contre le phénomène de sécheresse buccale qui amplifie l’halitose.

– Recourir à un spray haleine fraîche
Gingivite spray• Spray air-lift. à base d’huile d’olive et sans ingrédients agressifs tels que l’alcool, la chlorhexidine ou des agents moussants, ce spray combat la mauvaise haleine, en agissant sur les composés volatils soufrés, réduisant la plaque et améliorant la santé des gencives.
5,90 €. En pharmacie et parapharmacie.

• Capsules air-lift, qui éliminent la mauvaise haleine causée par
le tabac, l’alcool, l’alimentation…
9,65 €. En pharmacie et parapharmacie.

– Réaliser un bain de bouche
• Bain de bouche CB12, environ 13,50 €. En pharmacie et parapharmacie.

À EVITER

– Boire de l’alcool
et fumer : cela favorise la sécheresse buccale.

– Une mauvaise hygiène

– Sucer une pastille
à la menthe : elle masque les odeurs, mais le sucre qu’elle contient se transforme en nutriments pour les bactéries !

– Les régimes protéinés
qui donnent mauvaise haleine. Et si ça ne passe pas, on consulte !

Florence Heimburger

À découvrir