France Dimanche > Vie pratique > Il n’y a pas d’ âge pour se mettre au Pilates

Vie pratique

Il n’y a pas d’ âge pour se mettre au Pilates

Publié le 8 février 2016

Grâce à ses mouvements doux et profonds adaptés aux capacités de chacun, cette gymnastique de Pilates permet de renforcer les muscles profonds, tout en travaillant la coordination et le souffle.

Juste avant 10 h, ils sont déjà une petite dizaine à attendre, dans la lumière automnale, l’arrivée de Valérie Bonnat. Dans ce village de Montsoult (Val-d’Oise), rares sont les seniors qui ne suivent pas l’un de ses cours de Pilates, stretching, équilibre ou son atelier mémoire. « J’ai évolué avec mes élèves… J’en connais certains depuis quinze ans. Avant, le vendredi matin, ils allaient faire leurs courses ; mais ils ont changé leurs habitudes et désormais ils assistent au cours de Pilates, après en avoir constaté sur eux les bienfaits », explique-t-elle, tout sourires.

ExperteNOTRE EXPERTE

“Les bénéfices de la méthode Pilates sur la coordination,
la posture et la respiration se ressentent jusque dans la vie de tous les jours.”
Valérie Bonnat, éducatrice sportive spécialisée en Pilates,
au sein de l’association Union sportive de Montsoult-Baillet-Maffliers (95).

On inspire, on gonfle, on expire, on creuse

Dans la grande salle du dojo peinte en vert et éclairée de néons blafards, une vingtaine de personnes, âgées de 55 à 85 ans, dont trois hommes, se préparent. « Prenez tous un cercle et un coussin et mettez-vous en place », demande Valérie qui donne le top départ de l’échauffement.

« On commence par la bascule du bassin. Inspire, on gonfle ; expire, on creuse. Essayez de trouver la position neutre et de penser que votre bassin est un bocal plein d’eau qu’il ne faut pas renverser pendant le mouvement. » Puis chacun se met à marcher sur place, comme un soldat. « Inspirez bien, sentez le poids du corps. Pensez à votre coordination, grandissez-vous et restez bien conscients du mouvement », rappelle Valérie.

Loin des échauffements cardiovasculaires, la méthode Pilates mise sur un travail en conscience et en douceur des muscles profonds, qui convient aussi bien aux stars comme Madonna, qui la plébiscitent, qu’aux sportifs, aux personnes actives et, bien sûr, aux seniors.

Couché« Certains de mes élèves ont plus de 90 ans, d’autres ont eu des cancers ou subi des interventions chirurgicales, ce n’est pas un problème, j’adapte les exercices », explique Valérie, qui n’hésite pas à demander à Richard, porteur d’une prothèse à la hanche, s’il a besoin d’une chaise. « Je suis en partie soulagé de mon mal de dos et j’ai retrouvé de l’énergie au point que j’ai pu repeindre mon garage ! Ces cours sont devenus ma priorité », confie ce discret septuagénaire.

Les bienfaits du Pilates sont nombreux, à commencer par le rééquilibrage de la posture et le renforcement des muscles autour du squelette, qui perdent leur tonicité avec l’âge. « Les participants apprennent aussi à se concentrer, à coordonner leur respiration et leurs mouvements. À force, ils progressent et gagnent en confiance, même dans leur vie de tous les jours », explique Valérie.

Dans le dojo, les mouvements s’enchaînent au rythme des expirations. « Roll-up maintenant ! » annonce la coach, qui n’hésite pas à utiliser des termes américains. « Pour faire travailler la mémoire », glisse-t-elle, tout en montrant le mouvement. Assis, le cercle en main, un fin coussin placé au niveau fessier, chacun lève les bras, s’allonge puis se redresse. Pierre, en tenue de cycliste, grimace, mais il continue vaillamment. « Tu es souple aujourd’hui », lance Valérie à une participante qui semble étonnée par ses propres capacités. « Oui, mais je n’en peux plus », réplique celle-ci.

Après une heure de concentration, la séance s’achève par quelques minutes de relaxation bien méritées. « Merci à tous, vous avez bien travaillé. Vous pouvez aller faire vos courses », plaisante Valérie.

Pied levéUne méthode pas si récente que ça…

Si l’engouement pour cette méthode remonte, en France, à une petite dizaine d’années, son invention n’est pas récente. Son fondateur Joseph Hubertus Pilates, né en Allemagne en 1883 et de nature fragile et chétive, l’a d’abord développée pour lui !

Pendant la Première Guerre mondiale, il en aurait fait profiter des blessés qui ont recouvré leurs capacités plus vite que la moyenne. Et c’est grâce à l’installation de ce sportif à New York dans les années 1920, que cette technique rencontre le succès.

Des sportifs de haut niveau, mais aussi des danseurs et des comédiens ont commencé à s’y intéresser. Aujourd’hui, les cours sont proposés en séances individuelles, avec utilisation de machines, ou bien collectives, avec ou sans accessoires (ballon, cercle, etc.).

TÉMOIGNAGES

Monique“Je respire mieux !”
Monique, 66 ans, Baillet-en-France
«J’ai commencé le Pilates en septembre sur les conseils d’amis. Ils pensaient que cela pourrait m’être bénéfique. Le premier cours m’a semblé difficile et, le lendemain, j’avais mal partout. Moi qui suis quelqu’un d’angoissé, j’ai pourtant vite constaté les bienfaits d’apprendre à respirer. Quand j’ai du mal à m’endormir le soir, en me concentrant sur ma respiration, je trouve le sommeil plus facilement. »

Jean“Après une séance, je ne ressens plus de douleurs”
Jean, 82 ans, Baillet-en-France
«À82 ans, je pratique la randonnée, le stretching ainsi que le Pilates, qui
m’aide aussi à m’entretenir physiquement et mentalement. Aujourd’hui, j’avais le choix entre une visite au musée avec des amis et un cours de Pilates… je n’ai pas réfléchi longtemps ! Quand je sors de la séance,
je suis détendu et je ne ressens plus de douleurs. Je me suis inscrit à cette discipline
il y a trois ans et je ne suis pas près d’arrêter. »

Carnet pratique

Où pratiquer ?
Dans des studios de Pilates (espaces dédiés), avec des professeurs formés et certifiés généralement auprès de la Fédération des professionnels de la méthode Pilates : fpmp.fr

Combien ça coûte ?
Une vingtaine d’euros le cours collectif et une soixantaine pour une séance individuelle. À noter : certaines mairies ou associations locales proposent parfois des cours à des tarifs annuels très abordables.
Julie Boucher (texte et photos)

À découvrir

Sur le même thème