France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Discutons-en pour de bon !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Discutons-en pour de bon !

Publié le 16 mars 2019

Le grand débat national qui est censé prendre fin dans deux semaines ne doit surtout pas oublier la cause animale. Plusieurs associations en ont fait leur cheval de bataille, dont 30 millions d’amis.

Les défenseurs des ­animaux sont nombreux à vouloir se faire entendre à l’occasion du grand débat national organisé par le gouvernement. à commencer par la fondation 30 millions d’amis qui a demandé à l’Ifop (Institut français d’opinion publique) de se pencher sur la cause animale. En effet, nos amies les bêtes semblent totalement oubliées par les conversations gouvernementales.

Or, selon les résultats de ce sondage, 55 % des Français souhaitent que ce thème soit abordé. Les chiffres sont éloquents : 78 % d’entre nous estiment qu’Emmanuel Macron délaisse la protection animale. Ce reproche vise aussi la classe politique dans son ensemble (73 % pensent que les élus ne s’en préoccupent guère).

L’enquête diligentée par 30 millions d’amis est véritablement édifiante. La présidente Reha Hutin estime que l’opinion publique gronde et que l’on attend des mesures concrètes pour le bien-être de nos animaux.

Inutile de vous dire qu’à France Dimanche, où depuis des années nous défendons la cause, nous partageons totalement ses propos. Nous avons toujours œuvré pour que nos amies les bêtes soient traitées le plus « humainement possible », même si l’expression peut troubler. Les animaux sont des êtres sensibles, ils participent à l’équilibre de la planète et doivent impérativement être respectés.

Alors, Monsieur le président et Messieurs les élus, merci de prendre en considération les souhaits de la population. Il y a certes les traditions dont on peut déplorer qu’elles n’évoluent pas suffisamment vite. Mais il y a aussi des changements dans notre société, qui désormais invitent à réduire drastiquement notre consommation de viande, voire à ne plus en manger du tout.

Voici les points essentiels concernant la protection animale qui, selon l’Ifop, devraient être pris en compte dans le grand débat. L’élevage intensif – 83 % des Français sont favorables à son interdiction. L’abattage des bêtes doit être effectué sur les lieux d’élevage pour éviter la souffrance liée au transport – 82 % de nos concitoyens sont pour. De plus, 7 Français sur 10 rejettent la chasse et 84 % veulent que le dimanche devienne un jour non chassé. Ce souhait ne fait que s’accroître – en 2009, seuls 54 % de la population le demandaient. Et 86 % des personnes interrogées sont également favorables à l’interdiction totale de toutes les expérimentations animales quand il existe des méthodes de substitution (2 millions d’animaux sont utilisés chaque année à des fins d’expériences scientifiques).

Les Français aiment le cirque et ses animaux sauvages ? Sachez que 67 % d’entre nous demandent l’interdiction de leur présence sous les chapiteaux. Déjà 200 communes en France (sur 35 000) refusent d’accueillir ce type de spectacle. Un rejet qui touche également les delphinariums, ces prisons pour orques et dauphins chargés de nous divertir. Sans oublier l’interdiction du commerce de la fourrure, de la chasse à courre ou de la corrida depuis si longtemps déjà réclamée en France !

Laurent CABROL

À découvrir