France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Il est temps d’agir pour les Abeilles !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Il est temps d’agir pour les Abeilles !

Publié le 1 juillet 2018

1529308857_cabrol-new

Nous le savons tous, ces insectes indispensables sont en train de disparaître. A notre humble niveau, nous pouvons contribuer à les sauver en plantant certaines espèces.

Bien sûr, les pesticides sont les premiers responsables de la disparation de ces pollinisateurs, pourtant indispensables à notre survie.

Sans abeilles, il n’y aurait plus de légumes, plus de fruits. Sans parler des fleurs et de la nature en général…

Mais les scientifiques se sont en outre aperçus que la surmortalité de ces insectes mellifères est également liée à leur mode de vie.

S’ils meurent, ce n’est pas seulement par empoisonnement, c’est aussi par manque de nourriture. Et c’est là que nous pouvons agir.

Sachez qu’il y a en France près de 1 000 espèces d’abeilles !

Elles se distinguent toutes par leurs couleurs.

Par exemple, les grises, qui proviennent de Géorgie et des Carpates, se régalent de l’acacia, de la luzerne et du sapin. Elles sont résistantes au froid et aux maladies.

Les jaunes sont quant à elles les plus répandues dans le monde. Originaires d’Italie, elles sont très prolifiques.

Bref, chaque variété et chaque race a son propre garde-manger.

Et c’est justement la diversité de leur nourriture que nous détruisons au fil du temps et qui pourrait bien disparaître si l’on ne réagit pas assez vite.

Chers amis, vous qui aimez la nature comme moi, vous serez d’accord pour lutter contre ce fléau.

Il faut sauver les abeilles, et nous pouvons, à notre échelon de jardinier, y contribuer.

En ce qui concerne l’usage des pesticides et des insecticides, la loi interviendra assez rapidement.

Du moins je l’espère. Mais nous devons agir de notre côté en donnant nous-même de quoi manger à ces pollinisateurs indispensables.

Voici une liste, non-exhaustive, de plantes essentielles à leur alimentation : la lavande, le thym, la coriandre, la bourrache, la sauge, le fenouil, la jacinthe, le crocus, la renoncule, le perce-neige, le géranium, l’aster, le souci officinal, l’alysson maritime, le coquelicot, le zinnia, le tournesol, l’héliotrope, l’artichaut, le bleuet, le cotonéaster…

Sans oublier tous les arbres fruitiers.

Il s’agit là de fleurs et de plantes que notre jardin est tout à fait en mesure d’accueillir et qui peuvent nourrir les abeilles.

Tueurs en série

Mais plus grave est la disparition des plantes moins connues, d’où les abeilles sauvages tirent leur subsistance, et qui sont éliminées sans discernement, comme le seneçon du Cap, l’ailante, la vergerette du Canada, la berce du Caucase…

N’oublions pas le buddleia, surnommé l’arbre aux papillons, qui est un prolifique garde-manger. Considéré comme une plante invasive, il est trop souvent détruit.

Donc, si nous voulons sauver nos abeilles, qu’elles soient ­domestiques ou sauvages, je n’ai qu’un conseil à donner : plantons et replantons !

Une autre règle à retenir : quels que soient nos jardins, laissons dans un coin un carré d’herbe folle dans lequel pourra s’épanouir une végétation aussi naturelle qu’indispensable à l’équilibre de nos insectes.

J’allais oublier les frelons asiatiques, qui sont de véritables tueurs en série pour ces pauvres abeilles.

Postés en embuscade en vol stationnaire devant les ruches, ils dépècent leurs proies et les ramènent dans leur nid pour en nourrir leurs larves.

Rien d’efficace n’a encore été trouvé pour les détruire.

Les pièges que l’on pose n’ont pas une grande utilité. Notre seul espoir pourrait provenir d’Asie, où d’autres prédateurs seraient en mesure de les tuer. Quoi qu’il en soit, il faudra plusieurs années pour en venir à bout.

Vous l’aurez compris, les abeilles ont tout contre elles : les pesticides, le manque de nourriture, les frelons asiatiques…

C’est désormais un combat mondial à mener tous ensemble, car il y va de notre avenir.

- - - - - - - - - -

6,2

C’est, en tonnes, la quantité de pesticides récoltés en quatre jours (fin mars et début avril) dans les jardineries Botanic à l’occasion de leur opération semestrielle qui vise à mettre fin à l’usage de pesticides chimiques.

Prochains rendez-vous en septembre et octobre 2018.

- - - - - - - - - -

La nature qui régale

En lien avec les recommandations ci-contre, vous trouverez dans cet ouvrage de nombreuses astuces de récolte, des recettes de cuisine, et autres particularités gustatives pour chaque espèce d’arbres et arbustes aux vertus comestibles.

Les arbres nourriciers,
de Pascal Gérold,
Rustica éditions, 14,95 €.

- - - - -

De jour ou de nuit

Ces splendides insectes volants n’auront plus aucun secret pour vous.
Doté d’une couverture plastifiée ce guide vous permettra d’identifier pas moins de 160 papillons parmi les plus beaux et les plus répandus en France.

L’indispensable guide de l’amoureux des papillons,
de Dominique Martiré et Frank Merlier,
Belin éditeur, 15 €.

À découvrir