France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : J’ai testé la sylvothérapie !

Vie pratique

Laurent Cabrol : J’ai testé la sylvothérapie !

Publié le 30 mars 2018

Laurent Cabrol vous propose cette semaine de 
tenter une expérience qui peut prêter à rire, 
mais qui a pourtant de nombreuses vertus.

Nous parlions il y a quelques semaines des arbres de nos forêts, grâce à l’étude de Peter Wohlleben, qui a découvert le « secret des arbres ». (Lire La vie secrète des arbres, éd. Les Arènes).

Ce chercheur allemand nous révèle que les arbres vivent en société, comme nous, et en famille, avec les pères, les mères et les enfants. Il démontre que l’arbre est sensible à la douleur. Il peut se battre ou se défendre et, surtout, c’est un être vivant qui détient une énergie considérable et fait parler ses vibrations.

L’arbre est connecté à la terre par les racines, qui communiquent entre elles via des filaments. Et il est relié au ciel par les branches. Ce livre démontre que la forêt est un endroit de vie, avec un pouvoir apaisant et relaxant.

C’est donc l’occasion cette semaine de vous suggérer une petite expérience qui peut prêter à sourire, mais que les Japonais ont adoptée depuis bien longtemps : la sylvothérapie.

Cela signifie simplement que l’on peut se soigner par les arbres. Au Japon, d’ailleurs, on prend couramment des « bains de forêt ».

Je vous livre ici la posologie et la marche à suivre pour réussir cette séance de relaxation. Le but, vous l’avez compris, c’est de capter l’énergie d’un arbre pour que notre corps puisse la savourer et se vivifier.

  1. Choisissez votre arbre. Il faut qu’il soit fort et beau. Pour bien le ressentir, promenez-vous dans le bois et cherchez celui qui vous appelle.
    Ce sera l’arbre « maître ».
  2. Enlacez l’arbre en le serrant très fort ou positionnez-vous dos au tronc, la main sur le bas du dos, avec la paume dirigée contre l’écorce.
  3. Respirez très fort en vous concentrant sur les vibrations qu’il va vous transmettre.
  4. Durée du traitement : cinq minutes, et vous sentirez une force vous envahir.
  5. Remerciez l’arbre avant de partir. Et passez au suivant.

Une telle démarche, vous vous en doutez, n’est pas prise au sérieux par tout le monde. Mais vous en conviendrez, une promenade en forêt à pas lents, en contemplant les différentes espèces peut être réconfortante.

Pour ne rien vous cacher, j’ai testé cette sylvothérapie.

Ai-je été influencé par ce que j’avais lu ?

Je n’en sais rien. En tout cas, j’ai réellement ressenti un bien-être tout nouveau.

- - - - - - - - - -

C’est l’heure du bain !

Si je n’ai pas réussi à vous convaincre, je vous invite à plonger dans ce guide qui, à l’aide d’exercices concrets, vante à merveille les bienfaits du bain de forêt, autrement appelé shinrin yoku par les Japonais. Marcher lentement, respirer profondément, écouter les bruits, admirer le paysage, ressentir les énergies…
Ou l’importance d’utiliser tous nos sens en pleine nature.

Le guide des bains de forêt, de M. Amos Clifford, Guy Trépaniez éditeur, 14,90 €.

- - - - - - - - - -

Le saviez-vous ?

L’importance des couleurs

Dans les plantes, deux « couleurs » n’existent pas : le blanc pur et le noir pur.

Il n’existe en effet que des nuances très légères de ces deux teintes.
La rose noire, par exemple, est largement grisée, sans quoi la fleur mourrait aussitôt, le noir n’arrêtant pas les UV.
Le pigment carotène « jaune orangé » empêche quant à lui les UV de pénétrer dans les cellules, ce qui détruirait le légume.

Ne croyez donc pas que dans nos jardins, les couleurs soient totalement dues au hasard.

Prenons la fleur : on sait qu’elle a besoin des insectes pour se reproduire.

Mais saviez-vous que le jaune et le bleu attirent fortement les abeilles ?
Les fleurs s’en félicitent, car c’est ainsi que leur variété est fécondée.

Avouez que la nature est merveilleuse !

- - - - - - - - - -

Ecologie

Bonne nouvelle !

L’enseigne de jardinerie Botanic est fière d’annoncer qu’elle ne propose désormais plus aucun produit à base de pesticides chimiques (fipronil, perméthrine, tétraméthrine…) pour les soins des animaux de compagnie.
Par ailleurs, les 30-31 mars et 6-7 avril, Botanic renouvelle son opération de collecte des pesticides auprès des particuliers pour détruire ces produits toxiques pour la santé et l’environnement et les remplacer par des produits naturels et bio.

À découvrir

Sur le même thème