France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : La terre vue du ciel

Vie pratique

Laurent Cabrol : La terre vue du ciel

Publié le 14 juillet 2018

1530200409_cabrol-new

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la terre est désormais surveillée par des mouchards au-dessus de nos têtes : les satellites.

Nos ancêtres observaient l’environnement et en tiraient des dictons ou des phrases « d’anciens » qui leur indiquaient la marche à suivre.

Aujourd’hui, tout a changé : nous sommes surveillés par certains des
1 400 satellites en orbite autour de la Terre.

L’administration peut ainsi connaître et sanctionner tout manquement aux règles.

Les agriculteurs le savent bien, eux qui perçoivent les aides de la Pac (Politique agricole commune). Ils déclarent des superficies ou des types de culture qui sont immédiatement photographiées du ciel à 800 kilomètres d’altitude et transmises à l’administration.

On va donc supprimer au fur et à mesure les contrôleurs qui venaient d’habitude dans les fermes pour vérifier ces déclarations puisque, de là-haut, les satellites voient déjà tout.

Avantage de cette observation céleste : un paysan possédant une parcelle de céréales peut savoir si une maladie y sévit grâce aux satellites qui enregistrent les changements de couleurs.

Otage

Mais si vous voulez modifier votre jardin ou votre maison dans des proportions qui outrepassent la réglementation, vous pouvez aussi être dénoncé par ces espions haut perchés.

Sachez qu’ils sont capables de compter depuis l’espace les arbres fruitiers qui poussent chez vous, voire le nombre de fleurs dans vos massifs.

Tout ceci est effrayant, c’est aussi la rançon d’un modernisme débordant qui transforme l’homme en otage de l’administration.

Jusqu’où va-t-on aller dans cet espionnage qui, dit-on, est organisé pour notre bien-être.

Avouons, chers amis, qu’il y a de quoi regretter le « bon vieux temps ».

Autre exemple cocasse de ces excès, une dame qui regardait sa maison sur Google Earth aurait elle-même découvert un jour que son mari se baignait dans sa piscine en charmante compagnie en son absence. Voilà pour l’anecdote.

Mais l’on a répertorié bien d’autres choses étranges.

Toujours grâce aux satellites, on a découvert de nombreux nouveaux dessins visibles du ciel dans le désert de Nazca au Pérou.

Des archéologues qui ont étudié ces vestiges en ont conclu que de 200 avant J.C. à 700 de notre ère, des Amérindiens avaient entouré les pierres blanches d’un tracé de pierres sombres pour en délimiter le contour.

On appelle ça des géoglyphes.

En Jordanie, les « roues à rayons », vieilles de 2 000 ans, sont des créations similaires.

Curiosité

Plus récemment, le milliardaire Hamad Bin Hamdan Al Nahyan avait fait creuser son prénom en lettres immenses d’un kilomètre d’envergure à la surface de son île privée d’Al Futaisi, près d’Abu Dhabi.

Discernable pendant quelques années depuis l’espace, cette curiosité a depuis – heureusement – disparu. 

Bref, si les progrès de notre époque sont magnifiques, c’est parfois leur usage qui fait froid dans le dos.

- - - - - - - - - -

Bon à savoir

Un récent palmarès du magazine 30 millions d’amis a couronné Montpellier comme la première des villes françaises où il fait bon vivre avec son chien, devant Toulouse et Nice.

Différents critères ont été utilisés : transports gratuits et accessibles, parcs et jardins avec ou sans laisse, etc.

- - - - - - - - - -

Vive les vacances !

À l’approche des congés de l’été, vous pouvez recevoir gratuitement un kit spécial « Vacances entre amis », sur simple demande par courrier ou sur le site 30millionsdamis.fr.

Il contient un Carnet de route truffé de conseils, des cartes postales, des stickers…

Profitez-en pour télécharger l’application gratuite 30 millions – Vacances, qui répertorie la liste des plages et lieux de villégiature qui acceptent les animaux.

À découvrir