France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Le chien, au service de l’homme

Vie pratique

Laurent Cabrol : Le chien, au service de l’homme

Publié le 25 juin 2017

Laurent Cabrol souligne qu'on dit de cet animal qu’il est le meilleur ami de l’homme. Nombreux sont les écrivains qui lui ont rendu hommage.

Le dernier en date n’est autre que Didier van Cauwelaert avec “Le retour de Jules”, paru chez Albin Michel. Une histoire bouleversante.

Il y a quelques semaines (lire notre n° 3684), Laurent Cabrol nous parlait des chiens-guides d’aveugles et lançais un appel aux dons et à la solidarité, pour permettre de multiplier les offres de ces animaux dressés pour 20.000 €, mais attribués gratuitement. La liste d’attente est longue pour obtenir ces compagnons de vie, et il faut à tout prix accélérer les formations.

->Voir aussi - Laurent Cabrol : Pour une autre vision de la vie !

Didier van Cauwelart
Didier van Cauwelaert

Il y a deux ans, Didier van Cauwelaert avait abordé ce thème émouvant à travers un premier roman qui retraçait l’histoire d’un braque de Weimar, Jules, et d’une jeune aveugle. Leur belle amitié et leur complicité s’éteindront quand la maîtresse retrouvera la vue après une opération de la cornée. En perdant sa mission, son job, sa raison d’être, Jules se met à déprimer car il se sent « inutile ».

Récemment, le romancier est revenu à l’assaut avec un nouveau livre intitulé Le retour de Jules (voir ci-dessous). Il confie une nouvelle mission à ce braque de Weimar : la détection des crises d’épilepsie. C’est en effet une pratique très répandue désormais au Canada, aux États-Unis, en Belgique ou en Angleterre, où il existe une vingtaine de centres d’études et de formation. Mais en France, nous sommes à la traîne !

->Voir aussi - Laurent Cabrol : Les yeux de l'amour !

Pourtant cette maladie concerne près de 600.000 Français, dont 250.000 jeunes de moins de 20 ans, et le recours aux chiens détecteurs est reconnu comme étant extrêmement bénéfique.Les chiens ayant reçu un dressage spécifique apprennent à reconnaître les prémices d’une attaque et à prévenir leur maître pour qu’il se couche ou s’assoie, et ils les aident à effectuer certains gestes : se coucher sur le côté – et non sur le dos –, actionner la touche d’un téléphone.

En plus ils aboient pour appeler à l’aide. Ces animaux « ressentent » l’arrivée de la crise par un champ magnétique qu’eux seuls perçoivent et ils se révèlent, une fois de plus, comme des assistants personnels exceptionnels.

Détecteurs

Après la parution de son livre début mai, Didier van Cauwelaert a été contacté par le chef du service de neurologie du CHU de Nancy, seul épileptologue français à travailler avec des chiens. Ensemble, ils ont créé le projet Escape pour développer cette mission, en se disant que les 40 % d’élèves chiens-guides d’aveugles recalés chaque année pourraient peut-être devenir des chiens détecteurs.Et si la fiction de son roman devenait réalité… Un rêve que l’auteur porte à bout de bras et auquel nous nous associons.

NATURE ANIMAUX 3693 CABROL DIDIER VAN CAUWELAERT

À lire

Un roman plein d’amour et d’émotion, prouvant 
une nouvelle fois le lien indéfectible entre l’homme et le chien, et les possibilités exceptionnelles de ces animaux : des labradors aux braques de Weimar, des guides aux détecteurs d’explosifs. 
Une plongée forte dans un monde passionnant.

"Le retour de Jules", 
de Didier van Cauwelaert, 
aux éditions Albin Michel, 16,50 €.

Par Laurent Cabrol

À découvrir