France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Non à l’abandon !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Non à l’abandon !

Publié le 20 septembre 2018

1536832793_cabrol-new

L’été touche à sa fin, et je dois malheureusement dresser un triste bilan, celui du sort funeste réservé aux animaux de compagnie durant cette période. des solutions existent pourtant pour pallier cette crise.

Refuges débordés, associations qui crient au scandale, défenseurs anonymes épuisés, et pour cause : jamais autant de chiens et de chats n’ont été abandonnés.

L’imagination des coupables ne connaît pas de limites, de ces tristes sires qui jettent leurs animaux de compagnie dans des poubelles à ceux qui les attachent et les enferment, les laissant mourir à petit feu.

Les plus « courageux » déposent leurs bêtes dans un refuge ou les relâchent dans la nature, les abandonnant aux bons soins de la fourrière.

Catherine Bourdin, présidente du refuge Au bonheur des quatre pattes, sonne l’alerte : « Je suis en mesure d’accueillir et de soigner dans des conditions correctes une cinquantaine de chiens. Or, cet été, j’en ai reçu pas moins de 72. Quant aux chats, j’en ai déjà plus de 200. C’est une catastrophe, je n’ai jamais vu ça. »

Punition

Mais Catherine est loin d’être la seule à faire ce sombre constat.

J’ai récemment rencontré Serge Belais, un vétérinaire parisien, qui dénonce l’exploitation barbare des animaux sur le Web.

« C’est de pire en pire, nous explique-t-il, l’animal est devenu un objet de consommation. On le prend et on le jette. Internet est une calamité. Nous avons maintenant des adoptions précaires sur le Bon Coin et même des achats, via les pays de l’Est, d’animaux malades et agressifs. Comment aimer et garder de tels compagnons ? »

Ces bêtes vendues sur la Toile sont en effet pour la plupart maltraitées et souffrent de troubles du comportement.

Elles sont malpropres, aboient et détruisent, tellement elles sont stressées.

Le comble : il arrive souvent que, lors des journées portes ouvertes censées inciter à l’adoption, des gens se présentent en amenant le compagnon à quatre pattes qui a cessé de leur plaire. Ça n’a pas de sens !

Toujours est-il que 100 000 chiens et chats auraient été abandonnés cette année, chiffres en hausse de 20 % pour les félins et de 6 % pour les toutous.

La SPA affirmait début août que, sur 56 refuges nationaux, tous étaient à saturation.

La même SPA a recueilli fin juillet pas moins de 3 300 chats.

Alors, que faire ?

Certes, la stérilisation est au nombre des solutions, mais l’État doit aussi prendre ses responsabilités.

Une trentaine de députés ont récemment signé une proposition de loi visant à renforcer les sanctions actuelles contre les propriétaires irresponsables, malheureusement non appliquées.

Celle-ci prévoit de punir les abandons d’une peine de quatre ans de prison et 60 000 € d’amende.

Le même projet préconise de récompenser l’adoption en accordant un avantage fiscal à celui qui adopte (800 € pour un chien et 600 € pour un chat) si l’animal est bien traité.

Pour une adoption en refuge, la réduction d’impôt atteindrait respectivement 1 500 et 1 300 € chaque année par foyer fiscal.

Même s’il ne s’agit que d’une proposition de loi, elle montre une réelle prise de conscience.

Et pourquoi ne pas nous inspirer de nos voisins ?

En Belgique, un permis de détention d’animaux – comparable au permis de conduire – est à l’étude.

Le Royaume-Uni envisage d’interdire la revente de chiots et de chatons.

En Italie, les chemins de fer nationaux acceptent tous les animaux de compagnie de leurs usagers dans les trains en été et réservent un espace pour les gros chiens à côté de leur propriétaire muni d’un kit jetable (bol et nourriture).

En Espagne, la mairie de Barcelone a installé des statues de chiens en ville pour encourager leur adoption.

De telles initiatives seraient les bienvenues chez nous !

- - - - - - - - - -

Mon chien et moi

Traduite en une quinzaine de langues et bientôt adaptée au cinéma, voici la belle et triste histoire d’un toutou auquel sa maîtresse (l’auteur) offre la plus heureuse des fins de vie : un touchant road trip canin.

Gizelle et moi. Comment un énorme chien m’a réappris à vivre,
de Lauren Fern Watt, Belfond, 17 €.

- - - - - - - - - -

Votez pour l’Arbre de l’année 2018 !

Le jury de cette septième édition du concours de l’Arbre de l’année a désigné les 18 lauréats régionaux.

« Un bon cru 2018 : des petits, des grands, des très grands, des vieux, des biscornus, des jeunes, chaque arbre avait sa place dans ce concours », apprend-on des organisateurs.

A partir du 14 septembre, vous aurez l’occasion d’élire votre arbre préféré, qui recevra le prix du public, sur le site arbredelannee.com.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant du résultat, qui sera connu en décembre.

L’if-grotte du Jardin des ifs de Gerberoy (Oise), prix du public 2017.

Laurent CABROL

À découvrir