France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Opération sauvetage !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Opération sauvetage !

Publié le 9 mars 2019

Destinés à l’abattoir, quarante cervidés ont été sauvés in extremis d’un cauchemar. Ils doivent leur salut à la Fondation Brigitte Bardot.

L’événement est exceptionnel. Nous sommes à Puylaurens, dans le Tarn, où un troupeau de cerfs et de biches était littéralement abandonné depuis plusieurs années par ses propriétaires dans un parc clôturé. L’état de ces laissés-pour-compte se dégradait à vue d’œil.

Sans la vigilance des voisins qui, après avoir nourri les bêtes durant cinq ans, ont alerté la fondation Brigitte Bardot, nul doute qu’ils auraient péri les uns après les autres.

Aline Matouk, responsable de la faune sauvage à la fondation raconte : « Nous avons été saisis par les habitants riverains du parc, désespérés par l’état de ce troupeau abandonné. Il y a quinze ans, ils n’étaient qu’une dizaine de biches et de cerfs. Puis les familles se sont agrandies mais personne ne s’en est occupé. »

Et pour cause, c’est un problème de mésentente lors de la transmission de l’héritage du site qui est à l’origine de cette sombre affaire. Si le parc appartenait à trois personnes distinctes, manifestement aucun n’était propriétaire des cervidés. « Les anciens patrons sont partis et ont laissé là les biches et cerfs sans nourriture », a déclaré un voisin dans La Dépêche.

Le sauvetage de cet élevage, initialement destiné à la production de viande, a donc eu lieu fin janvier. Il aura fallu les extraire un à un de cette grande plaine dépourvue d’herbe. Et le sauvetage fut périlleux, chaque bête étant capturée après anesthésie au fusil hypodermique. Certaines d’entre elles n’ont malheureusement pas survécu à l’opération, soit à la suite d’un stress cardiaque, soit d’une course folle contre la clôture. Le cerf est en effet un animal sensible, fragile et craintif. Si cinq d’entre eux n’ont donc hélas pas tenu le coup, trente-sept ont pu être sauvés d’une mort atroce.

À noter que l’Office de la chasse avait également tenté d’intervenir. Les bêtes étaient donc menacées d’abattage, mais grâce à l’intervention de la fondation Brigitte Bardot, il en a été autrement. Et s’il a fallu plusieurs années pour mener à bien cette opération, c’est qu’il était impératif de trouver des endroits susceptibles d’accueillir ces cervidés. Ces derniers vont donc pouvoir finir leur vie tranquillement dans des parcs privés ou publics en Côte-d’Or, en Isère et dans le Loiret.

Transporter tout ce petit monde a donc nécessité le déploiement d’une véritable armada : des semi-remorques, des caisses de transport, des cellules de mise en protection pour chaque animal…

Quant à la famille Trefeil, qui s’est occupée sans relâche de ces pauvres bêtes, elle gardera en mémoire des moments forts en émotion : « En cinq ans, on a dépensé certainement plus de 5 000 euros pour les nourrir à travers le grillage et ne pas les voir mourir, ont-ils déclaré. Ils nous mangeaient presque dans la main. »

Sachez que cette opération de sauvetage aura aussi coûté fort cher. Plusieurs milliers d’euros ont en effet été débloqués pour indemniser la trentaine de personnes et louer le matériel adéquat durant deux jours. Une somme entièrement à la charge de la fondation Brigitte Bardot puisque c’est elle qui a pris la décision de sauver le troupeau.

Avouez que l’histoire est belle. Les amoureux de la nature, comme vous et moi, ne peuvent que s’en réjouir !

- - - - - - - - - -

Traces du passé

À travers ces sublimes photos d’arbres fossilisés semblables à des peintures abstraites, ce beau livre – pour tous les âges – nous emmène aux origines de la création du monde. Laissez-vous enivrer par ce voyage poétique au cœur des géants du végétal.


La mémoire des arbres,
d’Andreas Honegger et Urs Möckli,
chez Gründ, 29,95 €.

Laurent CABROL

À découvrir

Sur le même thème