France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Où sont passés les oiseaux de nos campagnes  ?

Vie pratique

Laurent Cabrol : Où sont passés les oiseaux de nos campagnes  ?

Publié le 14 avril 2018

1525704917_cabrol-new

L’heure est grave. Plus de la moitié des moineaux, 
pour ne citer que cette espèce, se sont littéralement volatilisés depuis dix ans. Il faut que ça cesse ! Notre chroniqueur Laurent Cabrol nous explique pourquoi.

C’est une véritable catastrophe !

Les oiseaux de nos campagnes sont victimes d’un déclin vertigineux. Le Muséum national d’histoire naturelle et le CNRS viennent de tirer le signal d’alarme. Selon eux, près de 60 % des moineaux ont disparu depuis dix ans et pas moins de 30 % d’alouettes des champs, en à peine quinze ans. Ces chiffres font froid dans le dos !

C’est un constat que j’ai moi-même pu faire dans ma campagne tarnaise. Alors j’ai pensé naïvement que je pouvais participer au repeuplement. C’est pourquoi, en octobre dernier, j’ai acheté dix perdrix et quatre faisans pour une somme de 143,50 €. Je les ai lâchés près de chez moi, en ayant pris soin d’installer simultanément des lieux de ravitaillement pour qu’ils prennent l’habitude de venir y picorer.

Catastrophe écologique

Quelle déception ! Dix jours après, je n’ai pu en apercevoir qu’un dans un rayon d’un kilomètre, et depuis, plus rien.

Tout a disparu. Ils ont probablement été mangés par les renards qui prolifèrent près de chez moi.

Vous comprendrez aisément que cette expérience m’a découragé et j’avoue ne pas l’avoir renouvelée depuis. Et cependant, la situation prend une forme de catastrophe écologique.

Depuis la nuit des temps, nous étions réveillés au petit matin, parfois très tôt dès 4 h 30, par les merles, les rouges-gorges et autres grives qui marquaient, de leur chant vigoureux, leur territoire.

Or le printemps est devenu dramatiquement silencieux aujourd’hui. Car non seulement les moineaux et les alouettes se raréfient, mais aussi les merles, les pigeons ramiers, les pinsons, les tourterelles, les perdrix…

L’ensemble de la chaîne biologique est en danger. Les insectes disparaissant sous l’effet notamment des traitements chimiques répandus dans les champs, les oiseaux ne peuvent plus se nourrir à leur faim et désertent notre monde rural.

Le président de la LPO (Ligue de protection des oiseaux), Allain Bougrain-Dubourg accuse également les chasseurs : « Il n’y a pas que le manque de nourriture, il y a aussi une chasse trop intensive de ces volatiles. » Interrogé au micro d’Europe 1 par Wendy Bouchard, il disait qu’il fallait réguler et réglementer ce type de chasse. Il affirme que nous sommes victimes de notre indifférence. « On fait tout pour le climat, peu pour la nature et rien pour les oiseaux », regrette-t-il.

Pendant quelques années, nous nous sommes consolés en nous persuadant que seules certaines espèces n’étaient plus là. Nous savons maintenant que tous les oiseaux des campagnes sont hélas touchés.Face à un tel désastre, j’avoue être totalement désarmé.

En tout cas, le sujet est suffisamment grave pour que l’on s’y penche, car le problème touche l’Europe entière. On dit que 421 millions d’oiseaux ont disparu en 30 ans sur l’ensemble du vieux continent…

- - - - - - - - - -

Écoutons-les !

A travers la présentation de treize espèces de volatiles, l’auteur révèle d’incroyables comportements tels que la peur, l’amour, la survie, mais aussi l’art, l’entraide, ou encore la musique… Ou quand les oiseaux nous apprennent qui nous sommes.

• Ce que les oiseaux disent des hommes, de Noah Stryker, éd. Artaud, 21 €. Paraît ce 11 avril !

- - - - - - - - - -

Sudan est mort

Il s’appelait Sudan, souffrait depuis longtemps de problèmes de santé liés à son grand âge. Il vient de mourir, à 45 ans, au Kenya. C’est un événement d’autant plus dramatique qu’il était le tout dernier rhinocéros mâle blanc du Nord au monde.

Sa mort est donc synonyme de l’extinction de cette sous-espèce. Il demeure toutefois un faible espoir que les scientifiques, qui disposent de son matériel génétique, réussissent à féconder (in vitro) les deux dernières femelles encore vivantes de sa race.

- - - - - - - - - -

Éduquons nos enfants !

Le rhinocéros Sudan n’est malheureusement pas la dernière espèce à disparaître de la planète. à l’aide de graphiques illustrés, ce livre dresse un bilan
de toutes les espèces animales en voie d’extinction.

L’auteur tente en outre d’expliquer aux jeunes lecteurs le comment et le pourquoi de cette situation critique dont nous sommes tous témoins, et propose des solutions pour y remédier. Il n’y a pas d’âge pour se sensibiliser à la diversité animale et au besoin urgent de la protéger.

• Les animaux menacés, d’Harriet Brundle, éd. Le Pommier, 12,90 €.