France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Quel cochon !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Quel cochon !

Publié le 27 octobre 2018

cabrol-new

Le mangalitza, frisé comme un mouton, est assez proche du sanglier. Originaire de hongrie, on en trouve désormais en France, où il a été introduit récemment.

On se croirait dans le nord de l’Europe.

Pourtant, nous sommes dans le Tarn, non loin de Mazamet et de Castres, précisément au Rialet, une commune peuplée d’une quarantaine d’habitants et entourée de milliers de sapins.

Si vous parcourez ces immenses forêts, vous risquez de tomber « nez à groin » avec d’étranges bêtes.

Votre première réaction serait : « Mais que font ces moutons ici ? »

Puis, en approchant, l’odeur, les grognements et la démarche vous feraient vite reconnaître des porcs.

Plus exactement des cochons laineux, recouverts de bouclettes touffues et pelucheuses.

Rustique

Cette variété de porc se trouve généralement en Europe centrale (Allemagne, Autriche, Hongrie, Suisse…).

Dans le Tarn, c’est Cyril Berry qui l’a introduite.

Cet éleveur pratique le sylvo-pastoralisme en plein air avec des cochons noirs, plus traditionnels, et 70 cochons laineux.

Ces derniers sont issus de différents croisements effectués depuis le XIXe siècle.

Si le mangalitza (son autre nom) se rencontre moins que le cochon commun, c’est qu’il met plus de temps à prendre du poids : gros inconvénient pour les producteurs de charcuterie.

Et avec à peine huit porcelets en moyenne en deux ans, les femelles sont en comparaison peu prolifiques.

De nature calme et très sociable, le porc laineux est pourtant élevé pour sa viande, d’excellente réputation.

Selon Cyril Berry, que j’ai eu la chance de rencontrer, elle se rapproche des races ibériques dont les jambons sont d’une grande saveur.

Ce cochon rustique est également utilisé pour l’entretien des espaces naturels montagnards, qu’il nettoie des ronces et des orties.

Bio

En parcourant les enclos que Cyril a installés au beau milieu des pins Douglas, j’ai noté le rapport affectueux entre l’éleveur et ses bêtes.

Elles se précipitent sur l’orge du Tarn qu’il leur distribue, sans y ajouter d’antibiotiques, d’hormones ou d’OGM : leur viande est certifiée bio. 

D’ailleurs, j’ai pu goûter les saucissons que Cyril ne vend que sur commande aux particuliers.

Plus fermes et plus gras, leur goût est effectivement assez exceptionnel.

En revanche, ne cherchez pas à vous procurer de la laine de cochon, elle ne se vend pas.

Mais si vous souhaitez visiter le lieu, renseignez-vous au syndicat d’initiative de Labastide-Rouairoux au 05 63 98 07 58 (cyril.berry@outlook.fr).

Je peux vous assurer que ce cochon vaut le détour !

- - - - - - - - - -

Une bien maigre peine…

L’affaire remonte à 2014 : pas moins de 122 chiens et chats étaient retrouvés dans un état catastrophique chez une éleveuse de Ribagnac, en Dordogne.

En 2013, les services vétérinaires lui avaient pourtant interdit d’exercer son activité lorsqu’ils avaient découvert que, par souci d’économie, elle effectuait elle-même les soins. Il arrivait, par exemple, que l’éleveuse prélève les puces électroniques des chiens morts pour les replacer sur des vivants.

Pour sa défense, cette dame déclarait rencontrer des difficultés financières depuis plusieurs années.

Elle a finalement comparu, en juillet dernier, devant le tribunal de grande instance de Bergerac, pour des faits de maltraitance animale.

Elle a été condamnée à un an de prison avec sursis et à une amende de 200 euros.

Le site One Voice

Une bien maigre peine à mon goût. Qu’en pensez-vous ?

- - - - - - - - - -

Bon à savoir

Selon une enquête réalisée par le site likibu.com, la destination française idéale pour emmener son animal de compagnie en vacances serait La Rochelle (Charente-Maritime).

Les critères pour établir un tel classement sont basés essentiellement sur les logements en location acceptant les bêtes.

Biscarosse (Landes), Saint-Tropez (Var) et La Ciotat (Bouches-du-Rhône) complètent le podium.

A noter que l’Île-de-France, et particulièrement Paris, occupe le bas du classement.

Laurent CABROL

À découvrir