France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Stéphanie recueille les animaux maltraités et handicapés

Vie pratique

Laurent Cabrol : Stéphanie recueille les animaux maltraités et handicapés

Publié le 10 juillet 2017

En 2014, Stéphanie Lisicki a créé l’association Suzi Handicap Animal consacrée uniquement aux bêtes en tout genre, quel que soit leur état, et dont plus personne ne veut. L’initiative est belle et, selon Laurent Cabrol, mérite que nous la soutenions.

Votre bon cœur n’est plus à démontrer, comme en témoigne la réaction qu’a suscitée l’histoire de Filou, ce chat abandonné par ses maîtres car gravement blessé (Voir n° 3685 et n° 3692). Une lectrice de France Dimanche l’a finalement adopté après avoir lu nos pages.

->Voir aussi - Laurent Cabrol : "Filou vous remercie !"

Cette semaine, je voudrais donc attirer votre attention sur un centre, situé à Montreuil-au-Houlme, dans l’Orne, et dans lequel les chats, mais aussi les chiens, les chevaux, les oiseaux et les rongeurs, ou encore les reptiles, ainsi que tous les animaux de la ferme, sont recueillis, soignés et proposés à l’adoption, malgré leur handicap.

ASSOCIATION SUZI HANDICAP ANIMAL STEPHANIE LISICKI

Toutes ces pauvres bêtes ont en commun d’avoir une maladie génétique, ou d’avoir été victimes de l’homme. Aussi triste que cela puisse paraître, leur destin est généralement sombre. Car trop nombreux sont les maîtres indignes qui abandonnent leur animal dès que survient un problème. L’euthanasie est bien trop souvent la seule issue envisagée pour ces pauvres bêtes par leurs propriétaires.

Mais c’était sans compter sur Stéphanie Lisicki, cette jeune fille au grand cœur qui voue sa vie à rendre meilleure celle des bêtes dont plus personne ne veut. Son leitmotiv est de leur apporter tout son amour et les soins dont ils ont besoin. Son histoire est touchante.

->Voir aussi - Laurent Cabrol : Pour une autre vision de la vie !

« Quand j’étais petite, je suis tombée gravement malade, raconte-t-elle dans un journal local. Dans cette situation, les enfants sont très durs entre eux. À 8 ou 9 ans, j’ai rencontré Suzi, une jument gravement blessée qui risquait de finir à l’abattoir. Mes parents l’ont adoptée. Elle m’a beaucoup aidée. » La fillette et la jument unissent leur destin. Après avoir échappé à l’euthanasie, Suzi aura ainsi vécu quinze ans auprès de sa maîtresse.

Confiance

À la mort de sa jument, il y a cinq ans, Stéphanie décide donc de lancer une association à son nom, visant à recueillir tous ces animaux qui, comme Suzi auparavant, ont été rejetés par les humains. Le problème est que les abandons sont nombreux et les adoptions insuffisantes. Le refuge compte plus de 150 pensionnaires. Et le travail ne manque pas. Au point que la jeune femme a dû mettre de côté son métier d’auxiliaire vétérinaire pour se consacrer pleinement à tous ses protégés.

ASSOCIATION SUZI HANDICAP ANIMAL STEPHANIE LISICKI

Au fil des jours, elle redonne confiance à des bêtes mutilées, aux membres brûlés, aux yeux crevés (comme Django le chat), unijambistes (comme Georges le perroquet), ou simplement vieilles et incontinentes. « Les gens ont peur du handicap et ont tendance à faire euthanasier leur animal, poursuit Stéphanie, alors qu’aux États-Unis ou au Canada, il est fréquent de voir un chien paralysé de l’arrière-train se déplacer à l’aide d’un chariot. »

La jeune femme souhaite que les mentalités changent en France et que son association recueille suffisamment de dons pour couvrir les frais vertigineux de vétérinaire, qui peuvent atteindre 10.000 euros par mois. Voilà pourquoi Stéphanie, ainsi que ses pensionnaires, a besoin de vous !

Pour tout renseignement et pour vos dons, déductibles des impôts, vous pouvez :
Envoyer un mail à : suzihadicapanimal@outlook.fr
Ou par courrier à : Suzi Handicap Animal, lieu-dit Le Fonteny, 
61210 Montreuil-au-Houlme.

Par Laurent Cabrol

À découvrir