France Dimanche > Vie pratique > Laurent Cabrol : Une beauté éphémère !

Vie pratique

Laurent Cabrol : Une beauté éphémère !

Publié le 15 juin 2019

Ces jolies compositions florales temporaires font le bonheur des citadins. Une nouvelle mode aussi agréable qu’utile.

L’été pointe son nez. C’est le moment de profiter des merveilles que nous offre la nature en cette belle saison. Ceux qui possèdent un jardin s’affairent en pinçant les vivaces, éclaircissant les betteraves, bouturant les anthémis, taillant les arbustes… Les autres peuvent admirer les réalisations dans les jardins publics ou privés, dans les foires aux plantes mais aussi dans les jardins éphémères, tendance qui se développe depuis quelques années dans les grandes villes de la mi-avril à octobre.

Dès les beaux jours, les rues des villes se parent de couleurs printanières grâce au travail des jardiniers municipaux qui réalisent des compositions florales riches et variées.

Mais ces compositions éphémères ont, ces dernières années, pris une dimension plus spectaculaire, en s’imposant au milieu des maisons et des immeubles, sous la forme d’immenses fresques végétales. Naturellement, elles convoquent des professionnels, paysagistes, horticulteurs, pépiniéristes, centres de formation, créateurs et autres amateurs du végétal.

Le jardin éphémère de Toulouse reproduit la croix occitane réalisée en 1995, place du Capitole, par le peintre et sculpteur Raymond Moretti. Ici zinnias roses, d’alternantheras pourpres bordés d’œillets d’Inde jaunes garnissent le motif de la croix occitane, telle une mise en beauté.

Vannes, dans le Morbihan, est incontestablement la cité la plus dynamique dans ce registre. Depuis cinq ans, elle invite les badauds à une promenade végétale dans ses jardins contemporains, classiques ou modernes. Pas moins de vingt-trois sites sont répartis dans la ville selon différents thèmes. Celui d’Yves Rocher avec son parterre fleuri se situe du côté du port. Véritable balade olfactive et visuelle, il met notamment en majesté des pélargoniums odorants (famille des Geraniaceae), aux parfums de menthe, de rose et de citron…

Des dizaines de grandes villes en France ont emboîté le pas à Vannes, Une start-up, du nom de Maison bouture, a même été créée à Lyon, pour promouvoir la végétalisation d’espaces à petits prix (oliviers à 10 euros, aloe vera à 3 euros, cactus entre 2 et 5 euros…)

En général, ces lieux d’installations provisoires citadins sont aussi des lieux d’exposition où il est possible d’acheter des plantes à prix cassés.

Pour ma part, je suis convaincu que cet engouement pour ces manifestations printanières – qui naturellement foisonnent d’idées ! – est en train de prendre racine. Et des racines tentaculaires qui plus est ! C’est en outre un inévitable lieu de rendez-vous des amoureux des jardins.

à noter que, dans la plupart des cas, ces milliers de fleurs proviennent des serres municipales. Quand les jardins éphémères sont désinstallés, ils rejoignent les massifs de la ville. 

Car, comme leurs noms l’indiquent, ils ont vocation à disparaître du lieu d’exposition… pour renaître ailleurs. L’objectif et la condition essentiels, c’est d’être grand et beau.

- - - - - - - - - -

8,5

C’est le nombre de tonnes de pesticides collectées fin mars dans les 70 magasins Botanic, suite à l’opération lancée par l’enseigne. Un record historique ! à noter que cette action menée au plan national a permis, depuis 5 ans, de récolter près de 68 tonnes de produits chimiques.

- - - - - - - - - -

Soyons responsables !

Comment économiser l’eau, composter, prévenir les maladies, sélectionner des variétés locales… Autant de questions auxquelles vous trouverez des réponses dans ce guide illustré des plus pratiques.


Guide Truffaut du jardin écoresponsable,
éd. Larousse, 14,95 €.

Laurent CABROL

À découvrir