France Dimanche > Vie pratique > Les prénoms insolites : On peut appeler son enfant Mégane Renaud mais pas Mini-Cooper !

Vie pratique

Les prénoms insolites : On peut appeler son enfant Mégane Renaud mais pas Mini-Cooper !

Publié le 19 novembre 2015

Depuis quatorze ans, Stéphanie Rapoport dresse le palmarès des prénoms en vogue. Mais aussi celui des les � tentatives � plus ou moins originales, bien moins donnés que Léo et Louise, les préférés des parents en 2015.

Un prénom c’est pour la vie ! Et bien souvent les futurs parents n’ont pas trop de neuf mois pour fixer leur choix… Cette année, comme le révèle l’excellent Officiel des prénoms 2016 de Stéphanie Rapoport, tout juste paru aux Éditions First, les prénoms en « L » ont le vent en poupe. Ainsi, pour les filles, Louise arrive en tête du palmarès, ravissant la première place à Emma, dont le règne aura duré dix ans. Pour les garçons, Léo l’emporte, mais de peu, sur Gabriel. À noter, la percée d’Alice, de Mila (diminutif de Ludmilla), et de Giulia (merci à Carla et Nicolas Sarkozy !). Ainsi que le retour en fanfare de prénoms anciens tirés de la Bible, comme Adam, Noah ou Ethan.

Certains parents cependant font plus que remettre au goût du jour des prénoms devenus désuets. Depuis 1993, en effet, la loi française leur permet d’appeler leur chérubin comme bon leur semble… Et, en la matière, certains font preuve d’une imagination débridée ! Parfois ça passe, parfois ça casse, puisqu’il arrive (heureusement !) que l’état civil alerte le parquet au motif que le prénom envisagé peut nuire à celui ou celle qui le porte. Qu’elles soient retoquées ou validées, certaines trouvailles valent leur pesant de cacahuètes. Petite liste non exhaustive des prénoms les plus improbables donnés en France !

ACCEPTÉ

A, M, L, X…

Et autres « prénoms » qui se résument à une seule lettre ! Est-ce la faute du fils de Louis Chedid, M, qui a été le premier en France à lancer la mode ? Une chose est sûre, c’est le choix idéal pour ceux qui n’aiment pas les diminutifs !

Clafoutis

Si, à l’instar du couturier André Courrèges, vous rêvez de nommer votre fille comme votre dessert préféré, c’est possible. Sachez néanmoins pour la petite histoire que Miss Courrèges se fait désormais appeler Marie. Moins original, mais plus digeste !

Daemon

Ce couple du Cateau-Cambrésis, dans le Nord, avait choisi ce prénom en hommage à l’un des personnages de la série Vampire Diaries (Journal d’un vampire) dont ils sont fans. Mais ils ont dû se battre pour ce choix. L’estimant « contraire à l’intérêt de l’enfant », l’officier d’état civil a en effet avisé le parquet. Le juge aux affaires familiales a tranché. Le parquet n’ayant finalement pas fait appel, le petit garçon restera donc Daemon. Il est sûr qu’Ange aurait posé moins de problème…

Jihad

Ils sont plusieurs dizaines en France à porter ce prénom, avec l’aval de l’état civil. La palme du mauvais goût revenant aux parents de ce petit garçon, né un 11 septembre, qui s’est un jour présenté à l’école affublé d’un tee-shirt avec son prénom et sa date de naissance et l’inscription : « Je suis une bombe ».

Térébentine

Nos gouvernants aussi peuvent faire preuve de fantaisie ! Comme l’atteste cette trouvaille d’essence naturelle de l’ex-ministre écologiste du Logement, Cécile Duflot, qui a donné ce prénom à sa petite fille, aujourd’hui âgée de 7 ans.

Zébulon

Refusé par l’état civil, ce prénom a été accepté par la cour d’appel de Besançon. Selon le juge, Zébulon était « le fruit d’une réflexion approfondie et longuement mûrie » des parents.

Et aussi…

Merci, Prodige, Otorino, Romance, Princesse, Grace Divine, Merveille, Privilège, Mégane Renaud, Nivea, Cyprine, Dimanche, Bruce Lee, Néon, Patch, Google, Genou, Yoga, Barreau, Loréole, Burger, Sephora, Playboy, Italie, Bond, Merdive, Paprika…

REFUSÉ

Fraise

Alors que les Cerise, Prune, Clémentine fleurissent dans l’Hexagone, il n’est pas possible d’appeler sa fille Fraise, comme a pu le constater ce couple de Raismes, dans le Nord. La raison ? « Ce prénom serait nécessairement à l’origine de moqueries à cause notamment de l’expression “Ramène ta fraise”, ce qui ne peut qu’avoir des répercussions néfastes sur l’enfant », selon le juge. Les parents se sont donc rabattus sur Fraisine, autorisé car usité au xixe siècle. Ouf !

MJ

Visiblement amateurs de musique (ils ont choisi Mélodine pour leur fille aînée), ces parents voulaient rendre hommage au roi de la pop, le regretté Michael Jackson, en affublant leur petit garçon de ses initiales. Le juge n’a semble-t-il pas apprécié le clin d’œil (alors qu’il est, rappelons-le, possible d’appeler son fils M). L’enfant répond aujourd’hui à son deuxième prénom, Jean.

Nutella

Alors que Clafoutis a été accepté, il n’en est pas de même pour Nutella, née le 24 septembre 2014, à Valenciennes, qui, elle, a dû être rebaptisée. Le juge a en effet estimé : « Il est contraire à l’intérêt de l’enfant d’être affublé d’un tel prénom qui ne peut qu’entraîner des moqueries ou des réflexions ­désobligeantes ». Les parents ont heureusement trouvé un compromis : leur fillette se prénomme désormais Ella…

Titeuf

En 2009, ce couple de l’Oise, fan du personnage de Zep, décide de baptiser ainsi leur petit garçon. La mairie tique, le juge aux affaires familiales aussi, et la cour d’appel de Versailles tranche : l’enfant doit changer de prénom au motif que Titeuf est « un garnement pas très malin dont les principales ­préoccupations concernent les relations avec les filles et le sexe ».

Et aussi…

Prince William, Mini-Cooper, Anus, Folavril, Ravi, Fleur de Marie, Clitorine et Vagina
(des jumelles !), Manhattan, Patriste et Joyeux, Gloarnic…

Lili Chablis

À découvrir