France Dimanche > Vie pratique > Nature : Mobilisons-nous pour nos frères de la forêt !

Vie pratique

Nature : Mobilisons-nous pour nos frères de la forêt !

Publié le 11 juillet 2021

.photos:istock
© iStock -

La sauvegarde des chimpanzés est essentielle pour la préservation de l'écosystème et la biodiversité. Or, à notre échelle, nous pouvons aussi y contribuer…

Ce tee-shirt est la marque d'un engagement ! Engagement à rendre plus visible encore la cause des chimpanzés sauvages. Leur vie et leur sort me sont plus familiers depuis que je connais une de leurs grandes protectrices : la Française Sabrina Krief, vétérinaire, primatologue et professeure au Muséum national d'Histoire naturelle.

Nous pouvons nous enorgueillir de compter chez nous une femme qui parle avec passion, amour et détermination, de son combat pour ses « frères de la forêt ». C'est au Congo qu'elle a pour la première fois observé ces chimpanzés, puis en Ouganda, dans le parc de Kibale, où elle travaille sur une communauté particulière à Sebitoli. Elle rappelle que ces grands singes sont une espèce clef de cet écosystème : certains des fruits qu'ils consomment ne le sont pas par d'autres animaux. En permettant la dispersion de leurs graines, ils assurent ainsi la survie de ces espèces végétales.

Pouvant vivre 70 ans en moyenne, ils occupent un territoire assez vaste (25 à 100 km2 pour un seul individu) au cœur de la forêt tropicale, l'un des endroits qui abrite la plus grande biodiversité au monde. Or, il faut à tout prix préserver leur habitat de la main de l'homme et des produits chimiques, sans quoi nous pourrions ne plus avoir, d'ici cinquante ans, de population de chimpanzés viable en milieu naturel, ce qui est très mauvais signe pour la biodiversité et pour notre propre espèce !

Les levées de fonds pour le Sebitoli Chimpanzee Project, notamment grâce à l'opération I Run For Chimps (ou Je cours pour les chimpanzés), permettent à Sabrina et à son association de renforcer des actions de sensibilisation antibraconnage. Son équipe a ainsi pu, l'an dernier, désamorcer 238 pièges dans les sous-bois où vivent ces chimpanzés. Il s'agit aussi de sécuriser les routes dangereuses qui traversent le parc, où se produisent parfois des accidents mortels, en installant des panneaux et des ralentisseurs.

Et nous, que pouvons-nous faire dans tout ça ? Sabrina Krief précise qu'au quotidien, de petits gestes sont aussi en mesure d'aider à protéger les forêts des chimpanzés : choisir par exemple du thé, du café, du cacao ou du sucre de canne issus de commerce équitable et bio. Mieux rémunérés, les employés et les fermiers auront de fait moins besoin de puiser leurs ressources dans la forêt et donc de braconner les chimpanzés. Pensez-y !

Wendy Bouchard

À découvrir