France Dimanche > Vie pratique > PRATIQUE : Alarme, vidéosurveillance, que choisir ?

Vie pratique

PRATIQUE : Alarme, vidéosurveillance, que choisir ?

Publié le 31 juillet 2022

.photos:istock
© iStock -

De l'alarme autonome au système de vidéosurveillance sophistiqué, il existe de nombre les intrus. Petit tour d'horizon des principaux systèmes de protection qui assurent une surveillance.

L'été s'avère malheureusement la période faste pour les cambriolages et les tentatives d'intrusion à domicile. Chaque année en France, 2 % des habitations font ainsi l'objet d'un vol par effraction ou d'une tentative d'intrusion. Face à cette menace, de plus en plus de particuliers s'équipent d'une alarme, du système le plus simple au plus perfectionné.

L'alarme classique et autonome

Il s'agit d'une simple alerte sonore qui signale l'intrusion. Elle va attirer l'attention sur votre logement, mais vous n'êtes pas prévenu directement de son déclenchement. Cet équipement, s'il est idéalement adapté à une habitation située au sein d'une copropriété, s'avère peu efficace si votre maison est installée dans un coin isolé. Car si personne ne vous prévient ou appelle les forces de l'ordre, il ne se passe rien.

Combien ça coûte ? À partir de 35 €.

L'alarme connectée au téléphone

Quand l'alarme retentit chez vous, vous recevez en temps réel sur votre téléphone une alerte « intrusion » grâce à une application spécifique. L'alarme, qui est reliée à votre box, transmet l'alerte via le réseau internet. Il faut alors vous rendre sur place ou dépêcher un proche.

Combien ça coûte ? À partir de 100 €.

Les caméras de surveillance

Elles sont de plus en plus utilisées car faciles à installer, pratiques et moins chères que les systèmes de vidéosurveillance 24 h/ 2 4. Elles permettent de voir et d'entendre ce qui se passe chez vous en votre absence, depuis votre smartphone, votre tablette ou votre ordinateur. Les caméras installées enregistrent les images au moindre mouvement et vous êtes prévenu par mail ou via une appli à télécharger. À vous ensuite d'alerter la police. À noter : les images ne permettent souvent pas d'identifier un visage. Il est important de choisir une caméra qui intègre une lumière infrarouge pour capter le passage d'un individu dans l'obscurité. Préférez aussi une caméra équipée d'un grand-angle afin de mieux surveiller l'ensemble de la pièce. On les trouve dans les magasins de bricolage (Leroy Merlin, Mr.Bricolage…), les grandes surfaces spécialisées (Darty, Boulanger…), sur Internet. La plupart des fabricants (de marque Somfy, Bosch, Enki…) n'im posent pas d'abonnement et proposent des kits connectés.

e Selon l'Observatoire de la sécurité des foyers, la période estivale entre juillet et août (29 %) et celle des fêtes de fin d'année (12 %) concentrent à elles seules près de 40 % des cambriolages à domicile. La plupart de ceux-ci ont lieu pendant la semaine (80 %) et 70 % se déroulent durant la journée. l

Combien ça coûte ? De 200 € en entrée de gamme à 500 € pour un équipement de qualité.

Les systèmes de vidéosurveillance

Si vous préférez passer par un système de vidéosurveillance (Verisure, IMA Protect, EPS…), sachez que le dispositif est connecté en permanence au service de sécurité. Dès que l'alerte est émise, un agent de télésurveillance vérifie la réalité de l'intrusion et les forces de l'ordre sont appelées automatiquement. Si l'offre le prévoit, un autre agent est alors spécialement envoyé sur place.

Combien ça coûte ? L'abonnement est mensuel, environ 40 € par mois, et comprend outre l'installation, la pose de l'équipement, la connexion au centre, etc.

Des règles à respecter

Si votre équipement comprend des caméras, vous êtes obligés :

Pour les caméras à l'extérieur, de les tourner en direction de votre logement et non de la rue ou du jardin du voisin. Il est interdit de filmer l'espace public ou les maisons voisines ;

Pour les caméras à l'intérieur, d'informer de leur présence ceux qui viennent souvent chez vous (femme de ménage, baby-sitter…).

Enfin, certaines mairies, notamment celles de Paris, réglementent le volume sonore maximal des alarmes. Vérifiez que le matériel acheté correspond aux normes locales.

Et s'il y a une panne…

Les systèmes peuvent cesser de fonctionner en cas de panne de courant. Pensez à vous équiper d'un dispositif sans fil, où les détecteurs et les caméras communiquent entre eux par ondes radio.

Si vous avez choisi un système filaire, vérifiez que vous disposez d'une batterie de secours rechargeable qui permet à l'alarme de continuer à fonctionner plusieurs heures après la coupure.

À découvrir