France Dimanche > Vie pratique > PRATIQUE : Contrôle technique, une facture toujours plus lourde !

Vie pratique

PRATIQUE : Contrôle technique, une facture toujours plus lourde !

Publié le 30 juillet 2022

.photos:istock
© iStock -

Le prix de cet examen obligatoire depuis 1992 est en forte hausse. Un nouveau coup dur pour les automobilistes à la veille des départs en vacances…

Alors que les Français souffrent déjà de l’inflation galopante depuis plusieurs mois et de l’envolée stratosphérique des prix à la pompe, ils doivent aussi subir la hausse vertigineuse du tarif du contrôle technique de leur automobile qui a augmenté de 20 % en dix ans.

78 € C’est le coût moyen d’un contrôle technique.

Pourquoi le coût de cet examen de passage à effectuer tous les deux ans – indispensable en cas de contrôle routier sous peine d’une amende salée – s’est-il envolé ainsi ? Tout simplement car il comporte davantage de points de contrôle, comme l’ont décidé les autorités gouvernementales sous prétexte de lutter contre la mortalité sur les routes. Leur nombre a plus que doublé, de 52 en 1992, date de sa création, à 133 aujourd’hui !

Désormais, dans les centres agréés, tout est passé au crible : équipements de freinage, direction, visibilité, feux, dispositifs réfléchissants, roues et pneus, châssis, essuie-glaces…

Et attention ! En cas de défaillance, le véhicule est astreint à une contre-visite, bien évidemment payante, qui peut entraîner des frais de réparations supplémentaires. À quelques semaines des départs en vacances, l’addition s’annonce donc salée, d’autant que les garagistes ont revu eux aussi leurs tarifs à la hausse et que les pièces détachées coûtent toujours plus cher. De quoi inciter certains automobilistes à se passer de ce sésame au risque de rouler dans des épaves… Commissaire, qu’en pensez-vous ?

Pointilleux jusqu’à l’absurde !

Nous devons l’inflation de cette liste de points à contrôler au ministère de la Transition écologique et énergétique, liste que je qualifierais « d’usine à gaz », car de 52 points de contrôle (les plus importants) lors de la création de cette obligation, nous en arrivons à 133 dont nombre relèvent de l’absurde. Une rayure sur les optiques de phares n’entrave en rien l’efficacité de ceux-ci, mais expose l’automobiliste à une contre-visite après avoir remplacé l’optique. D’où un coût énorme, mais inutile.

De quoi provoquer la colère des conducteurs – on garde en mémoire les « gilets jaunes » – et surtout de voir augmenter le nombre de voitures en circulation dépourvues de contrôle. Résultat de décisions de technocrates incompétents allant à l’inverse du but recherché. Nous sommes loin d’un impératif de sécurité, mais bien plus d’un impôt supplémentaire, qui ne tient aucun compte de cette période difficile pour le pouvoir d’achat.

Je conseille donc de consulter la liste des centres de contrôle sur Internet, car les prix y sont indiqués. De 45 euros à presque 90. Il peut valoir la peine d’aller un peu plus loin de chez soi pour réaliser une économie substantielle…

Mes réponses à vos questions

COMPTEUR

Je souhaiterais savoir s’il était possible de refuser l’installation du compteur communicant Gazpar. J’ai téléphoné à GRDF et on m’a signifi é que c’était obligatoire car mon compteur actuel serait trop vieux. Quelles sont les voies de recours possibles ? »

Roseline, sans être obligatoire, ce compteur pose moins de problèmes que Linky et ne semble pas préjudiciable au consommateur. Il permet la facturation réelle et non estimée. Le relevé se fait à distance, mais son usage reste identique à celui des anciens compteurs. C’est une praticité pour GRDF qui supprime les relevés « à pied » sans avantage ni désavantage pour le client.

Il est probable qu’en cas de refus, lesdits relevés soient facturés.

MAISON

Mon compagnon a trois enfants nés d’une précédente relation, deux garçons et une fi lle. Il n’a aucun contact avec ses fi ls mais est très proche de sa fi lle. Peut-il la favoriser en lui léguant sa maison en cas de décès au détriment de ses frères sachant qu’ils en possèdent déjà une ? »

Gabrielle, il ne peut pas déshériter ses fils, car la loi l’en empêche. Il peut seulement, et par testament, attribuer la quotité disponible à sa fille, soit un quart de l’actif de la succession, ce qui permettra à celle-ci de recueillir la moitié dudit actif. Si la succession se compose de cette seule maison, elle sera tenue d’indemniser ses frères à hauteur d’un quart chacun de la valeur estimée de ce bien immobilier.

PLAINTE

Sans nouvelles des suites d’une plainte pour agression et vol, je me suis présenté à la gendarmerie trois mois plus tard pour connaître les avancées de l’enquête. Mais j’ai été surpris d’apprendre de la bouche d’un adjudant que mes agresseurs avaient été convoqués la semaine précédente sans que j’en sois informé. Plus scandaleux encore : ce gendarme m’a vivement conseillé d’en rester là et de tourner la page. Quel recours ai-je pour faire avancer la procédure et que ces délinquants soient jugés ? »

Yves, la meilleure solution consiste à recourir à un avocat qui ira directement s’enquérir de l’avancée du dossier auprès du procureur de la République (ce que vous ne pouvez pas faire seul). Lui seul sera à même de demander des diligences si besoin est et de mener ce dossier jusqu’au tribunal afin que vos agresseurs soient jugés. Je comprends mal la position des gendarmes si ce n’est par lassitude de traiter ces affaires sans résultats probants.

Vous souhaitez que le commissaire Vénère vous vienne en aide, écrivez-lui à : France Dimanche, commissaire Vénère, 3-9, avenue André-Malraux, 92300 Levallois-Perret. PAR E-MAIL : commissaire.venere@cmimedia.fr (Mentionnez votre adresse postale).

Gabrielle, 68350 Brunstatt, Roseline, 23200 Aubusson, Yves, 49700 Doué-en-Anjou

À découvrir