France Dimanche > Vie pratique > PRATIQUE : Les prix du gaz s'envolent !

Vie pratique

PRATIQUE : Les prix du gaz s'envolent !

Publié le 21 octobre 2021

.photos:istock
© iStock -

Les tarifs réglementés d'Engie augmentent de 12,6 % ce mois-ci. Un record historique !

À l'approche de l'hiver, alors que la température chute, jamais l'énergie n'a été aussi chère pour les Français, notamment le gaz dont le tarif réglementé fait, sur un mois, un bond de 12,6 %, comme l'a annoncé la Commission de régulation de l'énergie. Un record !


La facture qui s'annonce salée tombe bien mal pour les petits revenus qui, après les frais inhérents à la rentrée, se retrouvent happés par une triple peine : l'envolée des prix des produits alimentaires – fruits, légumes, pâtes et produits laitiers –, la flambée de celui de l'essence et, désormais, de celui du gaz.

Se serrer la ceinture

De quoi effacer d'avance l'effet du chèque énergie de 100 euros promis en décembre dernier par le gouvernement aux 6 millions de foyers les plus modestes ! Résultat : pour certaines familles, l'énergie devient le deuxième poste de dépense, derrière le loyer et devant le budget consacré à la nourriture. Bien que le gouvernement ait annoncé par la voix de Jean Castex, le 30 septembre, qu'« il n'y aura plus d'augmentation du prix du gaz » jusqu'en avril, les ménages vont néanmoins devoir une nouvelle fois se serrer la ceinture… Commissaire, qu'en pensez-vous ?

UNE SANCTION POUR LES PLUS MODESTES !

Le gouvernement invoque des hausses du prix de l'énergie pour différentes raisons, mais il n'entend pas réduire sa marge de recettes, alors qu'il pourrait pour un temps réduire le taux de la TVA. Il ne le fera pas, car il préfère émettre des « chèques énergie » pour les foyers modestes, qui n'ont qu'une incidence minime sur les recettes de TVA. C'est aussi un très mauvais calcul pour les émissions de gaz à effet de serre, car nombre de foyers vont se rabattre sur des moyens de chauffage d'appoint à pétrole ou à bois.

COMPRENDRE CETTE FLAMBÉE

• Comment expliquer cette flambée « historique » du gaz ?

Il y a une hausse record du prix du gaz sur le marché mondial et la France en dépend presque totalement. La reprise économique en Europe et en Asie fait que la demande est largement supérieure à l'offre. De plus, l'augmentation du prix de la tonne de CO génère une 2 ruée vers le gaz. Par ailleurs, notre premier fournisseur, la Norvège, ne peut pas augmenter ses livraisons et la Russie, principal producteur mondial, limite ses exportations.

• Peut-on se fournir auprès d'autres fournisseurs de gaz qu'Engie, à des prix moins chers ?

Ces distributeurs d'énergie sont nombreux et doivent être choisis en fonction des appareils utilisés. Certains proposent des prix d'abonnement et de kWh plutôt intéressants, avec une souscription en ligne, pour des utilisateurs de chauffage central : Total Énergie 248,88 € et 0,04 € ; Happe-e, 248,62 € et 0,04 € ; Hom Energie, 250,20 € et 0,04 € ; Méga Énergie, 250,20 € et 0,04 €. On a donc tout intérêt à quitter Gaz Tarif Réglementé qui prend fin en 2023, pour ceux qui ne l'ont pas déjà fait, et choisir un fournisseur adapté pour les dispositifs utilisés dans la maison : chauffage central, cuisson, eau chaude. D'autre part, il faut choisir des prix fixes bloqués sur deux, trois ou quatre ans, d'où l'importance de bien se documenter.

• Quelles sont les démarches à effectuer pour toucher le « chèque énergie » du gouvernement ?

Vous souhaitez que le commissaire Vénère vous vienne en aide, écrivez-lui à : France Dimanche, commissaire Vénère, 3-9, avenue André-Malraux, 92300 Levallois-Perret.

En principe, il n'y a aucune démarche supplémentaire à faire, si le bénéficiaire est déjà éligible au « chèque énergie ». Il est envoyé automatiquement par voie postale. Pour être éligible, le revenu annuel du foyer doit être inférieur ou égal à 10 800 euros par unité de consommation (une personne est une UC, la deuxième personne du foyer ajoute 0,5 UC, et pour tous les autres composants du foyer, 0,3 UC chacun). • Le prix de l'électricité va-t-il, lui aussi, grimper ?

Le prix de l'électricité est indexé sur celui du gaz, il va donc augmenter. Le gaz joue, dans de nombreux pays européens, un rôle important dans la production d'électricité dont le prix, sur les marchés de gros, va encore grimper. Par ailleurs, EDF est tenue de revendre à prix fixe une partie de sa production nucléaire à des fournisseurs alternatifs. Et il ne faut pas oublier le poids des taxes et des contributions qui ne cesse de s'alourdir…

Commissaire Vénère

À découvrir

Sur le même thème