France Dimanche > Vie pratique > PRATIQUE : Retraites, gare aux erreurs de calcul !

Vie pratique

PRATIQUE : Retraites, gare aux erreurs de calcul !

Publié le 28 novembre 2021

.photos:istock
© iStock -

Les inexactitudes sur le montant des pensions seraient de plus en plus fréquentes, au point de concerner un retraité sur six.

Selon un rapport de la Cour des comptes, 16 % des calculs de retraites comportaient une ou plusieurs erreurs en 2020.

Pire ! D'après une enquête de notre confrère Capital, ce taux d'anomalies dans le calcul des pensions, augmenterait encore davantage dans certaines régions telle que, notamment, l'Île-de-France. En cause : la mosaïque et la complexité des organismes de cotisation et des caisses régionales qui gèrent les retraites.

Un constat d'autant plus préoccupant qu'une réforme générale est toujours à l'étude avec une refonte des retraites qui rognerait encore un peu plus des pensions souvent maigres. Pour 17 millions de retraités en France, le montant moyen s'élève à 1 297 euros nets.

• Pourquoi y a-t-il autant d'anomalies dans le calcul des pensions ?

La plupart des erreurs sont dues à une absence d'enregistrement de cotisations, que ce soit du fait de l'organisme, ou de celui d'un employeur qui n'a pas bien effectué ses déclarations. La multiplicité d'employeurs augmente les risques d'erreur.

• Comment expliquer que certaines régions soient plus affectées que d'autre part cette inquiétante situation ?

C'est le cas en Île-de-France, dans les Hauts-de-France, le Languedoc. En fait, de nombreux relevés sont encore transmis en version papier et doivent ensuite être saisis en informatique par les organismes. Il est donc fréquent que cette saisie ait été omise et ampute ainsi les droits du retraité. Plus une région est peuplée, plus nombreuses peuvent être les erreurs.

• Auprès de quel(s) organisme(s) s'adresser pour vérifier que le calcul de sa pension a été fiable et précis ?

Il faut demander un relevé des cotisations à chaque organisme auprès duquel on a cotisé et le comparer avec ses propres documents. Raison pour laquelle il faut garder toutes ses fiches de paie depuis que l'on a commencé à travailler. C'est le seul moyen de faire opérer les corrections voulues, car la production de bulletins de salaire fait foi pour effectuer les rectifications des erreurs.

• Existe-il un site internet pour réaliser soi-même cette vérification ?

Il en existe plusieurs : Simulretraite.fr, Neovia Expertise Retraite, Agirc-Arrco, Service public.fr, Mon compte retraite. Il ne faut pas hésiter à consulter ces sites afin de vérifier si l'ensemble des périodes ouvrant des droits ont bien été prises en compte.

• Auprès de qui puis-je me manifester pour faire rectifier ces inexactitudes ?

Chaque retraité victime d'erreur peut effectuer un recours auprès de la caisse qui est à l'origine de ladite erreur. Tous les échanges doivent se faire par courrier recommandé avec AR. En cas de refus de correction, il faut assigner sa caisse devant le tribunal des affaires sociales. On peut concomitamment saisir le médiateur du régime de retraite concerné.

• Pourquoi est-ce aussi compliqué une fois sa retraite validée de faire reconnaître aux caisses qu'elles ont commis des erreurs ?

La faute en est due à une bureaucratie lourde et des caisses peu diligentes. De nombreux documents sont perdus, parfois elles redemandent trois, quatre fois, voire plus, de constituer un dossier déjà transmis, d'où l'intérêt du recommandé. C'est la raison pour laquelle il ne faut pas attendre d'être à la retraite pour vérifier si des erreurs figurent sur les relevés de ces caisses, mais demander le calcul plusieurs mois avant la date de retraite effective.

À découvrir